Ô Déesse en nos bras si tendre et si petite,
Déesse au coeur de chair, plus faible encor que nous,
Aphrodite par qui toute Ève est Aphrodite
Et se fait adorer d’un homme à ses genoux,

Toi seule tu survis après le crépuscule
Des grands Olympiens submergés par la nuit.
Tout un monde a croulé sur le tombeau d’Hercule,
Ô Beauté! tu reviens du passé qui s’enfuit.

Telle que tu naquis dans la lumière hellène
Tu soulèves la mer,tu rougis l’églantier,
L’univers tournoyant s’enivre à ton haleine
Et le sein d’une enfant te recueille en entier.

Telle que tu naquis des sens de Praxitèle
Toute amante est divine, et je doute,à ses yeux,
Si le Ciel te fait femme ou la fait immortelle,
Si tu descends vers l’homme ou renais pour les Dieux.

[**Pierre Louÿs*] (1870-1925)


Illustration de l’entête: Jean-Honoré Fragonard (1732-1806). L’Instant désiré, vers 1770, huile sur toile 50 x 61 cm. Suisse, collection Georges Ortiz.


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 26/07/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus