Mars rover Curiosity
Accueil Actualités CURIOSITY le rover d’exploration de la Nasa sur Mars. 10 ans déjà d’expériences et de découvertes

CURIOSITY le rover d’exploration de la Nasa sur Mars. 10 ans déjà d’expériences et de découvertes

par Revue de presse

Comment ne pas s’enthousiasmer pour la conquête spatiale et ce fantastique exploit de l’histoire de l’humanité, la pose d’un robot sur Mars voilà déjà maintenant 10 ans. La planète Mars est en effet à une distance « moyenne » de 220 millions de kilomètres de la Terre. Moyenne en effet car la planète décrit une orbite elliptique. « Waoo ! « , pourrait s’exclamer le titi médusé qui apprendrait cette information. Enfin  » titi » et « pas que« , quiconque en effet, ne peut- être qu’ébloui par cette performance scientifique et l’exigence technique qui lui furent indispensables dans tant de domaines d’excellence.

Nous avions bien entendu dans les colonnes de WUKALI, célébré ce fabuleux événement dès le début ( cliquer)à la mesure de cet humain exploit! Curiosity c’est aussi le fruit de collaborations multiples, de mises au point, d’inventions, de brevets, d’un travail collaboratif tout bonnement exceptionnel ( et le mot est bien faible!). La Nasa associée avec d’autres partenaires, et les équipes françaises et européennes (cliquer) ont su avec brio y tenir leur place.

Le rover Curiosity de la NASA a franchi une étape importante : le robot célèbre le 10e anniversaire de son atterrissage sur Mars le 5 août 2012.

L’aventure se poursuit, les analyses se succèdent, des perspectives se font jour (martien ?). C’est ce que cet article de Space.com relate et que nous avons choisi pour notre revue de presse. Il est écrit avec talent par Stephanie Waldek.

Pierre-Alain Lévy

Au cours de cette décennie, le rover a considérablement fait progresser notre compréhension de la planète rouge grâce à son exploration et à ses recherches. Le principal objectif de la mission de Curiosity était de déterminer si Mars était habitable ou non dans le passé. Grâce aux missions précédentes, les scientifiques avaient déjà déterminé que de l’eau était autrefois présente sur Mars et qu’elle l’est actuellement sous forme de glace. Mais l’eau seule ne suffit pas à entretenir la vie.

« Pour déterminer l’habitabilité, il faut savoir s’il y avait des choses comme des molécules organiques – des molécules contenant du carbone dont la vie a besoin – des sources d’énergie, d’autres molécules dont la vie a besoin, comme l’azote, le phosphore, l’oxygène« , a déclaré à Space.com Abigail Fraeman, scientifique adjointe du projet Curiosity, qui est également scientifique planétaire au Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie. « Et nous avons constaté que tous ces éléments étaient présents« .

Afin de trouver ces signatures clés de l’habitabilité sur Mars, Curiosity emporte avec lui des outils pour forer la surface de la planète et des spectromètres comme l’analyse d’échantillons sur Mars (SAM) et la chimie et la minéralogie (CheMin) qui peuvent analyser les échantillons obtenus. Au cours de ses premières années sur la planète, le rover a déjà découvert des conditions essentielles à la vie.

« Nous avons donc découvert, premièrement, que Mars était habitable, et deuxièmement, que ces environnements habitables ont persisté pendant des dizaines de millions d’années, très probablement, peut-être même des centaines de millions d’années, ce qui était surprenant et excitant« , a déclaré la scientifique.

Olécio partenaire de Wukali

Les recherches du rover sur les roches et le sol de Mars ont également permis d’obtenir de nouvelles informations sur les cycles des eaux souterraines sur Mars. « Toutes les roches que nous avons traversées montrent non seulement la signature de l’eau lorsqu’elles ont été déposées à l’origine, mais aussi cette surimpression ultérieure d’un, deux ou des dizaines de cycles d’eau souterraine circulant dans les roches« , nous a fait savoir Abigaïl Fraeman. « Et donc cela a vraiment souligné l’importance de l’eau souterraine sur Mars, ce qui aurait été un processus vraiment important.« 

Mais en une décennie d’exploration, Curiosity a découvert bien plus que les éléments constitutifs de la vie. « L’un des types de science dont on ne parle pas beaucoup, mais qui est très important et très intéressant, est la science environnementale que nous avons menée« , nous a-t-elle précisé.

Curiosity est équipé de détecteurs de rayonnement et de capteurs environnementaux et atmosphériques qui ont été mis à profit sur Mars. Par exemple, tout au long de ses pérégrinations, lorsque Curiosity s’est approché de formations géologiques comme des falaises et des buttes, les instruments du rover ont détecté que les roches bloquaient les radiations pour les atteindre. « Nous pouvons maintenant utiliser cela pour des modèles destinés aux futurs astronautes. Par exemple, peut-on utiliser le terrain naturel comme bouclier ? » Précise-t-elle avec vivacité.

Elle est également enthousiasmée par l’étude de la météo martienne par Curiosity, notant que l’année dernière encore, Curiosity a photographié de magnifiques nuages dits noctilucides, qui apparaissent au coucher du soleil en hiver.

Bien que la mission initiale de Curiosity ait duré un peu moins de deux années terrestres, dix ans plus tard, le rover est toujours en relativement bonne santé, suffisamment pour poursuivre son travail. « Nous avons un peu d’arthrite, un peu de douleurs dans les articulations« , dit-elle avec un sourire. Ses roues, par exemple, ont développé quelques trous après 28 kilomètres de voyage et 600 mètres de dénivelé. Mais Fraeman a noté que les roues accumulent les dommages à un rythme relativement lent, ce qui permet à Curiosity de continuer à avancer.

« Je pense que ce qui est le plus remarquable pour moi, c’est que tous les instruments scientifiques fonctionnent aussi bien qu’au moment de l’atterrissage », a-t-elle déclaré. « Nous sommes toujours capables de développer la même qualité et la même ampleur de science qu’il y a 10 ans, et c’est assez extraordinaire.« 

Le prochain objectif de Curiosity est d’étudier ce qu’il est advenu du climat autrefois habitable de Mars et de déterminer combien de temps la région est restée habitable lorsque l’eau a commencé à se tarir. Alors que le rover a passé la dernière décennie à explorer les environnements lacustres – plus récemment, une région où les dunes de sable se sont formées à mesure que les lacs disparaissaient – l’équipe envoie maintenant l’explorateur encore plus haut sur le mont Sharp.

« Nous sommes si près d’atteindre ce que nous appelons l’unité Layered-Sulfate, qui est une partie complètement différente du mont Sharp« , a déclaré Fraeman. « Nous voyons depuis l’orbite qu’elle a une texture différente, une minéralogie différente, et nous pensons que cela va représenter une époque environnementale très différente sur Mars. Nous sommes impatients de voir quels ont été ces changements environnementaux, comment ils se reflètent dans la roche, et ce que cela signifie pour l’habitabilité.« 

Mais avant que Curiosity ne s’attaque à tout cela, l’équipe va passer un peu de temps à célébrer cet anniversaire. « Ceux d’entre nous qui sont locaux à Pasadena, nous allons faire une fête. Nous allons nous réunir autour de nourriture thaïlandaise, nous ferons une tombola, nous allons faire la fête. Bref, je pense qu’il s’agira simplement d’une bonne occasion pour nous de célébrer dans la bonne humeur ces réalisations et, je l’espère, de nous tourner vers d’autres sciences si excitantes. »

Illustration de l’entête:
Non « il ne s’agit pas d’une pipe« , mais bel et bien d’une photo du Rover Curiosity prise sur la planète Mars !
Photographie prise comme un selfie de Curiosity sur le Mont Mercou le 30 mars 2021. (Credit image: NASA/JPL-Caltech/MSSS)

Traduction, adaptation et choix des photos et vidéos par WUKALI

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus