French presidential elections, few hours before … before what ?


Voila, on y est arrivé, depuis moins d’une heure maintenant, tandis que je débute l’écriture de cet éditorial, les bureaux de vote sont ouverts. Des mois et des semaines de débats, de scandales et de bouleversements de l’opinion. Difficile d’écrire à quelques heures d’une échéance dont les critiques et les experts après la clôture du scrutin diront en prenant la posture: «comme je vous l’avais dit…»!. Et pourtant, comment ne pas réagir et tenter d’exprimer sans filet ni ceinture de sécurité ce à quoi je pense , quitte à me battre ce soir la coulpe, ce que je n’ose considérer !

S’il est à l’avance une chose sûre, n’anticipons pas, mais hélas rigoureusement constatée par tous les instituts de sondage: c’est le taux élevé des voix portées sur le Front National et [**Marine Le Pen*]. Imaginer que plus de 25% des Français (nous le saurons avec exactitude ce soir) puissent se déterminer sur ce parti est proprement monstrueux. Cependant allons au delà de la froideur des pourcentages. Devrait-on estimer que ces Français seraient fascistes, omnubilés par les théories nauséabondes de ce parti d’extrême-droite et qui se drappe dans la vertu médiatique du populisme de bon aloi incarné par une héritière blonde ? Très certainement pas! On serait plus enclin à penser qu’il s’agit du même phénomène à l’oeuvre dans les démocraties frappées par la crise. Dans chacune d’entre elle, le populisme incarne le refus de l’«établissement» comme aimait à le dire le fondateur du FN. Et oui l’Amérique de [**Trump*] en est le parfait exemple et l’Europe, notre Europe n’est pas épargnée, du Brexit aux dérives populistes et anti-européennes un peu partout. En tous cas il est un mot que nous entendrons ce soir, c’est celui de «colère ». Il appartiendra au vainqueur de l’élection présidentielle (et je ne doute pas qu’il s’agisse d'[**Emmanuel Macron*]), celui qui fera tomber de son piédestal Marine Le Pen, d’apaiser la société française.

Les surprises pourraient venir des candidats marginaux, peut-être [**François Asselineau*] dont on a du mal à cerner l’électorat.

Venons en à l’extrême-gauche, les candidatures de [**Nathalie Artaud*] et de [**Philippe Poutou*]. C’est une tradition somme toute bien française, en tous cas bien ancrée dans les élections présidentielles sous la Vè République. Reconnaissons leur le mérite de la sincérité. Quant au reste, le discours est soit creux, Nathalie Artaud n’a aucun programme à proposer, pas le moindre programme de gouvernement, c’est du «yaka faucon» sauce communiste ou trotskiste façon Poutou. Pour ce dernier l’indigence de la réflexion politique avoisine avec l’ineptie et le scandale quand il propose de désarmer la police, inutile d’épiloguer !

Pour [**Jacques Cheminade*], je ne suis pas sûr que sa proposition au demeurant intelligente d’exploration spatiale, soit suffisante pour enthousiasmer Margot ! Quant à [**Nicolas Dupont-Aignan*], il retrouvera sur son nom un certain nombre de voix d’électeurs de droite qui ne peuvent pas voter Fillon, que dire de plus d’un candidat si diaphane !

[**Jean Lassalle*], c’est une candidature, béret basque et fromage de brebis, ; L’homme est indéniablement sympathique. Ses propositions sentent le terroir, colchiques dans les prés et Madiran. «Cascades qui tombez des neiges entraînées, Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées». Mais est-ce bien suffisant pour briguer la magistrature suprême…!

Venons-en aux frères ennemis, **Benoît Hamon*] et [**Jean-Luc Mélenchon!*] «Et plus dure sera la chute,» je pourrais poursuivre pour Hamon dans la métaphore proverbiale: «qui sème le vent, récolte la tempête», en l’occurence celle du Parti socialiste qu’il a entraîné dans le désastre. «On ne tire pas sur une ambulance» avait dit en son temps, [**Françoise Giroud*] parlant de [**Chaban-Delmas*]. Là pour parler de Hamon, ce n’est plus d’une ambulance qu’il s’agit mais d’un corbillard, comme dans le sketch [Le sens interdit de [**Raymond Devos*] ! Lui qui se faisait le champion de ces frondeurs qui ont miné le quinquennat de François Hollande embouchant un discours hors-sol et anti social-démocrate, le voilà qui trébuche dans une campagne minable, sans charisme ni élan! Je n’enfoncerais pas le couteau dans la plaie en évoquant sa pitoyable intervention dans l’émission de [**Laurent Ruquier*] où il faisait part de son désistement hypothétique au 2ème tour pour Jean-Luc Mélenchon, le degré zéro de la politique !

[**Jean-Luc Mélenchon*], le personnage est loin d’être antipathique mais cela suffit-il à faire un bon candidat ? L’homme est cultivé, a de la densité, s’exprime bien ( il a beaucoup appris de ce point de vue là quand il était au Palais du Luxembourg). Comme [**François Mitterand*] en son temps, il a lissé non point ses canines, aussi son discours et ses postures dans les toutes dernières semaines de la campagne, se sont apaisés laissant opérer en roue-libre un marketing de communication. De son programme, retenons des dépenses spectaculaires non maîtrisées et budgétées, des positionnements diplomatiques flous et pour le moins peu rassurants, mais le plus grave dans tout cela c’est essentiellement son option de réforme constitutionnelle avec toutes les conséquences de déstabilisation politique et sociale dont vraiment le pays n’a pas du tout besoin! La grande question est talonnera-t-il François Fillon voire le dépassera-t-il ?

Ah Fillon, ce cher** François Fillon*], comme je l’écrivais dans Wukali dans le [trompinoscope des Présidentielles. Voila un cas qui fera école et qui marquera à tout jamais l’élection de 2017. Lui qui avait tricoté en douce les défaites successives de [**Coppée*], [**Sarkozy*], et [**Juppé*], qui avait manoeuvré subrepticement pour barrer les primaires de la droite et vaincre contre toute attente médiatique les autres candidats ; lui encore qui se voyait roi, son passé le rattrape, et vole au vent les habits de preux chevalier pour ceux moins reluisants de mis en examen …Patatras, exit ! On lui a taillé un costume, non ?

[**Emmanuel Macron*]. Encore une fois cette sacrée société politique française, qui fonctionne par taquets comme je la nomme. Qui eût pu penser voila peu que ce jeune ministre mal connu du public et sous-estimé à tort (la suite l’a confirmé) serait capable de se hisser, pour un duel de deuxième tour ( car pour moi il ne fait aucun doute qu’il obtiendra le plus grand nombre de voix). Notre France ravaudée par les corporatismes, rongée par une impuissance à se réformer, d’un côté les partisans du grand soir arcboutés sur leurs privilèges politiques et syndicaux, de l’autre les libéraux de type thatchériens pur poil, inconséquents, notre France que l’on croyait, à écouter certains augures, devenue stérile et impotente, s’apprête à renouer avec son Histoire . En peu de temps à travers toute cette campagne Emmanuel Macron a labouré le terrain et développé les dynamiques en exposant ses propositions économiques et sociales capables de reconstruire le pays, de mettre le paquet comme l’on dit sur l’éducation et la culture, bref en un mot de redonner tout simplement de l’optimisme au pays ce dont tout un chacun de nous a besoin et qui est, nous l’avions oublié, fondamental ! Emmanuel Macron, c’est le pari entropique et dynamique du rassemblement, de l’intelligence, de la volonté, de l’exigence et du coeur.

Me voici donc arrivé à ma conclusion, au soir de ce premier tour Emmanuel Macron en première position suivi de Marine Le Pen qui cependant devrait faire un score moins brillant que celui annoncé. Faut-il voir d’ailleurs dans ses interventions outrancières de ces trois derniers semaines ( drapeau européen, politique migratoire, pique contre les Protestants, relents vichyssois) des tentatives pour redresser un pourcentage qu’elle voyait s’éroder?

Voila, j’en ai fini, me suis- je trompé, me suis-je ridiculisé dans mes prospectives ? Nous le saurons après 20h ! À l’eau, je mets en ligne !

[**Pierre-Alain Lévy*]


[(
Le Trombinoscope de Wukali
Cliquer sur chacun des noms des candidats pour lire les articles parus dans le trombinoscope.

[**Les candidats:*]

Philippe Poutou
François Asselineau
Jean-Luc Mélenchon
Marine Le Pen
Nathalie Arthaud
Nicolas Dupont-Aignan
Emmanuel Macron
Benoît Hamon
François Fillon
Jean Lassalle
Jacques Cheminade)]


Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 23/04/2017
Illustration de l’entête: photo© Ouest-France

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus