All civilized world should be united to annihilate those sectarian halfwits

Les hommes de Daesh (ISIS) ont fait exploser et entièrement détruit l’Arc de Triomphe de Palmyre, c ‘est ce que l’on vient juste d’apprendre aujourd’hui. Cet acte criminel s’est déroulé hier dimanche 4 octobre 2015. Vous pourrez lire à la suite de cet article le communiqué de Madame Irina Bokova, Directrice de l’UNESCO


Que dire, tout a été dit ! Je suis pris d’une envie d’insultes, d’un prurit verbal à la manière du capitaine Haddock et sans précaution : ordures, salauds, débiles mentaux, dégénérés, crapules, criminels, résidus de fausse couche, monstres, assassins, abrutis, rebuts de l’humanité, minus habens, psychopathes

Oui j ‘ai envie de crier, de hurler ma rage ! Ces enténébrés de Daesh ou d’ISIS ( c’est la même chose), ces incapables mentaux, ces attardés d’un autre âge, ces iconoclastes puissance 1000, ces barbares, ces fossiles du crétacé inférieur ou non

, veulent entraîner le monde, et en premier lieu le monde musulman qui en est la première victime, vers le chaos. Ils se rient de ces 4000 ans de civilisations, qu’elle soit archéo -sumérienne, parthe, assyrienne, sassanide, grecque, romaine ou judéo-chétienne ou musulmane au demeurant !

Leur référence est fondamentaliste et s’inscrit dans un Coran qu’ils interprètent dans la plus extrême des restrictions, sans générosité de l’intelligence et sans culture universelle. Hors du livre prétendument écrit par Mahomet sous la dictée d’Allah, point de salut ! Quant à l’histoire proprement dite, celle de ces successions de civilisations, de règnes et de conquêtes, de constructions lapidaires ou spirituelles qui ont accompagné des rives du Tigre ou de l’Euphrate jusqu’aux rives orientales de la Méditerranée le mouvement de la civilisation depuis l’apparition de l’écriture, ils ne s’en soucient comme d’une guigne!

Nul doute qu’ils ignorent les poèmes et les pages somptueuses dictés par l’amour d’Allah de la mystique Rabi’a al-‘Adawiyya (713-801) ou de Husayn al-Hallaj (857-922) et dont fait état Malek Chebel dans son tout dernier livre juste sorti: « Les grandes figures de l’Islam ».

N’ajoutons pas à leurs tares leur incapacité à réfléchir et s’interroger sur leur livre de référence pour l’adapter au temps présent. Leur ineptie mentale et leur intolérance constitutive, mâtinées de leur abyssale manque de culture élémentaire, les empêchent d’être présents au monde. Ils ont pour objectif de ressusciter un mythique califat, un ersatz de puissance qui n’existent que dans leurs têtes, un peu à la manière des Nazis, des Maoïstes ou autres Khmers rouges de sinistre mémoire!

Parce que l’art est consubstantiel de l’humanité, qu’il en est non point le fleuron décoratif mais l’énergie première et créatrice, qu’il constitue la démonstration du génie humain sur les forces de la nature et sur le chaos originel. Parce qu’aussi il permet un regard différencié et critique et est apte à répondre en les apaisant aux passions et aux instincts primordiaux, il est toujours, avec ses admirateurs, tous ceux qui le fortifient soit en en vivifiant la longue chaîne patrimoniale ou en en partageant la pratique, la première victime. Les hommes de Daesh donnent la mort comme ils respirent, bien loin de vouloir reconstituer un temps de grandeur de la puissance de l’Islam, ils rendent compte par leurs actes, de leur sadisme et du mépris qu’ils ont des autres. Ils salissent leur propre patrimoine intellectuel. Ce n’est pas le «Viva la Muerte » des fascistes espagnols, c ‘est infiniment pire! C’est une culture barbare, sanglante et sauvage vouée à basculer l’humanité dans les ténèbres quelles qu’en soient les conséquences. C’est la mystique inculte d’une secte fanatique qu’il convient d’éradiquer

Pierre-Alain Lévy



Paris, 5 octobre – La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a vivement condamné la destruction de l’arc de triomphe de Palmyre, monument civil deux fois millénaire et symbole de la ville inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Cette nouvelle destruction montre à quel point les extrémistes sont terrifiés par l’histoire et la culture, car la connaissance du passé décrédibilise et délégitime toutes les prétextes utilisés pour justifier ces crimes, et les font apparaitre pour ce qu’ils sont : une pure expression de haine et d’ignorance. Palmyre incarne dans sa pierre tout ce que les extrémistes ont en horreur : la diversité culturelle, le dialogue des cultures, la rencontre des peuples de toutes les origines dans cette cité caravanière entre l’Europe et l’Asie.

En dépit de leur acharnement criminel, les extrémistes ne parviendront jamais à effacer l’histoire, ni à passer sous silence la mémoire de ce site qui incarne l’unité et l’identité du peuple syrien. Chaque nouvelle destruction doit nous encourager à faire connaître la signification de ce patrimoine, dans les musées, dans les écoles, dans les médias… Cela fait partie intégrante du sauvetage de la ville, et de la lutte mondiale contre le nettoyage culturel qui sévit au Moyen-Orient. Je salue les professeurs, les journalistes, les associations et les professionnels de la culture et tous les citoyens qui participent à cet effort, et aident à transmettre l’histoire de Palmyre aux générations futures.

Il n’y aura pas d’impunité pour les criminels de guerre, et l’UNESCO mettra tout en œuvre, à son niveau, pour que les auteurs de ces destructions soient jugés et punis en étroite coopération avec la Cour pénale internationale. Dans l’immédiat, face à ce nouveau crime de guerre, l’UNESCO réaffirme sa détermination à poursuivre la protection de ce qui peut être sauvé, par une lutte sans merci contre le trafic illicite des objets culturels, par la documentation et la mise en réseau des milliers d’experts, en Syrie et dans le monde, qui s’attachent à la transmission de ce patrimoine, y compris par les moyens technologiques modernes ».

L’arche de Triomphe à trois entrées, construit par Septime Sévère entre 193 et 211 après J.-C est un symbole de la ville, dont l’image a fait le tour du monde. Chef d’œuvre d’architecture civile et d’aménagement urbain, il était surmonté d’ornements géométriques et floraux, et marquait la jonction entre l’immense colonnade de plus d’un kilomètre et le Temple de Bel, également détruit cette année.


WUKALI 05/10/2015

Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Illustration de l’entête : Crédit photo The Telegraph, dynamitage de l’arc de triomphe de Palmyre


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus