It was a very short time ago when the first Russian Sputnik was beeping around The Earth


C’est une date qui s’est inscrite à tout jamais dans l’Histoire, celle du premier lancement dans l’espace d’un satellite artificiel, le début d’une course qui en très peu de temps a propulsé la connaissance humaine vers des champs infinis. Ce jour là, le 4 octobre 1957 les Russes dament le pion aux Américains. Ils sont les tous premiers au monde à s’affranchir de la pesanteur terrestre et à pouvoir propulser un satellite au delà de l’atmosphère.

Nikita Khrouchtchev (Никита Сергеевич Хрущёв) est alors Premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique.

1957 où dans le même moment dans le monde, la course aux armements nucléaires se poursuit et qu’en septembre la réunion de Londres sur le désarment échoue

Au Proche-Orient, la Syrie s’agite, les Soviétiques apportent leur soutien au régime de Damas tandis que l’’Egypte de Nasser débarque des troupes en Syrie à Lataquié

1957 une année qui voit la signature du Traité de Rome entre la Belgique, la R.F.A (République Fédérale d’Allemagne), la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas à l’origine de l’Union Européenne

C’est aussi l’année de la mort du mathématicien austro-hongrois naturalisé américain en 1937, John von Neumann, dont les travaux en maints domaines des sciences et des sciences appliquées bouleverseront la planète.

C’est l’année de la sortie au cinéma du Pont de la Rivière Kwai de David Lean, du Septième sceau de Bergman, des Sentiers de la Gloire de Kubrick ou des Nuits de Cabiria de Fellini.

Ce satellite est en fait une boule en aluminium de 58cm de diamètre pour un poids de 83kg, il dispose d’une antenne embarquée de 1 Watt qui émet un signal périodique de fréquence comprise entre 20005 et 40022 kHz, ce sera le fameux Bi-Bip d’illustre mémoire. La fusée, R7 N° 8K71PS, qui l’a propulsé a une force de poussée de 403 tonnes.

Plus fort encore dans cette rivalité est-ouest, dans cette guerre froide qui électrise le monde, deux ans après Bandung, les Russes marquent leur leadership dans une bataille idéologique continue où tout est bon pour convaincre les autres de la supériorité de son système.

Quand l’annonce à la radio est faite du lancement du satellite lancé par l’URSS, et dont on entend pour la première fois le nom russe « Spoutnik    », le monde est sidéré. Nul alors depuis Icare, ne pouvait imaginer pareil exploit. Les Américains sont pris de court. Bien au delà de la ferveur médiatique mondiale qui suit l’annonce de ce lancement, il s’agit de mettre au point un lanceur capable de porter une charge nucléaire. La fusée de propulsion avait une poussée de 430 tonnes

Dès ce mois d’octobre 1957, la conquête spatiale devient mythique avec ses premiers héros, et ce sera un chien et oui, ou plus exactement une chienne, Laïka, qui le 3 novembre 1957, un mois juste après le lancement du premier Spoutnik, sera le premier être vivant à aller dans l’espace ( elle en sera aussi une martyre).

En 1945 près la défaite nazie, Américains comme Russes avaient raflé la recherche allemande de ses plus grands chercheurs et notamment ceux qui travaillaient sur la balistique. Chacun sait l’itinéraire de Wernher von Braun qui des sites de lancement de Peenemündee dans le nord froid et embrumé de l’Allemagne se retrouva manu militari évidemment, à travailler sous le soleil de Californie pour la NASA. C’est lui qui avait mis au point en Allemagne les VI et autres V4.

Les Soviétiques n’avaient de leurs côtés pas manqué de faire de même en« accueillant» de nombreux ingénieurs et techniciens qui travaillaient à la mise au point des fusées allemandes À la différence des Américains, ils avaient aussi déménagé depuis l’Allemagne et vers l’URSS, des usines entières avec leurs machines-outils. Certains historiens voient en effet dans ce détail ce qui permit à l’URSS de devancer d’une courte tête les Américains. Ces derniers se hâtèrent d’envoyer dès le 31 janvier 1958 la fusée Explorer-1.

C’est l’ingénieur russe Sergueï Korolev (Серге́й Па́влович Королёв) qui finalisera les travaux de recherche allemands en mettant au point le premier moteur de propulsion et le lanceur Zemiorka . Il avait quelques années auparavant échappé de peu à la mort. Sous Staline (ce très cher homme), il avait été arrêté par les agents du NKVD, subi un interrogatoire« musclé», puis avait été envoyé au Goulag en Sibérie, puis dans la sinistre région de la Kolyma, avant d’être déporté dans une prison pour ingénieurs ( sharashka (Опытное конструкторское бюро, Opytnoe konstruktorskoe bûro; ОКБ ) où il se prit d’amitié pour l’ingénieur Andreï Tupolev ( Андрей Николаевич Туполев ), lui-même aussi emprisonné, il en sera plus tard libéré grâce à ce dernier.

Puis le 12 avril 1961 le cosmonaute russe Iouri Gagarine ( Ю́рий Алексе́евич Гага́рин) sur Vostok 1, sera le premier homme à tourner autour de la Terre. Trois semaines après, ce sera au tour de l’américain Alan Shepard.

Depuis, et dans un temps incroyablement court et de mémoire humaine et pour cause, la conquête spatiale est devenue la nouvelle frontière de l’humanité ( dans le sens de la New Frontier américaine). Les avancées techniques et scientifiques ont été fulgurantes. Russes, Américains, Européens, Chinois, Indiens ont multiplié les exploits et nombre d’autres pays ont développé une activité spatiale. Le Spoutnik en a été le premier maillon et les années ont passé.

Les Américains ont retrouvé leur hégémonie scientifique, le 20 juillet 1969 c’est le fantastique exploit, ils se sont posés sur la Lune puis plus tard ce sera Mars, c’est aussi une sonde de la Nasa plus de dix ans après sa lancée qui sort du système solaire et continue à émettre, on en reste pantois …!

Les sondes spatiales ont pour destination Mars ou Pluton ou des astéroïdes, les Indiens en dix mois ont mis au point une sonde d’exploration spatiale et ont avec succès réussi à la mettre en rotation autour de Mars, comme l’avait déjà fait l’Agence spatiale européenne ! L’an prochain l’Union Européenne et la Russie enverront depuis Kourou puis Baïkonour en 2018, deux missions d ‘exploration de Mars.

Tour cela n’est-il-point formidable ?

Pierre-Alain Lévy



WUKALI
04/10/2015

Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Illustration de l’entête : Photo © Sputnik. Konstatin Chalabov
Le lanceur russe Soyouz-FG transportant la capsule spatiale Soyouz TMA-13M décolle le 29 mai 2014 depuis le cosmodrome de Baïkonour.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus