From American counter-culture to theatre and humanism

Les éditions Albin Michel viennent de publier un recueil des meilleures pièces de théâtre d’Alexandro Jodorowsky, aussi diverses tant par la longueur que par le contenu que « Zarathoustra » ou les célèbres  « Opéra panique  » et « L’’École des ventriloques ». Quant au fond, il est de fait le même, c’est le fil conducteur de toute l’œuvre de Jodorowsky : la solitude inhérente à la nature humaine, la communication impossible entre les hommes, les rêves, les aspirations irréalisables, mêmes les plus simples, les plus matérielles.

Alexandro Jodorowsky est un immense artiste, hélas assez méconnu en France, bien que son théâtre soit monté, mais surtout dans des scènes avant-gardistes, ses films diffusés dans des salles d’art et d’essai, quant à son œuvre littéraire, le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne figure pas dans les pseudo meilleures ventes des libraires ; pourtant cet artiste multiforme mérite d’être mieux connu, de sortir du petit cercle d’ « intellectuels avant gardistes » dans lequel il est confiné.

Né dans une famille juive d’origine russo ukrainienne au Chili en 1929, Alexandro Jodorowsky a passé sa vie entre son pays natal et la France dans les milieux artistiques les plus divers : il a été clown, acteur, mais aussi metteur en scène pour Maurice Chevalier, l’auteur d’une pièce, le fabricant de masques pour le mime Marceau, etc., mais ce touche à tout s’est investi aussi dans la démarche jungienne des tarots divinatoires (les éditions Albin Michel ont publié son ouvrage : La voie du Tarot)

Au niveau du théâtre contemporain, la contribution d’Alexandro Jodorowsky est loin d’être négligeable, en effet avec Roland Topor et Fernando Arrabal il est un des créateurs du mouvement « Théâtre panique ».

Au lecteur de découvrir la richesse de l’univers d’ Alexandro Jodorowsky à la lecture de ces quelques pièces de théâtre qui ne sont pas assez montées assez souvent. Bien sûr, ce n’est pas un théâtre « facile », pas du boulevard, mais les pièces de Koltess ou de Brecht ne sont pas aussi accessibles au premier abord.

L’univers d’ Alexandro Jodorowsky est résumé dans ces quelques phrases de Zarathoustra  : « A leur époque, d’autres jeunes, qui aujourd’hui sont les vieux que vous haïssez, ont fait les mêmes reproches que vous faites, et le monde n’a pas changé… Le monde ne s’améliore pas par des invectives, mais par des actes. Les jeunes devraient dire : « mes parents ont apporté au monde ce qu’ils ont pu. Ils m’ont fait. C’est à moi de réaliser ce qui manque. C’est à moi qu’appartient le présent et l’avenir. Je n’ai pas à réclamer quoi que ce soit, à qui que ce soit. » … Comment voulez vous rompre avec l’autorité parentale, si vous voulez devenir semblable à vos parents ? Vous allez rompre avec des valeurs, pour les remplacer par des valeurs absolument identiques … Oubliez nous ! Ne cherchez plus à démolir, construisez  ! »

Magnifique leçon que tout un chacun se doit de méditer !

Émile Cougut


Théâtre sans fin
Alexandro Jodorowsky

Éditions Albin Michel. 27€


WUKALI 01/07/2015
Courrier des lecteurs: redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus