Sleeping by night alone in a museum with Rembrandt’s mysterious surrounding


Quelle idée farfelue et sublime, offrir au 10 millionième visiteur du [**Rijksmuseum d’Amsterdam*] depuis sa réouverture après travaux en 2013, une nuit dans la salle de [**La Ronde de nuit *] ! Ce privilège unique au monde il faut bien le dire, c’est celui qu’a reçu un professeur d’art, habitant de Harlem (NL), Stefan Kasper, l’heureux récipiendaire. Reçu en fanfare comme un hôte royal au son des trompettes, il a été accueilli par le directeur général du musée [**Taco Dibbits*].

,

Le royal musée avait bien fait les choses, un lit avait été installé à côté de la toile de Rembrandt, et l’hôte d’une nuit a bénéficié du service restauration du désormais célèbre RIJKS® estampillé 4 étoiles Michelin et oui, on ne se refuse rien ! A propos quel est donc ce vin qui fut offert au distingué visiteur et dont l’on aperçoit la bouteille sur la photo ?

Interrogé au lendemain de cette invention médiatique, Stefam Kasper fit l’aveu qu’il avait peu dormi, soit deux heures. Combien de fantômes, combien d’esprits venus du passé erraient ils dans ces dédales, [**Rembrandt, Saskia, le capitaine Banning Cocq, le lieutenant Van Ruytenburgh, Titus*] et tant d’autres…?

Le plus grand spécialiste de l’oeuvre de Rembrandt, [**Horst Gerson*] (1907–1978), signalait que 18 personnages recensés dans la célèbre Ronde de Nuit avaient payé 100 Florins pour être peints. Difficile d’établir une équivalence entre la monnaie de cette époque et celle d’aujourd’hui, mais eu égard aux modes de vie de ce temps ce devait être cependant beaucoup! Alors passer une nuit avec cette garde municipale, ces miliciens urbains en branle et en mouvement, ces citoyens-soldats, çà n’a pas de prix !

Errer, déambuler, dans un dialogue muet avec l’oeuvre, hors du temps, de la cadence des heures, des contingences, seul avec soi même dans une rencontre spirituelle profonde, en communion, en fusion avec l’artiste et son époque, face au tableau témoin vivant, dans le silence absolu de l’éternité et de l’unique. Humble et amoureux, respectueux et complice, sans distance, plus fort que la mort !

Seul, une nuit, dans le silence d’un musée et quel musée, en voisinage et aussi en fusion avec l ‘oeuvre, le rêve fou… Je me prends à rêver pour moi pareille merveille : au [**Louvre*] par exemple avec[** Bethsabée*] ( «Bethsabée au bain» de[** Rembrandt*] bien évidemment), intime et bouleversé devant tant de beauté tant d’émotion, le chef d’oeuvre absolu, au Cabinet des dessins retrouver les Carnets du Maroc de [**Delacroix*], au[** palais de Buckingham*] ou au château de [**Windsor*] dans les collections royales pour m’imprégner des dessins et manuscrits de [**Léonard de Vinci*], à [**Rome*] dans les impressionnantes collections vaticanes, mais aussi à [**Taipeï*] au musée national du Palais pour admirer les rouleaux de dessins des dynasties Song et Ming et peut-être même à[** Lascaux*] bien entendu, le saint des saints, «la chapelle Sixtine de la préhistoire» ! Je prendrais garde aussi de ne pas oublier la Bibliothèque Nationale telle la décrivit [**Alain Resnais*] dans «Toute la mémoire du monde», au milieu des manuscrits de l’Histoire, des incunables ou dans l’enfer il va de soi, dans l’odeur du papier, du cuir et des encres !


Ah cher [**Stefam Kasper*], je ne vous connais pas mais je vous envie, et si vous êtes désormais un Hollandais dormant en dépit de ce tumulte muet du tableau de [**Rembrandt Harmenszoon Van Rijn*], dit [**Rembrandt*], vous êtes aujourd’hui devenu un homme heureux. «Je crois aux forces de l’esprit», comme le disait dans son discours d’adieu aux Français, [**François Mitterand*]. Qu’est ce qu’un musée, et qu’est-ce que l’art, sinon pour l’un la matérialisation d’une rencontre spirituelle, le lieu de la mémoire, de la transmission et du patrimoine partagé et pour l’autre l’expression absolue de la transcendance ! Bienheureux homme, vous avez probablement discuté et rencontré dans un dialogue discret et exclusif Rembrandt, dites-nous tout oui, on veut tout savoir… !

[**Pierre-Alain Lévy*]


Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 03/06/2017

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus