A Canadian animation movie, a desperate vision of urban life


Le goutte à goutte du robinet qui fuit scande la journée comme un métronome. Le temps s’écoule dans la banalité glaciale du quotidien. Les personnages ont perdu leur apparence humaine et se présentent sous les traits d’animaux. L’anonymat de la ville, la trivialité des circonstances, la solitude, l’infection bactérienne et dans la froideur de ce monde déshumanisé, l’accident fatal et la mort vite évacuée.

Petite tragédie urbaine. Tombe sans fin la goutte d’eau du robinet défectueux tandis que le train de banlieue pulse dans la nuit son flot de voyageurs mal réveillés. Le jour se lève.

Les images ont parfois l’apparence de ces vieux films dont les pellicules sont usées et rayées contrastant avec ces shémas de dessin industriel sobres et explicatifs.

Ce film réalisé en 1999 par deux cinéastes canadiennes, Wendy Tilby et Amanda Forbis, a obtenu la Palme d’or du court métrage à Cannes, le Grand Prix dans les trois principaux festivals d’animation (Annecy, Zagreb et Hiroshima) ainsi qu’une nomination aux Oscars.

Pierre-Alain Lévy

L

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus