The first steps of an architectural and artistic approach


La chronique de Pierre-Alain LÉVY.


C’est lancé, 1715 soumissions à projet ont été reçues par la Fondation R. Guggenheim pour le futur musée d’Helsinki. Une compétition architecturale internationale impressionnante, en effet jamais pour un projet de ce type n’a-t-on observé pareil engouement. Même le Grand Musée Égyptien qui a fait coulé beaucoup d’encre et est en construction, n’avait atteint lors du lancement du concours en 2002 que ( le « que » est probablement de trop!) 1557 offres. Le lancement de ce concours d’architecture pour le Guggenheim Helsinki avait été très médiatisé tant à Helsinki que lors de la Biennale internationale d’architecture de Venise 2014. En Finlande ce grand concours donne d’ailleurs l’impression d’un Ovni.

L’approche du concours d’architecture avec un jury indépendant, proposée par la Fondation Guggenheim est intéressante, large et ouverte, c’est d’ailleurs une première pour cette institution qui n’avait jamais jusqu’alors utilisé cette forme de procédure. Elle s’adresse indifféremment aux architectes cela va de soi, mais aussi à tous ceux qui possèdent soit à titre individuel ou dans un groupe des qualifications dans cet art sans en avoir le titre. À la date du 10 septembre 2014, date limite d’envoi, ce sont au total des soumissions recouvrant 77 pays. La plus grande partie des soumissions émanent essentiellement des États-Unis, de France, d’Italie, du Royaume-Uni, du Japon et bien sûr de Finlande.

Le 2 décembre 2014 seront connus les noms des six finalistes sélectionnés par un jury international indépendant de 11 membres, et leurs projets seront publiquement présentés. Il faudra encore attendre jusqu’au mois de juin 2015 pour découvrir le nom de l’heureux vainqueur. Celui-ci recevra un prix de 100.000€ et chacun des cinq candidats restants recevra un prix de 55.000€

Mais ce projet ne fait pas que des heureux et un collectif alternatif contre la localisation sur l’endroit choisi à Helsinki s’est constitué. Dans un précédent article sur ce sujet nous avions déjà dans WUKALI évoqué ce différend: Le site central du port sud d’Helsinki semble à ce jour remporter les préférences. Les écologistes qui ont de la voix en Finlande voient d’un assez mauvais oeil ce projet et selon le président du parti vert Ville Ylikari, un habitant sur cinq d’Helsinki y est favorable tandis que le maire de la capitale, Jussi Pajunen, au contraire est un fervent avocat pour un musée Guggenheim dans sa ville. En outre les écologistes contestent aussi la franchise que la ville d’Helsinki devrait payer pendant 20 ans à la Fondation Guggenheim et qui se monterait à environ 5 millions € par an et couvrant pour une part importante l’achat d’expositions, les salaires et l’entretien du bâtiment.

L’impact sur les finances de la ville n’est pas négligeable et s’il faut considérer le coût de départ du projet chiffré à 130 millions d’euros il faut aussi le mettre en regard des autres grandes institutions artistiques ou culturelles dernièrement construites. Ainsi en France le Centre Pompidou-Metz inauguré en 2010 n’ a coûté que 74 millions d’euros pourtant Metz n’est pas une capitale loin de là. L’impact de ce lieu d’exposition a largement contribué et avec bénéfices à dépoussiérer l’image de cette ville lorraine ! En contre-point les études ont confirmé que l’installation à Bilbao du Guggenheim a généré dans les trois ans suivant son ouverture un bénéfice de 500 millions € selon une étude publiée dans le Financial Times.

Économie, Finances et Art ne font pas bon ménage et pas seulement en France, on le constate donc maintenant en Finlande. C’est dommage et c’est surtout bête. Instrumentaliser au demeurant l’art pour des fins quant à elles politiques n’est probablement pas des plus fines pratiques. Hélas ce n’est pas nouveau, et ce qui se passe à Helsinki, ne soyons pas naïfs, se passe aussi partout dans le monde. En France rappelons-nous que d’inepties et de propos de mauvaise foi n’a t-on dits de la pyramide de Peï, voire de la Tour Eiffel en son temps.

D’autres pays ont élaboré des stratégies de développement et de communication qui positionnent l’art au coeur de leurs projets économiques et d’image. Tel est le cas d’ Abu Dhabi ( il est vrai que le robinet de l’or noir y est très largement ouvert, et certes l’expression démocratique n’y est pas non plus la plus élaborée). À cet égard actuellement quatre grands musées y sont en construction : le Musée du Louvre Abu-Dhabi construit par Jean Nouvel, le musée Guggenheim Abu Dhabi construit par Frank Gehry ( qui a aussi construit le Musée Guggenheim de Bilbao et La Fondation Louis Vuitton qui ouvrira très prochainement à Paris), le musée Zayed ( construit par le cabinet d’architectes Foster + Partners) et le musée maritime

Les «alternatifs» en Finlande doivent donc sans amateurisme sérieusement examiner la question, l’économie finlandaise n’étant pas non plus florissante et Nokia n’étant plus ce qu’il fut, mais attention il faut savoir que dans le domaine de l’électricité un courant alternatif change de sens deux fois par période et sa composante continue est nulle. Prémonitoire non ?

Kukka Kaurismäki correspondante de WUKALI en Finlande et Pierre-Alain Lévy


Sur le même sujet lire dans WUKALI

Guggenheim envisage d’ouvrir un nouveau musée à Helsinki

Guggenheim à Helsinki


WUKALI 19/09/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus