Unique testimonies of a fastuous past under threats in Syria


Face à la recrudescence des hostilités autour des villes de Bosra et Idlib en Syrie, la Directrice de l’Unesco, Madama Irina Bokova, vient de lancer un appel pour que le patrimoine autour des villes soit protégé. « J’appelle toutes les parties à s’engager à préserver le patrimoine mondial de Bosra ainsi que les musées d’Idlib, Maarrat al Numaan et de Bosra » a-t-elle déclaré

La ville de Bosra est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Bosra est situé au sud de la Syrie peu loin des frontières avec la Jordanie. Le nom de Bosra est cité dans les précieuses tablettes de Tell el-Amarna en Égypte, qui datent du XIVe siècle av. J.-C. et représentent la correspondance royale échangée entre les pharaons et les rois phéniciens et amorites. Cette ville est devenue la capitale du Nord du royaume nabatéen. En 106, une nouvelle ère s’ouvrit pour la ville lorsqu’elle qui fut intégrée à l’Empire romain. Devenue capitale de la Province romaine d’Arabie sous Trajan et importante étape sur l’ancienne route caravanière de La Mecque, Bosra conserve, enserrées dans ses épaisses murailles, un magnifique théâtre romain du IIe siècle. Dans cette ville se côtoient des ruines et des monuments de l’époque romaine, paléo-chrétienne, byzantine et musulmane.

Le Musée de Ma’arat al-No’man , plus au nord de la Syrie, abrite la plus importante collection de mosaïques au Proche-Orient

Depuis le déclenchement de la guerre en Syrie douze musées ont subi des dommages, bombardements ou vols

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 03/04/2015

Illustration de l’entête: Bosra. © UNESCO Véronique Dauge

Courrier des lecteurs: redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus