Just one word: excellent !


Ce n’est pas ici que je vais expliquer le plaisir que l’on éprouve souvent à lire un livre d'[**Eric-Emmanuel Schmitt*] et encore moins qui est cet auteur tant son œuvre aussi bien théâtrale que romanesque est importante tant en quantité qu’en qualité. Soit, comme pour n’importe quel grand écrivain, parfois, il y a un élément de cette œuvre qui n’est pas à la « hauteur » de cet ensemble. Et c’est toujours avec cette sorte de petite crainte que je commence un livre de cet auteur. Si je ne l’appréciais pas, soyez bien certain, je n’aurais pas cette sorte d’appréhension.

Voilà, j’ai lu [**Madame Pylinska et le secret de Chopin*] et je suis ravi, heureux, tant on retrouve tout le réel talent d’Eric-Emmanuel Schmitt. Il faut dire que ce court roman, cette fable fait partie du « cycle de l’invisible » (c’est le septième opus de ce cycle) qui est composé en outre par Monsieur Ibrahim et les fleurs du coran ou Le sumo qui ne pouvait pas grossir, ce qui est une certitude de qualité.

Difficile, pour ne pas dire impossible de résumer cette lecture, tout au plus peut-on dire que le jeune Eric-Emmanuel Schmitt à cause de l’interprétation de sa grand tante Aimée d’un morceau de Chopin veut apprendre le piano. Jouer [**Bach, Mozart, Debussy*] ou [**Ravel*] ne lui pose aucun problème, mais [**Chopin*] lui est en quelque sorte hermétique : il joue mais obtient une série de notes et non un univers musical. Étudiant à l’École normale, il va prendre des cours de piano avec une réfugiée polonaise Madame Pylinska. Le moins que l’on puisse dire c’est que ses méthodes d’enseignement sont très originales : il ne doit pas toucher un clavier, mais regarder le vent dans la cime des arbres du jardin du Luxembourg, écouter le silence ou cueillir des fleurs le matin sans renverser une goutte de rosée, faire l’amour en passant plus au plaisir de sa partenaire qu’au sien. Alors, ce n’est qu’après avoir surmonté toutes ces épreuves qu’il comprend ce que voulait dire Aimée qu’en elle déclara après avoir joué : « Chopin, évidemment ».

Nous assistons à une fable sur la musique et la vie, la musique qui devient pour celui qui veut l’écouter et la comprendre un vrai passeur à l’âge adulte, il permet une vraie initiation à la vie. Comment ne pas penser à la flûte de l’opéra de Mozart. Ici, c’est Chopin et son piano qui permet ce passage. Et il est difficile, car il demande du travail. Le problème d’Eric-Emmanuel Schmitt était, comme lui dit dès la première leçon Madame Pylinska , c’est qu’il fait « des notes, pas des sons  ». Savoir aller au-delà de la technique, des séries de notes pour aller dans les sons qui nous amènent dans un vrai univers de plénitude et de communion avec toute l’humanité.

Madame Pylinska apprend la vie, la vraie vie à travers ses leçons, à travers l’œuvre de Chopin et la façon doit il faut savoir l’interpréter pour comprendre son message. Soit, le chemin qu’elle l’oblige à emprunter est loin d’être droit, mais c’est parce qu’il a su faire des pas de côté qu’il a pu atteindre son but. Sans eux, jamais il ne l’ aurait atteint.

Une petite leçon de vie de Madame Palynska pour finir : « Si vous couchez avec une femme qui appartient à votre genre, le genre qui vous émoustille, vous couchez avec le genre, pas avec la femme. Ça reste superficiel, peau contre peau, une autre la remplacera. Sand n’incarnait pas le genre de Chopin, et Chopin le genre de Sand : ça ne pouvait donc que marcher entre eux. Et aller loin. » Seul un grand écrivain peut ouvrir si naturellement nous ouvrir les yeux.

[**Un très grand Eric-Emmanuel Schmitt.*]

[** Émile Cougut*]|right>


[**Madame Pylinska et le secret de Chopin
Eric-Emmanuel Schmitt*]
éditions Albin-Michel. 13€50


[(


– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 31/03/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus