In Marseilles great exhibition, a journey with Gods from the Mediterranean world in MuCEM


.
À travers son exposition «Migrations divines», le MuCEM apporte un nouveau regard sur la dynamique des grands polythéismes antiques.en présentant une collection d’oeuvres et d’objets archéologiques exceptionnels prêtés par la Fondation Gandur pour l’Art et le Musée d’Art et d’Histoire de Genève

Loin d’être des faits religieux isolés et figés, ces grands bassins de culture se croisent et se répondent au coeur de la Méditerranée. L’exposition se concentre sur l’Egypte, la Grèce et Rome, au sein desquels les hommes ont différemment imaginé des dieux et ont élaboré des panthéons.

Les panthéons, dans la première partie de l’exposition, sont tous distincts et possèdent les caractéristiques propres à chacune des cultures. La notion de Panthéon, (ou ensemble de dieux dont une religion célèbre un culte), recouvre des réalités différentes d’une civilisation à l’autre, et celui des Egyptiens, pour exemple, n’est pas organisé selon une hiérarchie, mais sur la base de quelques principes dont le premier suppose que le roi est le seul intermédiaire humain qui puisse s’adresser aux divinités (Aménophis IV Ashkénaton 18ème dynastie).

Le monde grec quant à lui, a eu besoin d’organiser des généalogies et des familles : les dieux sont en fait, à l’image de l’homme, représentés la plupart du temps sous des traits humains, munis d’attributs particuliers qui identifient leurs pouvoirs.|center>

La deuxième partie de l’exposition explore les voies considérées par l’homme en quête d’éternité pour approcher le divin.

De tous les dieux grecs, Dionysos est celui qui se trouve le plus souvent représenté dans l’exposition avec 15 œuvres. |center>

Toujours dans la section Panthéons, le public peut découvrir des portraits de déesses et dieux des religions égyptiennes, grecques et romaines. Leurs formes et leurs apparences peuvent surprendre, telle cette momie de chat de 39 cm de hauteur, dont la radiographie met en évidence la réalité du contenu ; un minuscule squelette de chaton et du remplissage. Ainsi, faut-il y voir non pas une préoccupation de conserver un corps de chat, mais davantage une volonté de figurer l’image qu’il représente : ici, la déesse-chatte Bastet. |left>

La troisième et dernière partie de l’exposition, Rencontres et échangess, vise à mettre en évidence les dynamiques d’emprunt et de réappropriation des différents cultes dans le bassin méditerranéen, tendant à une sorte de «syncrétisme». Commerçants, militaires, pèlerins voyagent en Méditerranée depuis la plus haute Antiquité, emportant avec eux leurs dieux, ceux de la famille, du pays ou des pays traversés.

On suit ce voyage exceptionnel et on s’émerveille. La scénographie de Sylvain Roca nous permet de jouir de la beauté des œuvres, souvent de petit format, mais qui se parent, ainsi présentées, de majesté et de grandeur.

|center>

Jean-Claude Gandur, mécène suisse est l’un des plus grand collectionneur d’antiquités au monde. En les mettant à disposition des musées, il permet au public d’apprécier des œuvres uniques, telle que cette tête de Vajrapani. «C’est un objet magique, confie-t-il. Lorsque j’ai acheté cet objet dans une vente aux enchères il y a deux ou trois ans, j’étais le seul enchérisseur. Beaucoup de gens n’y ont pas cru car il ne s’agit pas là d’une représentation très commune. Dans la religion bouddhique, ce personnage est très important. Il est le protecteur de Bouddha, c’est lui qui le fait grandir. Ce qui est étonnant aussi, c’est qu’on lui reconnaît un type très européen, car l’influence est grecque, même si nous sommes au 4è siècle après J.C. , ce qui signifie que sept cent ans après, on est toujours dans une représentation humaine qui est plus proche du type occidental que du type Indou ou l’Indus, puisque l’on est plus près du Pakistan. Il faut l’imaginer entier, une statue de trois d’environ trois mètres.
Je suis très fier de cet achat, car je ne pense pas qu’il y ait un autre exemplaire connu.. Quel remarque travail de la part de l’artiste !
».

Petra Wauters


|center>

————

Migrations Divines

MuCEM Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
Du 24 juin 2015 au 16 novembre 2015
1 esplanade du J4. Marseille

Commissaire générale : Myriame Morel-Deledalle, conservateur du patrimoine au MuCEM
Commissaires associés : Jean-Luc Chappaz, conservateur des collections égyptiennes, pharaoniques et du Soudan du Musée d’Art et d’Histoire de Genève (MAHG) et le Professeur Robert Steven Bianchi, conservateur en chef et conservateur des collections antiquités pour la Fondation Gandur pour l’Art, Genève (FGA)


WUKALI 01/03/2015
Courrier des lecteurs: redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus