The action takes place in a charming island in Brittany ( Bretagne)


Et non, il n’y a pas que Port Tudy sur l’île de Groix. Beaucoup de personnes qui n’y viennent que pour quelques heures voire quelques jours, arrivant par ce port ne savent pas que l’île comporte bien d’autres lieux dont un « bourg » assez important qui porte le même nom que la commune qui se trouve à Belle île. Soit, ce n’est pas très loin à vol d’oiseaux, mais il est évident pour les connaisseurs qu’elles ne ressemblent que de très très loin. Déjà dans Wukali, j’avais écrit mes impressions après la lecture Des couleurs de la vie de Lorraine Fouchet qui avaient cette île bretonne comme personnage principal. Il en est de même dans son dernier roman.

[**Lorraine Fouchet*] nous fait parcourir cette petite île dans tous les sens, la décrit dans ses moindres détails : de ses plages (à la plage concave des grands sables), ses rochers, ses boîtes aux lettres. Bien sûr les personnages vont boire chez Beudeff, une vraie institution d’intérêt, non national, mais international. Cette île où tout le monde se connait, cette île qui a souffert, où bien des jeunes sont partis sur le continent, comme le disent les Corses, mais qui gardent en eux une vraie nostalgie de ce petit morceau de terre qu’ils défendent, sans rien dire, contre ceux qui voudraient lui porter atteinte. Bien sûr il y a le dicton des marins brestois qui dit « Qui voit Ouessant voit son sang, Qui voit Sein voit sa fin, Qui voit Groix voit sa joie  » ; mais dans sa tétralogie d’Ouessant elle déclare : «Qui voit Ouessant voit son sang, Qui voit Molène voit sa peine, Qui voit Sein voit sa fin, Qui voit Groix voit sa croix» Tout dépend comment on aborde l’île, tout dépend comment on aborde ses habitants.

A l’inverse de son dernière roman, en quelque sorte en miroir, l’héroïne de Poste restante à Locmaria n’est pas une Grek, en breton ou une groisillone en français qui part de l’île pour se découvrir, mais une Italienne qui arrive sur l’île pour essayer de trouver son passé afin de bâtir son futur. Chiara apprend le jour de l’anniversaire de sa mère que son père, décédé alors qu’elle n’était pas née, objet du culte de sa mère qui n’a jamais eu un geste d’affection pour sa fille, n’est peut-être pas son géniteur. Ce serait peut-être un marin de Groix rencontré un soir sur l’île d’Elbe. Chiara part pour cette île dont elle n’avait jamais entendu parler pour essayer de savoir. Mais voilà son enquête, aidée par Perig, l’échotier local qui ne s’est toujours pas remis de la disparition en mer de son fils, lui permet de déterminer deux potentiels géniteurs, deux frères qui ne se parlent plus Kiian le solitaire qui cache à tous son talent de peintre, Brendan, le parvenu qui s’affiche avec une jeune qui aurait l’âge d’être sa fille s’il n’avait pas un fils.

Et puis il y a Gabin, lui aussi un non local dont Chiara tombe amoureuse et qui cache un secret, un terrible secret du à son traumatisme d’enfance, la mort de sa mère, Gabin qui fuit, qui se fuit qui est aussi Louis (comme [**Aragon*]) et Charles (comme [**Baudelaire*]), Charles le petit garçon malheureux, rejeté par sa belle-sœur, l’amoureux de la poésie.

Et quand enfin elle va pouvoir savoir qui est son père génétique, se pose la vraie question à Chiara : maintenant qu’elle sait ce qu’elle recherchait véritablement : un amour, un lieu pour vivre et s’épanouir, à quoi sert de savoir qui est son père ? Ce n’est pas de fait son problème mais celui de sa mère, enfin si elle veut savoir, car c’est avant tout son histoire et non celle de Chiara qui en est en quelque sorte que la conséquence.

[**Lorraine Fouchet*] signe encore un beau roman qui nous fait rêver tant son cri d’amour pour l’île de Groix nous touche par sa sincérité. Et puis, elle nous offre un joli cadeau : la recette du cake au romarin qui est une des spécialités incontournables de l’île.

[**Emile Cougut*]


[**Poste restante à Locmaria
Lorraine Fouchet
*]
éditions Héloïse d’Ormesson. 21€

[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 08/04/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus