Les états d’âme des héritiers d’une immense collectionneuse d’art et mécène

Les descendants de la fille de Peggy Guggenheim ont été déboutés mercredi 2 juillet 2014 au Tribunal de grande instance de Paris, de leur action contre la Fondation Salomon Guggenheim , à qui ils reprochent de ne pas avoir respecté les volontés de leur aïeule. Peggy Guggenheim avait fait don en 1970 puis en 1976, à son cousin de New York, Harry Guggenheim, non seulement de son exceptionnelle collection, soit 326 oeuvres de peintres abstraits et surréalistes, mais aussi de son palais vénitien. Peggy Guggenheim a eu de son mariage avec le peintre américain Laurence Vail, deux enfants Simbad et Pegeen. Les descendants de Simbad Guggenheim se sont placés du côté de la fondation new-yorkaise tandis que les descendants français de Pegeen Guggenheim, contestent en justice le legs de leur grand mère. C’est cette affaire qui vient juste d’être examinée par le Tribunal de grande instance de Paris.


Lu dans la presse

La demande déposée exigeait la remise en état intégrale de la collection, la suppression de toute mention relative aux collections Schulhof, Mattioli et Nasher dans l’enceinte du palais de Peggy Guggenheim à Venise, administré par la fondation, et du jardin, et même la révocation de la donation de la collection de Peggy Guggenheim à la fondation. soit

Le tribunal de grande instance de Paris a estimé que les demandes concernant la remise en état et la révocation de la donation étaient irrecevables, car elles ont déjà fait l’objet d’un jugement en 1994. Déboutés, les requérants avaient fait appel, avant finalement de se désister. Une transaction, régie par le droit français, avait été conclue en 1996. De plus, comme l’avait plaidé la défense de la fondation, la révocation de la donation n’est pas possible car elle ne comporte pas de clause résolutoire, relève le tribunal dans son jugement, déboutant les plaignants du reste de leurs demandes. Les descendants ont été condamnés à verser 30 000 euros de dommages et intérêts à la fondation pour les frais de justice. Celle-ci réclamait 15 000 euros de dommages et intérêts pour procédure abusive, mais a été déboutée.

Riche héritière au tempérament volcanique, Peggy Guggenheim (1898-1979) , qui a eu plusieurs époux dont Max Ernst, a constitué à partir des années 1930 une collection d’art moderne exceptionnelle (Picasso, Matisse, Kandinsky, Mondrian, Ernst…). Après la guerre, elle l’a installée dans un palais vénitien le long du Grand Canal. Elle a donné en 1970 son palais et en 1976 sa collection, riche de 326 oeuvres, à la Fondation Solomon Guggenheim, basée à New York, et présidée à l’époque par son cousin Harry Guggenheim.

Le Point/ Source AFP

Illustration de l’entête : Peggy Guggenheim pose entre deux tableaux de Jackson Pollock, le 30 mai 1979, à Venise. © © Jerry T. Mosey / AP/SIPA


WUKALI 04/07/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus