Découverte archéologique dans le désert de Judée en Israël
Accueil Actualités Découvertes archéologiques exceptionnelles dans des grottes dans le désert de Judée en Israël

Découvertes archéologiques exceptionnelles dans des grottes dans le désert de Judée en Israël

par Revue de presse

Il y a environ 1 900 ans, des réfugiés juifs fuyant les Romains se sont dirigés vers le désert de Judée. Parmi les objets qu’ils emportaient avec eux se trouvaient des rouleaux contenant les livres bibliques de Zacharie et de Nahum (663-612). Deux millénaires plus tard, des fragments de ces textes ont refait surface. Cette exceptionnelle découverte a été rendue public ce mardi par un communiqué de Israël Antiquities Authority (IAA).
Il s’agit de la première découverte de ce genre depuis la découverte des manuscrits de la mer Morte en 1947 et au début des années 50.

L’environnement inhospitalier était considéré comme un havre de paix alors que la guerre entre l’Empire romain et les rebelles de Judée dirigée par Shimon Bar Kokhba  בן כוסבה‎ שמעון faisait rage vers 130 (un soulèvement juif armé contre Rome sous le règne de l’empereur Hadrien, entre 132 et 136.) . Les Juifs ont trouvé refuge dans les grottes et ont apporté ce dont ils pensaient avoir besoin pour leur nouvelle vie.

Au cours des dernières décennies, les grottes ont été ciblées par des pillards désireux de trouver des artefacts à vendre sur le marché privé. Pour cette raison, il y a quelques années, l’AIA, en coopération avec le Département d’archéologie de l’administration civile d’Israël, a lancé une opération de sauvetage pour inspecter toutes les grottes de la région.

Des découvertes extraordinaires

Les découvertes, qui incluent non seulement les fragments bibliques, mais aussi des dizaines d’artefacts datant d’il y a 10 000 ans, ont été stupéfiantes.

«Plus de 80 fragments de différentes tailles ont été découverts, certains d’entre eux portant du texte, d’autres non», a déclaré le Dr Oren Ableman de l’unité des rouleaux de la mer Morte de l’IAA au Jerusalem Post. «Sur la base du script, nous les avons datés à la fin du premier siècle avant notre ère, ce qui signifie qu’au moment où il a été amené à la grotte, le rouleau était déjà vieux d’un siècle.»

Les chercheurs ont constaté que les artefacts correspondaient à d’autres fragments découverts il y a plusieurs décennies et conservés au laboratoire de l’IAA. Ils appartenaient à un rouleau contenant le Livre biblique de Zacharie, écrit en grec, à l’exception du nom de Dieu, qui était marqué en paléo-hébreu. «C’était probablement une façon de montrer l’importance du nom de Dieu», a déclaré Oren Ableman.

Fragment de manuscrit découvert.
Les mots sont rédigés en grec sauf le mot Dieu qui apparait en hébreu
Israël Antiquities Authority

La nouvelle découverte est particulièrement révolutionnaire car l’un des extraits déchiffrés présente une version de Zacharie qui n’a jamais été rencontrée auparavant, a-t-il précisé.

Les versets 16 et 17 du huitième chapitre de Zacharie se lisent: «Voici ce que vous devez faire: dites la vérité les uns aux autres, rendez la justice vraie et parfaite à vos portes. Et n’inventez pas le mal les uns contre les autres, et n’aimez pas le parjure, parce que ce sont toutes des choses que je déteste – déclare le Seigneur
Dans le fragment, le mot «portes» est remplacé par le mot «rues». «Nous n’avions jamais vu cela auparavant», a déclaré Ableman

Il n’est pas rare que les textes apparaissant sur les manuscrits de la mer Morte soient différents du texte biblique que nous connaissons aujourd’hui. Les érudits s’appuient sur ces différences pour mieux comprendre comment la version canonisée de la Bible s’est développée.

«Dans ce manuscrit, nous pouvons voir l’effort des traducteurs pour rester plus proche de l’hébreu original par rapport à ce qui s’est passé avec la Septante», a déclaré Beatriz Riestra de l’unité des manuscrits de la mer Morte de l’IAA, se référant à la première traduction grecque de la Bible datant du troisième siècle avant notre ère.

La pratique de laisser le nom de Dieu en hébreu a déjà été trouvée dans d’autres fragments de manuscrits de la mer Morte, ainsi que dans plusieurs manuscrits de périodes plus récentes de la genizah du Caire, une collection de centaines de milliers de documents conservés dans la réserve d’une synagogue dans le Capitale égyptienne, a-t-elle déclaré.

Un panier vieux de 10.000 ans

Une autre grotte abritait une autre surprise: un grand panier préhistorique tissé il y a environ 10.500 ans, environ 1 000 ans avant l’invention de la poterie. Les experts pensent que l’artefact, d’une capacité d’environ 90 litres, est le premier panier intact jamais découvert.

Des monnaies

Avec le manuscrit, les archéologues ont trouvé plusieurs pièces de monnaie frappées par les rebelles juifs sous la direction de Bar Kokhba, portant l’écriture: «Année 1 pour la rédemption d’Israël».

«Les pièces de monnaie sont une expression de souveraineté», a déclaré au Post Donald T. Ariel, chef du département des pièces de monnaie de l’IAA. « Frapper des pièces censées être gratuites. »

Les pièces en bronze comportent un palmier et une feuille de vigne.

«À l’époque, le palmier était devenu le symbole par excellence de la Judée. Les Romains eux-mêmes ont également mis le symbole sur leurs pièces de monnaie Judea Capta », a déclaré Ariel, se référant à une série de pièces de monnaie frappées par l’empire pour commémorer leur victoire dans la région.

Quelque 80 kilomètres de grottes ont déjà été étudiés dans le cadre de l’opération IAA, y compris des creux très éloignés et inaccessibles. Des drones et du matériel d’alpinisme ont été utilisés. Environ la moitié de la zone reste à explorer. Le site se trouve dans un canyon à 40km de Jérusalem

Video clip de l’expédition (Crédit: Yaniv Berman, Israel Antiquities Authority)

La grotte, connue sous le nom de «grotte de l’horreur» dans le Parc national du désert de Judée, Nahal Hever, se dresse à environ 80 mètres sous le sommet de la falaise et n’est accessible que par l’escalade uniquement en s’accrochant à des cordes.

La découverte du squelette d’un enfant

Le squelette, qui appartenait probablement à un enfant âgé de 6 à 12 ans, a été enveloppé dans un tissu et momifié. Ronit Lupu, préhistorienne à l’IAA a fait le point sur la découverte; «En déplaçant deux pierres plates, nous avons découvert une fosse peu profonde creusée intentionnellement sous elles, contenant le squelette d’un enfant placé en position fœtale», a-t-elle expliqué

(©Emil Aladjem, Israel Antiquities Authority)

« Il était évident que celui qui avait enterré l’enfant l’avait enveloppé et poussé les bords du tissu sous lui, tout comme un parent couvre son enfant dans une couverture« , fit-elle remarquer. Un petit paquet de tissu était serré dans les mains de l’enfant.
Le squelette de l’enfant et le linceul en tissu qui le couvrait étaient remarquablement bien conservés. Qui plus est, et en raison des conditions climatiques dans la grotte, un processus de momification naturelle avait eu lieu. Ainsi la peau, les tendons et même les cheveux ont été partiellement préservés, malgré le passage du temps. Les matières organiques, notamment le parchemin, le bois, les textiles et les corps humains ou animaux, ne durent généralement pas aussi longtemps. Cependant, le climat exceptionnellement sec du désert de Judée a conservé des milliers de vestiges à ce jour.

In THE JERUSALEM POST

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus