Serendipity : an open-minded intellectual frame of mind



Chronique littéraire en double regard :
Emile Cougut et Pierre de Restigné.

« J’ai lu autrefois un conte de fées saugrenu, les Trois Princes de Serendip : tandis que leurs altesses voyageaient, elles faisaient toute sorte de découvertes, par accident et saga sagacité, des choses qu’elles ne cherchaient pas du tout. C’est ce que j’appelle serendipity. » Voilà ce qu’écrivait Horace Walpole, l’immortel auteur du Château D’Otrante, à son ami Sir Horace Mann le 28 janvier 1754. Ce mot, ce concept, après une longue période d’oubli allait devenir un concept philosophique promis à un bel avenir dans l’univers anglo-saxon. On commence depuis quelques années à travailler dessus en France. Pourtant, c’est bien dans l’hexagone que ce concept aurait pu naître, car le conte qui en est le support fut connu grâce à sa version française, version française lue et connue par Voltaire qui s’en est servi dans Zadig .

Les éditions Thierry Marchaisse viennent de rééditer le texte du Chevalier de Mailly de 1788 (la première édition date de 1719) qui fut la dernière disponible pour un lecteur français.

Il était un roi de Serendip (ancien nom de Ceylan) Giafer, qui avait trois fils. Après leur avoir donné une très bonne éducation, il les envoie la parfaire hors de son royaume. Un jour, ils rencontrent un homme qui a perdu son chameau. Bien qu’ils ne l’aient pas vu, ils en donnent une description si précise que l’homme est persuadé qu’ils l’ont volé. Emprisonnés, ils sont présentés à l’empereur Behram à qui ils exposent le raisonnement qu’ils ont suivi pour décrire l’animal : à partir d’indices qu’ils avaient remarqué, par raisonnement, par abduction, ils ont pu donner une description précise de l’animal : par exemple il était borgne car l’herbe était broutée que d’un côté du sentier, il portait à droite du beurre car de se côté s’activaient des fourmis amatrices de gras, à gauche du miel où se trouvaient des mouches amatrices de sucré. Les trois frères restèrent à la cour de l’empereur, et c’est l’occasion d’histoires, essentiellement des variations sur l’amour. La fin du conte est le destin de chacun de ces princes quand ils rentrèrent dans le royaume de leur père.

Les Aventures des trois princes de Serendip sont présentées par le chevalier de Mailly comme étant la traduction d’un conte perse. De fait c’est la reprise d’un livre de 1557 « Perregrinagio di tre giovani figliuoli del re di Serrendippo » de Cristoforo Armeno. Ce dernier avait présenté son livre comme contenant une histoire qu’il avait entendue lors d’un voyage en Perse, mais sans donner plus de précision. De fait, il n’y a aucune trace dans l’immense corpus des contes perses d’une telle histoire.

De Mailly s’est inspiré du texte de celui qui se faisait appelé Christophe l’Arménien, du moins au début de son histoire, car les dernières nouvelles, voire la fin de l’histoire s’éloignent totalement de celles de l’italien, ce qui nuit grandement à l’harmonie interne de son récit. Mais cela n’enlève en rien au plaisir de sa lecture. Si vous avez aimé «Les Mille et Nuits», alors vous adorerez «Les aventures des trois princes de Serendip».

De Mailly ne fait que se rattacher à l’engouement de son époque pour les contes perses redécouverts à travers la traduction de Galland. Il est un homme du XVIII siècle, cela se ressent dans son style, dans sa vision de la société, très hiérarchisée, où la seule apparence montre la distinction, l’appartenance à une classe, l’importance de la parole donnée dont la violation est punie avec le soutien de la divinité. Certaines nouvelles, qui sont une variation sur le sentiment amoureux, ne sont pas sans faire penser à Marivaux.

Le texte du chevalier de Mailly a connu un vrai succès car il s’inscrit parfaitement dans le siècle des Lumières. Comme le précise Aude Volpilhac : « l’épisode au cours duquel les déductions logiques des princes les mènent tout droit en prison est une parfaite illustration du combat qui oppose la raison à la superstition et à l’ignorance, précisément parce que les découvertes de la première sont appréhendées par les secondes comme des prédictions relevant de la magie noire. » Rien que ce constat montre toute l’actualité ou l’intemporalité de ce texte.

C’est ce texte dont Horace Walpole avait un lointain souvenir quand il écrivit à son ami. C’est ce texte qui sert de base à ce concept de sérendipity qui a connu et qui connait toujours un grand succès dans les pays anglo-saxons. Il faut aller aux Etats-Unis d’Amérique pour entrer dans des boutiques de décoration de la chaine « Serendipity ». Ce concept est devenu une démarche scientifique, aussi bien dans les sciences « dures » que dans les sciences sociales. Il représente une vraie révolution épistémologique car il oblige de passer de la déduction à l’abduction.

Qu’est ce que la sérendipité ? Suivant les auteurs, les domaines sa définition évolue pour parfois même représenter l’inverse de celle de Walpole. Doit-on différencier la « vraie » de la « fausse » » ? Doit on en dénombrer sept sortes comme certains ? Doit-on mettre l’accent sur la chance et le hasard dans la découverte ou plutôt sur la sagacité ? Peut importe, cela n’est qu’un débat de spécialistes. La meilleure définition n’est elle pas celle de Louis Pasteur : « la chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés » ?

La sérendipité est un concept qui nous permet d’avoir une nouvelle lecture de l’histoire des hommes et des sciences. N’est-ce pas faire démarche de sérendipité quand partant chercher un troupeau d’ânesses, Saül revient avec la royauté ? Ou cherchant une nouvelle colle, on invente le post-it ? Ou cherchant un vaso-dilatateur, on trouver le Viagra ? Ce qui est certain, c’est que faire démarche de sérendipité nécessite de savoir sortir des carcans sociaux et intellectuels qui nous entourent, de savoir remettre en cause ce qui est une évidence. En quelque sorte, c’est se montrer curieux, tolérant, savoir que rien n’est immuable, que derrière toute chose se cache une partie de la vérité, une partie qui nous est encore inconnue et que nous devons découvrir.

Les éditions Thierry Marchaisse ont adjoint aux aventures des Trois princes de Serendip, une postface intitulée : voyage en Sérendipité et qui contient, outre l’intégralité de la célèbre lettre d’Horace Walpole, trois contributions qui sont une parfaite introduction à la compréhension de ce concept. Pour ceux qui veulent approfondir leurs connaissances on peut conseiller la lecture du livre de Sylvie Catelin (Seuil, 2014) : Sérendipité : du conte au concept.

2014 est une année qui commence bien, nous pouvons enfin lire un ouvrage qui a et continue d’influencer la pensée occidentale, introuvable depuis plus de deux siècles.

Emile Cougut et Pierre de Restigné


Les Aventures des Trois Princes de Serendip


Louis de Mailly

Éditions Thierry Marchaisse. 18€


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus