ADN archéologie
Accueil Actualités Le visage d’une femme ayant vécu à l’âge de bronze révélé grâce à son ADN

Le visage d’une femme ayant vécu à l’âge de bronze révélé grâce à son ADN

par Pierre-Alain Lévy

« La langue de l’Europe c’est la traduction » disait avec justesse Umberto Eco. C’est ainsi que nous aimons fouiller dans cette presse européenne ou internationale pour trouver des sujets éditoriaux pour WUKALI et les traduire. Connaître, rechercher, découvrir, fureter avec curiosité et prendre ainsi conscience d’un patrimoine culturel pour retrouver des racines, des fondements. Telle est la démarche qui nous anime.

L’archéologie est une science ancienne aujourd’hui propulsée en avant par les multiples avancées des sciences, de la biologie moléculaire et des techniques d’imagerie notamment. Cet article en est la démonstration, il est basé sur les informations contenues dans un article publié dans le magazine tchèque BLESK.
P-A L

Le visage d’une femme qui vivait en Europe centrale il y a près de 4 000 ans a été reconstitué à partir de son crâne et des restes de son ADN

Des chercheurs ont reconstitué le visage d’une petite femme aux cheveux bruns qui faisait partie des habitants les plus riches de la Bohême de l’âge du bronze.

Archéologie sciences ADN
Photo Zdeněk Matyáš, Archeologickÿ ústav AV ČR

La femme a été enterrée avec cinq bracelets en bronze, deux boucles d’oreille en or et un collier à trois brins composé de plus de 400 perles d’ambre. Trois aiguilles à coudre en bronze ont également été enterrées avec elle. Elle faisait partie de la culture Únětice (vers 2300 av. J.-C. – vers 1600 av. J.-C.) , un groupe de peuples du début de l’âge du bronze en Europe centrale, connu pour ses objets en métal, notamment des têtes de hache, des poignards, des bracelets et des torques, colliers rigides en métal torsadé.

Archéologie sciences ADN
Site de fouille à Mikulovice
Photo Zdeněk Matyáš, Archeologickÿ ústav AV ČR

Plusieurs groupes de tombes à squelettes ont été mis au jour par des archéologues près de Mikulovice entre 2007 et 2009. Il est rapidement apparu que le site funéraire était extrêmement riche en matériel funéraire. Les fouilles ont permis d’obtenir une multitude d’informations sur la période située autour de 2000 avant J.-C., lorsque la métallurgie du bronze et le commerce de longue distance se sont développés en Europe centrale.

« À cette époque cruciale, le territoire de l’actuelle Bohême, associé à la culture archéologique dite unetienne, était l’une des régions les plus avancées du continent européen, avec des zones du sud de l’Angleterre et du sud-est de l’Espagne, et ses habitants ont donné le ton du développement social, économique et politique de toute la grande Europe centrale pendant plusieurs siècles », a déclaré Jiří Mitáček, directeur du musée.

Olécio partenaire de Wukali

Si l’identité de la femme n’est pas claire, elle était très riche, c’est aussi ce qu’a déclaré Michal Ernée de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences de la République tchèque.

La femme a vécu entre 1880 et 1750 avant J.-C., selon la datation au radiocarbone du cimetière où ses ossements ont été trouvés. Le cimetière se trouve près du village de Mikulovice, dans le nord de la République tchèque. Les 27 tombes du cimetière se sont révélées être un remarquable trésor d’artefacts, dont environ 900 objets en ambre.

Archéologie sciences ADN
Michel Ernée, directeur de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences de la République tchèque. Photo Zdeněk Matyáš, Archeologickÿ ústav AV ČR

« Nous avons de l’ambre dans 40% de toutes les tombes de femmes« , a déclaré Michel Ernée. Il y a plus d’ambre dans ce seul cimetière que dans toutes les tombes Únětic d’Allemagne.

« Nous avons deux régions voisines d’une même culture archéologique, mais les systèmes sociaux n’étaient probablement pas les mêmes« , a-t-il ajouté.

Cet ambre provenait probablement de la Baltique, ce qui indique que le peuple Únětice faisait partie d’un vaste réseau commercial en Europe à l’époque. Les objets en bronze fabriqués par les Européens de cette époque démontrent également la sophistication du commerce à l’âge du bronze. On trouve des objets en bronze sur tout le continent, mais les matières premières du bronze, de l’étain et du cuivre ne provenaient que de quelques régions.

Parmi les restes squelettiques trouvés dans le cimetière près de Mikulovice, la femme portant l’ambre avait le crâne le mieux préservé. C’est une heureuse coïncidence que la tombe la plus riche contenait également des restes de squelettes qui pourraient servir de base à une reconstitution, a déclaré Ernée.

Autre chance pour les archéologues, les os étaient suffisamment bien conservés pour contenir encore des morceaux de l’ADN de la femme. Ces séquences génétiques ont permis aux chercheurs de découvrir que ses yeux et ses cheveux étaient bruns et que sa peau était claire. L’anthropologue Eva Vaníčková, du musée morave de Brno, et le sculpteur Ondřej Bílek ont collaboré à la réalisation du modèle de torse de la femme. « Pour la reconstitution de l’expression faciale, nous avons opté pour une expression légèrement hautaine, prenant en compte dans nos réflexions la richesse que nous avons trouvée dans la tombe« , a déclaré à la presse madameVanickova

Archéologie sciences ADN
Textile, fibule et collier en perles d’ambre
Photo Zdeněk Matyáš, Archeologickÿ ústav AV ČR

Les vêtements et les accessoires de la femme ont pu être reconstitués. Ludmila Barčáková, de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences, a fabriqué le collier d’ambre et les boucles d’oreille en or, le métallurgiste Radek Lukůvka a recréé les bracelets et les aiguilles en bronze, et Kristýna Urbanová, archéologue spécialisée dans les textiles, a confectionné les vêtements de la femme.

L’ADN ancien ayant pu être récupéré sur d’autres os du cimetière, les chercheurs s’efforcent maintenant de déterminer les liens de parenté entre les personnes enterrées à cet endroit, a indiqué Mme Ernée. Le cimetière pourrait également fournir de nouveaux indices sur les différences régionales en Europe centrale au début de l’âge du bronze. Dans les régions voisines de Bohême, a expliqué Mme Ernée, les riches tombes que l’on trouve appartiennent toutes à des hommes. On ne sait pas si les femmes avaient un statut différent dans la région située près de l’actuelle Mikulovice, a-t-il ajouté. Il est possible que les femmes contrôlaient individuellement plus de richesses que les femmes des régions voisines, mais il est également possible qu’elles aient été enterrées avec des richesses pour montrer la richesse de leurs parents masculins.

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus