Dans le cadre de Cabanes, Festival de Moselle

Vendredi 20 juin 2014. 20h

Le Parlement de Musique
Musiques amoureuses
Monteverdi, Frescobaldi, Charpentier, Campra

Saint-Pierre aux Nonnains. Tarif 5€

Madrigaux, airs et dialogues. Célébration du printemps, de la jeunesse et de l’amour à travers des musique fraîches, tendres ou jubilatoires


Mardi 8 juillet 2014

Didier Lockwood & guests

Quarante ans de carrière . Grande Salle. 20h

Tarifs : 22€ / 17€ (réduit)


Un coup d’oeil sur ces programmations : Parlement de Musique et Didier Lockwood

1. Parlement de Musique . Vendredi 20 juin 2014. 20h

Salomé Haller et Laureen Stoulig : sopranos
Clémence Schaming : violon
Parsival Castro : théorbe
Lina Manrique : violon & viole
Martin Gester : clavecin et direction

Entre les musiques écrites sur le Cantique des Cantiques et celles dédiées à l’amour hors de l’église, il n’y a de séparation que celle que l’imagination veut bien se représenter. De l’extase de « O quam tu pulchra es » à la désespérance de la Vierge pleurant la mort de son fils, toute une gamme d’expressions relie les extrêmes de la rhétorique amoureuse : quête de l’être aimé dans « In lectulo meo » écrit avec des effets d’échos.

Quant aux Saisons de M.A. Charpentier, objet de l’un des premiers CD du Parlement de Musique, elles jouent de l’ambivalence du profane et du sacré : savante compilation d’extraits du Cantique des Cantiques, en latin comme les motets sacrés, elles évoquent des scènes d’amour qui ont pour cadre les quatre saisons de l’année avec leur cortège d’images et de symboles.

Faisant office d’intermèdes, les Sonates et Fantaisies instrumentales de Dario Castello, de Girolamo Frescobaldi, de Giovanni Antonio Pandolfi et de François Couperin cherchent à recréer dans le domaine concertant la diversité des affects qu’on trouve dans les motets. Ils sont à la fois des diversions poétiques et des commentaires virtuoses – cette virtuosité-là étant, elle aussi, une manière de traduire l’enthousiasme passionné et la louange mêlés de moments graves ou plaintifs.


2. Didier Lockwood. Mardi 8 juillet 2014. 20h

Didier Lockwood ne compte plus les distinctions. « Petit fils spirituel » de Stéphane Grappelli, il a donné, en quarante ans de carrière, plus de 4000 concerts à travers le monde, aux côtés des plus éminents musiciens français et internationaux, qu’il s’agisse de Miles Davis, d’Herbie Hancock, de Wayne Shorter, des frères Marsalis, ou encore de Michel Petrucciani, Martial Solal, Richard Galliano et Biréli Lagrène, entre autres illustres jazzmen. Auteur-compositeur, avant tout improvisateur, Didier Lockwood se définit par une œuvre unique, en constant renouvellement, dont la richesse et l’éclectisme l’érigent au rang des plus éminents violonistes de notre temps.


À la croisée des âges et des esthétiques, cette soirée exceptionnelle proposera une célébration de la pluralité des expressions musicales. Placée sous le sceau de l’amitié, elle sera rythmée par les retrouvailles successives avec certains de ses plus emblématiques compagnons de route, à l’instar de son frère Francis, ou des membres de son quartet aux accents jazz-rock, le DLG ( Didier Lockwood Group ), composé du guitariste Jean-Marie Ecay et des anciens complices du regretté claviériste Joe Zawinul, le bassiste Linley Marthe et le batteur Paco Séry, pour présenter un florilège en hommage à l’œuvre de l’un des plus prolifiques musiciens de sa génération.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus