When Love goes errands in Montmartre cemetery

Un soir à Paris, Le sourire des femmes, Tu me trouveras au bout du monde, voilà quelques titres des livre écrits par [**Nicolas Barreau*] et dont j’ai dit le plus grand bien dans les colonnes de Wukali. Alors, voilà le dernier opus de ce que j’ai nommé une « vraie comédie humaine parisienne » que l’auteur franco-allemand est en train de bâtir.

Toujours la même recette : une histoire d’amour et Paris. Enfin un quartier, un endroit de Paris. Dans le cas présent c’est le cimetière de Montmartre : ses allées, ses monuments, ses inconnus et ses célébrités qui reposent en ces lieux.

En ce qui concerne l’amour, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça commence mal : Hélène vient de mourir d’un cancer foudroyant. Hélène est la mère d’Arthur, un petit garçon de quatre ans et l’épouse de Julien Azoulay, un écrivain de « comédies ». Sur son lit à l’hôpital elle a fait promettre à ce dernier de lui écrire après son décès, trente-trois lettres, soit autant que d’années qu’elle avait vécues.

Julien est ravagé, arrive juste à survivre car il doit s’occuper de son petit garçon qui lui veut vivre. Il vient seul ou avec son fils souvent devant la tombe d’Hélène qu’il a fait orner d’un ange en bronze ayant la figure de son aimée. Il y fait la rencontre de Sophie, sorte d’elfe menue qui répare les monuments funéraires.

Il arrive à écrire une première lettre et se force de continuer. Il y raconte son quotidien et surtout le vide qu’elle a laissé pour lui, pour Arthur, pour leur voisine, meilleure amie d’Hélène. Ces lettres il les dépose dans une cache dans le monument funéraire. Et un jour, les lettres ont disparu, à la place se trouve un petit galet en forme de cœur. Et chaque fois qu’il dépose une lettre, elle disparaît pour laisser place à un nouvel objet : une petite couronne de fleurs, une boîte à musique jouant l’air de Papagueno de La flûte enchantée, des places de cinéma pour Orphée de Cocteau, un plan de Paris qui le conduit au « Mur des je t’aime  » place Jehan-Rictus, des citations sur l’amour, etc. Julien essaie de comprendre, aidé de son ami Alexandre, monstre d’empathie. Il est de plus en plus persuadé qu’il n’y a qu’Hélène qui puisse lui répondre, qu’elle communique avec lui.

Grâce à ce « dialogue », Julien arrive de sortir progressivement de sa torpeur et se remet à écrire, à s’ouvrir lentement aux autres et à comprendre qu’il est tombé amoureux d’une autre sans pour autant trahir Hélène, le souvenir d’Hélène. Car bien sûr, il n’y a rien de surnaturel dans cet échange de lettres contre ces objets qui forment un vrai rébus, une vraie déclaration d’amour. Une femme est derrière tout cela et tout est bien qui finit bien.

Que dire de plus ? L’idée du roman est originale (Nicolas Barreau en a plein au grand plaisir du lecteur), tous les personnages sont parfaitement décrits, vivants, à la fin du livre on a qu’une envie, allait errer dans les allées du cimetière Montmartre et s’imprégner de son calme et de sa sérénité. Le style de l’auteur est simple, fluide, agréable, chatoyant. Et pourtant. Et pourtant, j’ai été (un tout petit peu déçu), il m’a manqué une sorte de souffle que je trouve généralement chez Nicolas Barreau. Les fils sont un peu gros, très vite on comprend qui est l’inconnue qui prend les lettres, il ne reste plus comme suspens de savoir comment Julien va l’identifier et s’apercevoir qu’il est tombé en amour. Un peu « à l ‘eau de rose ».
Mais, malgré cette minuscule réserve, ( oui je l’avoue, minuscule) je ne peux qu’inciter à lire Trente-trois fois mon amour, que l’on connaisse ou pas encore l’œuvre magnifique de [**Nicolas Barreau*].

[** Émile Cougut*]


[**Trente-trois fois mon amour
Nicolas Barreau*]
éditions Héloïse d’Ormesson. 18€


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus