Renaissance after destruction


L’incendie qui a dévasté [**Notre Dame de Paris*] dans la nuit du 15 au 16 avril dernier est de ces événements paroxystiques qui cristallisent un moment d’une société et qui parlent au monde. Loin des débats partisans sur la laïcité qui opposent d’une certaine manière ceux qui croient au ciel et ceux qui n’y croient pas, l’outrage formidable fait à cette ineffable nef de pierre qui signe Paris, aura rassemblé énergies et talents dans une volonté de reconstruction dans la plus grande sublimité reconnue, celles de la beauté, d’infini, d’art et de mémoire, ainsi que celles d’élévation spirituelle qui transcendent notre condition humaine ( indépendamment des familles spirituelles et religieuses auxquelles nous appartenons). L’on pourrait ainsi deviser longuement, voire symboliquement, sur ce feu de géhenne qui s’en est pris à la charpente et au toit qui coiffent Notre-Dame. il est plus intéressant et utile d’observer que moins de quatre jours après le drame des équipes d’architectes, de spécialistes et d’experts étaient à l’oeuvre pour préserver, sauver, consolider et reconstruire, comme le soir même de l’incendie et sur le parvis encombré des stigmates de la tragédie, le président de la République, [**Emmanuel Macron*] s’y était engagé.

Des techniques d’imagerie et d’ingénierie architecturales des plus sophistiquées sont dores et déjà à l’oeuvre pour la préparation du chantier de reconstruction de la cathédrale, cette video en apporte la preuve éblouissante. La virtualité des images laser va à la rencontre de l’opérativité des bâtisseurs, quel plus beau symbole de fusion et d’optimisme créatif !


[**En guise de conclusion dynamique*]

La France est un merveilleux pays, elle n’est énergique et plus vivante que lorsqu’elle est le dos au mur. Toute son histoire en témoigne, On la croyait fragile, sclérosée, devenue le pays malade de l’Europe, incapable de se réformer, vivant dans la nostalgie d’une époque révolue, celle des Trente glorieuses, attentive au charme spécieux de sirènes blondes chimériques et creuses, ou faisant du ping pong entre des Laurel et Hardy de droite ou de gauche et leurs médiocres épitopes extrêmes et inquiétants ; alors elle se cabre, et choisit pour son président un homme jeune qui en l’espace de quelques mois s’est fait son nom. Volontaire et adroit, une tête bien faite, ouvert et prenant en compte la critique, ( la crise des Gilets jaunes l’a démontré) qui a une vision du pays et de l’état, et qui engage les réformes qu’aucuns avant lui n’avaient eu la clairvoyance et le talent de mener! Clefs indispensables pour redonner confiance à la nation dans ses différences, et faire société. Il faut donc sans cesse expliquer, faire preuve de pédagogie, s’adresser au plus près des Français. Jamais au demeurant n’a-t-on vu dans notre pays une telle nécessité d’explications. Dans l’ardente obligation d’éduquer et d’instruire, au «hussard noir de la République*» d’autrefois succède aujourd’hui l’addiction solitaire derrière un écran d’ordinateur ou un portable avec les avantages mais aussi les risques de délitement que cela comporte. Il convient donc de faire sans cesse acte de pédagogie et d’apporter des explications aux décisions et politiques conduites.


Le monde de l’information, la presse, celle qui tient son rang sur les étales des kiosques à journaux, ou à la radio et à la télévision, n’a pas relayé le discours qu’Emmanuel Macron a prononcé pour la célébration des 200 ans de la naissance de [**Gustave Courbet*]. Permettez-moi de considérer que cette improvisation érudite et lyrique du chef de l’état sur le sens de l’art fera date et ne manquera pas dans les temps à venir d’être célébrée, voire étudiée. Tout y est dit, et non point de façon docte et savante, mais avec une émotion sensible, dans un discours libre, personnel et passionné, une mise en abyme en quelque sorte !

[**Pierre-Alain Lévy*]


Note: Hussard noir de la République, c ‘est à dire l’instituteur


Illustration de l’entête: capture video, Financial Times


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 23/07/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus