Accueil Livres, Arts, ScènesExpositions & Histoire de l'art Costumes, sambas, paillettes du Carnaval de Rio au Centre national du costume de scène de Moulins

Costumes, sambas, paillettes du Carnaval de Rio au Centre national du costume de scène de Moulins

par Communiqué musée

Considéré comme l’une des plus grandes fêtes populaires au monde, le carnaval de Rio de Janeiro réunit chaque année des millions de participants et de spectateurs, venus du monde entier, environ 6 millions en 2019.

C’est ainsi que durant plusieurs semaines, la ville de Rio est entièrement mobilisée par cet événement, célébré sous diverses formes, depuis les foules déambulant sur les avenues de la ville au son des bandas, aux fêtes de quartiers, et défilés des Écoles de samba sur le Sambodrome.

carnaval de Rio costumes
Carnaval de Rio 2020, Sambodrome, école Imperatriz Leopoldinense.
Photo Fernando Grilli © Riotur

Pour rendre compte de cette manifestation unique au monde dans sa particularité , le Centre national du costume de scène invite dans sa nouvelle exposition, défilés et parades populaires dans ses espaces, et propose une découverte de cette manifestation culturelle unique. À savoir, plus de 120 costumes de carnavaliers, d’Écoles de samba, de costumiers et d’ateliers, tous en provenance de Rio.

Cette exposition est organisée en partenariat avec Incentivo Brasil, la LIESA (Ligue indépendante des écoles de samba), Riotur (office du tourisme de Rio) et la ville de Rio.

Olécio partenaire de Wukali

Plumes, paillettes, costumes bigarrés, corps magnifiés… le carnaval de Rio fait immédiatement émerger des images de populations exaltées au rythme de la samba. Mais bien loin de ces stéréotypes, cette célébration collective s’inscrit dans un phénomène culturel qui puise ses origines dans l’histoire du Brésil et de sa mixité culturelle.

Dans cet esprit, le début de l’exposition rappelle les différents éléments historiques qui ont conduit à son apparition ainsi que les grandes étapes de son évolution, dont les liens avec le Paris du XIXe siècle et ses fameux bals masqués très courus dans la capitale française.

Des costumes proches de l’esthétique et du vestiaire de la commedia dell’arte font référence à ces influences européennes toujours présentes dans le carnaval contemporain.

Le parcours conduit ensuite le visiteur dans les rues de Rio et des blocos au sein de foules immenses déambulant sur les grandes artères de la ville, comme celles en bordure des plages de Copacabana ou d’Ipanema.

Ces groupes de musique sont suivis par des milliers de cariocas en liesse, arborant des tenues improbables, constituées de déguisements achetés, d’accessoires détournés, de créations artistiques individuelles ou collectives.

Très fréquentées, ces parades ont supplanté depuis plusieurs années les bals masqués, organisés par la haute société depuis la fin du XIXe siècle dans les clubs privés, les théâtres ou les salons de grands hôtels. Ces soirées étaient très prisées par l’aristocratie brésilienne et les célébrités du monde entier, venues s’y divertir.

Costumes de carnaval de rue et robes de soirée à la mode brésilienne illustrent ces deux volets antinomiques mais bien caractéristiques des diversités du carnaval de Rio

En outre, autre particularité de ces fêtes carnavalesques et pas la moindre, les costumes très caractéristiques des Bate-Bolas, groupes d’individus, traditionnellement masculins, issus d’une même famille ou d’un même quartier.

Ainsi il faut savoir que ces personnages se produisent dans les banlieues périphériques du nord et de l’ouest de Rio et se distinguent par le bruit des balles qu’ils frappent au sol (Bate-Bolas signifie « frapper la balle »). Leurs costumes, leurs masques, leurs accessoires composés d’ombrelles, de peluches, de drapeaux et de balles… s’inspirent de codes graphiques et d’images de bandes dessinées. Leurs tenues, volumineuses et colorées, provoquent des effets surprenants, accentués par l’utilisation de feux d’artifice qui les accompagnent.

L’histoire du carnaval de Rio reste intrinsèquement liée aux Écoles de samba. Ces organisations communautaires, porteuses de missions associatives et sociales au sein des favelas, sont les principaux artisans des défilés du carnaval.

À cet égard, plusieurs salles de l’exposition sont consacrées à leur fonctionnement à travers les principaux composants. Des costumes prêtés par les Écoles, issus du carnaval de 2020 illustrent les différentes étapes de préparation : les thèmes des défilés (enredos), le travail du carnavalesco (dessinateur de costumes et de chars), la fabrication des costumes et des chars dans les ateliers ou la cité de la Samba, la porte-drapeaux accompagnée du maitre de cérémonie, les groupes (alas), la batterie(bateriaqui scande la musique et les paroles chantées par tous les cariocas, les baianas, groupes de femmes vêtues de grandes robes crinolines, considérées comme les « mères de la samba », un des moments les plus attendus et les plus aimés des brésiliens.

carnaval de Rio costumes
Les baianas du Carnaval de Rio 2020. Sambodrome, école Grande Rio. Photo Fernando Grilli © Riotur

Au final, dans la dernière salle, le visiteur est immergé au sein du Sambodrome réinterprété pour l’occasion. Cette avenue de 900 mètres de long sur 13 de large, pouvant accueillir jusqu’à 120 000 spectateurs, a été construite par le célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer pour accueillir les défilés du carnaval depuis 1984.

L’imagination débordante dans la confection des chars allégoriques et dans les costumes qui sont pour certains de véritables « pièces montées » de plumes et de pierreries, font de ce défilé une débauche de créations originales sans cesse renouvelées.

Cette ultime salle présente des costumes de destaques1, personnages aux costumes les plus imposants placés généralement au sommet des chars. Pouvant atteindre plusieurs mètres d’envergure, ces structures représentent un travail considérable de couture et de construction, comptant des milliers de strass et de plumes. Les destaques sont le plus souvent des personnalités publiques, des vedettes et des stars, témoignant ainsi de leur soutien à l’École qu’ils représentent.

1. Littéralement destaque signifie, se démarquer, sortir du lot.

Le Centre national du costume de scène de Moulins

Situé dans une ancienne caserne militaire du XVIIIe siècle classée Monument historique, le CNCS a attiré depuis son ouverture en 2006 plus de 1 000 000 de visiteurs.

Véritable fleuron du patrimoine artistique, le CNCS conserve, montre et explique les œuvres d’une collection unique au monde composée aujourd’hui de 10 000 costumes de théâtre, de danse et d’opéra du milieu du XIXe siècle à nos jours provenant de dépôts des trois institutions fondatrices du Centre, la Bibliothèque nationale de Francela Comédie- Française et l’Opéra national de Paris, auxquels sont venus s’ajouter de nombreux dons de compagnies, d’artistes et de théâtres.

Ce musée unique au monde a présenté pas moins de 29 expositions saluées par le public et abrite depuis 2013 la collection du danseur Rudolf Noureev soit un ensemble de 3 500 pièces.

Exposition 
Carnaval de Rio
Le plus grand spectacle du monde

4 décembre 2021 – 30 avril 2022
Centre national du costume de scène. Moulins (Allier).

Illustration de l’entête: carnaval de Rio 2020. Photo Fernando Grilli © Riotur

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus