A Canadian playwriter in Metz

Les 3 et 4 octobre la nouvelle pièce de Carole Fréchette, auteur canadienne très connue dans son pays fera escale pour deux représentations de Small Talks à l’Opéra Théâtre de Metz Métropole. Sa nouvelle pièce a été crée en exclusivité mondiale au Théâtre du Peuple à Bussang lors de la dernière saison d’été.

Ecoutons un peu la conférencière qui présentera l’oeuvre lors d’une conférence organisée par le Cercle lyrique de Metz ( cf. informations en fin d’article)

« Au début, nous avançons avec la narratrice qui nous y fait pénétrer et nous y accompagne avec une pointe d’ironie tout d’abord puis avec une émotion qui monte doucement avec celle de la pièce, dans un univers très contemporain, austère, laid, pauvre financièrement comme humainement, l’univers des zones industrielles, des rues désertes et des abribus désolés, de ce que dans certains lieux on nomme « le monde d’en bas ».

Tout et chacun y apparaît sombre, désert, vétuste, distant et irrémédiablement solitaire. C’est le monde invisible, celui des sans voix, des petits employés incolores, des « petites gens » qui s’abrutissent devant la télé après leur journée de travail insipide, pour repartir le lendemain sans jamais décoller de leur réalité quotidienne. » Mais voyons un peu le détail de l’histoire.

Elle s’appelle Justine. Elle a vingt-cinq ans. Une fille normale, en apparence. Mais elle a un problème étrange qui empoisonne sa vie : elle ne sait pas faire la conversation. Faire comme dans construire, fabriquer, créer. Elle ne sait pas fabriquer des échanges avec les autres. Ne sait pas poser des questions simples – comment vont les enfants ? As-tu vu le match à la télé ? -, parler de tout et de rien, comme on dit. Ce que les anglo-saxons appellent small talk. Elle ne sait pas amorcer une conversation, encore moins l’alimenter, la relancer, la conclure. Le small talk est sa bête noire, son calvaire, son agonie. Elle a des choses à dire pourtant. Toute seule dans son salon, le soir, elle déverse ses idées sur la vie dans de longs soliloques qui la soulagent tout en lui laissant un goût amer. Elle ignore d’où lui vient ce mal, mais elle sait qu’elle n’en peut plus de la solitude où l’enferme sa drôle de paralysie. Elle veut de toutes ses forces s’intégrer, faire partie du monde.

Alors elle décide de changer. Avec les conseils de l’experte en échange conversationnel trouvée sur Internet, Justine part à la conquête du dialogue. Son territoire d’expérimentation: ses collègues de travail, sa voisine de palier, une ancienne camarade de classe, mais aussi sa mère – parleuse compulsive devenue aphasique à la suite d’un accident -, son père taciturne, sa belle-mère muette, sa belle-sœur exaltée, son frère Charlie, tombé dans le small talk quand il était bébé, véritable prince de la conversation. La pièce raconte le parcours de Justine, ses audaces, ses échecs, ses découragements, ses rechutes, jusqu’à la tension extrême, l’humiliation suprême.

En parallèle, un jeune homme, Timothée, suit sa propre trajectoire désespérée. Leurs itinéraires finiront par se croiser, et alors, l’art de la conversation prendra un tout autre sens.

On comprend donc assez facilement l’enracinement de cette pièce dans les problèmes et les questions qui traversent notre monde post moderne : comment communiquer et entrer en relation ? Comment être soi-même dans un monde où tout nous pousse à la conformité et à la ressemblance ? Carole Fréchette dit dans sa langue et avce ses propres mots ce qu’Alain Souchon dans un autre registre d’écriture traduisait sous le terme « d’ultra moderne solitude ».

Car c’est de solitude dont cette pièce parle mais elle l’aborde sous la forme du paradoxe. Comment est-il possible d’être seul dans une société où l’on peut se connecter à de multiples réseaux, appartenir à des groupes et exposer sa vie dans des shows de télé-réalité où un animateur habile extorque les confidences et les moments d’émotion.
Mais l’originalité de la pièce de Carole Fréchette ne réside pas simplement dans la description réussie d’une société malade de ses liens ; elle montre aussi comment ces difficultés se répercutent au sein même de la famille et des relations que ses membres entretiennnet entre eux dans une écriture théâtrale où se mêlent drame et rire, désespoir et humour, amour et haine.

Jean-Pierre Vidit
Président du Cercle Lyrique de Metz


Samedi 27 Septembre à 16h

16h – 17h : Conférence de présentation de l’œuvre de C.Frechette par B.Algranti-Fildier Psychiatre. Membre du C.L.M

17h – 17h30: rencontre avec la production de Small Talks

Foyer Ambroise-Thomas de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole
Entrée libre


Quelques repères biographiques

D’abord formée comme comédienne à l’École nationale de théâtre du Canada, Carole Fréchette a fait partie du Théâtre des Cuisines jusqu’au tournant des années 1980; elle y a participé à la création de trois spectacles. Parallèlement, elle a touché à plusieurs facettes de l’activité théâtrale : enseignement, organisation de festivals, critique, etc. Elle se consacre à l’écriture depuis une quinzaine d’années. Ses pièces, traduites jusqu’à maintenant en quinze langues, sont jouées un peu partout à travers le monde. Au cours des dernières années, on a pu les voir au Québec, au Canada anglais, en France, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, en Allemagne, au Portugal, en Hongrie, en Roumanie, en Russie, en Biélorussie, en Lituanie, en Arménie, en Turquie, au Liban, en Syrie, en Palestine, au Mexique, en Argentine, en Uruguay, à Cuba, au Venezuela, aux États-Unis, au Japon, au Sénégal, au Bénin, au Mali. Carole Fréchette est également l’auteure de deux romans pour adolescents, diffusés eux aussi en plusieurs langues (anglais, allemand, espagnol, italien, chinois, arabe) et elle a traduit en français la pièce de Colleen Wagner, The Monument, produite à Montréal en 2001. Tous ses textes de théâtre ont par ailleurs fait l’objet de lectures publiques et plusieurs d’entre eux ont été produits à la radio en France, en Belgique, en Suisse et en Allemagne. Les sept jours de Simon Labrosse ainsi que Jean et Béatrice ont été adaptés pour la télévision.
Ses œuvres ont été saluées par de nombreuses récompenses, au Canada et à l’étranger. Sa pièce Les quatre morts de Marie a reçu le Prix du Gouverneur Général en 1995 ainsi que le Prix Chalmers, en 1998, lors de sa création en version anglaise à Toronto. Ses ouvrages La peau d’Élisa, Les sept jours de Simon Labrosse, Jean et Béatrice ainsi que Serial Killer et autres pièces courtes ont tous été finalistes au Prix du Gouverneur Général et deux de ses textes ont été mis en nomination aux Dora Mavor Moore Awards à Toronto. En littérature jeunesse, elle a été finaliste au Prix Montréal-Brive de même qu’au Prix M. Christie pour son roman Carmen en fugue mineure. En 2002, la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) lui décernait, à Avignon, le Prix de la Francophonie pour souligner son rayonnement dans l’espace francophone; elle recevait, la même année, à Toronto, le Prix Siminovitch, la plus importante récompense en théâtre au Canada. Enfin, sa pièce Le collier d’Hélène lui méritait en 2004, en France, le Prix Sony Labou Tansi. Son dernier texte, Je pense à Yu aconnu six mises en scènes différentes depuis sa création en janvier 2012 : à Martigues, à Calgary, à Montréal, en français et en anglais, à Bruxelles, à Berlin, à Munich, ainsi qu’une reprise à Paris.
Très active dans le milieu théâtral, Carole Fréchette a présidé, de 1994 à 1999, le conseil d’administration du Centre des auteurs dramatiques, organisme voué au développement et à la promotion de la dramaturgie québécoise actuelle. Son théâtre est généralement publié chez Leméac/Actes Sud-Papiers; deux de ses textes ont paru chez Lansman; ses romans sont aux Éditions de la courte échelle.

Edition Actes-Sud-Papiers/Léméac, Mai 2014


WUKALI 29/09/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus