Facteur Cheval Dora Maar
Accueil Actualités Dora Maar visite avec Picasso le Palais du facteur Cheval

Dora Maar visite avec Picasso le Palais du facteur Cheval

par Communiqué musée

Le Palais idéal du facteur Cheval est heureux et fier de présenter une série de six images inédites réalisées par Dora Maar lors de sa visite à Hauterives, en 1937. Ces photographies (négatifs et tirages originaux) viennent désormais rejoindre de façon permanente les collections du Palais idéal. 

Dora Maar facteur Cheval

Suite au succès de l’exposition que lui avait consacré le Centre Pompidou en 2019, la maison de vente Artcurial a organisé les 27 et 28 juin 2022 une vente de 750 clichés (le plus souvent inédits) regroupés en 356 lots et présentés, pour chacun, avec le négatif original, l’épreuve contact d’époque et un tirage contemporain agrandi à 30 par 40 cm, réalisé spécialement, sous le contrôle des ayants droit de Dora Maar. 

C’est dans le cadre de cette vente que le Palais idéal s’est porté acquéreur de plusieurs clichés. Aujourd’hui, restaurés et présentés au public, il s’agit d’une nouvelle occasion de mettre en lumière la pratique de cette artiste entière, trop longtemps restée dans l’ombre du Minotaure.

Dora Maar 

Amie et portraitiste de Lee Miller, Jean Cocteau, Frida Kahlo, Jacques Prévert ou encore Picasso dont elle partage la vie de 1936 à 1945, Henriette Theodora Markovitch qui se fait appeler Dora Maar est à l’origine de l’une des oeuvres photographiques les plus importantes du XXe siècle. Ses images devenues célèbres tracent le portrait d’une artiste qui connaîtra le succès dès le début des années 1930 comme photographe de mode et de publicité, avant de devenir une figure centrale du mouvement surréaliste aux côtés de André Breton ou Paul Eluard

Olécio partenaire de Wukali
Dora Maar facteur Cheval

Égérie surréaliste puis muse, amante et modèle de Picasso, Dora Maar a joué un rôle essentiel dans la vie du peintre espagnol… quitte à sacrifier son premier amour, la photographie. Bien que leur rencontre marque une influence considérable sur leurs oeuvres respectives, on doit à Maar une création foisonnante qui durera plus d’une soixantaine d’années, oscillant entre engagement social, expérimentation surréaliste et récit autobiographique. 

De son oeuvre conséquente, on la retient surtout comme une pionnière du photomontage surréaliste dès les années 1930. 

Dora Maar et Pablo Picasso au Palais idéal 

Si dès la fin des années 20 le Palais idéal prend place au Panthéon tout nouvellement constitué du mouvement surréaliste, le temps d’un été et en l’espace de seulement quelques semaines, l’oeuvre du facteur Cheval va rassembler autour d’elle celles et ceux qui font l’avant-garde artistique et intellectuelle en cette fin des années 30. Parmi eux, le peintre espagnol Pablo Picasso et la photographe Dora Maar. 

Dora Maar facteur Cheval

Le lundi 26 juillet 1937, il est minuit lorsque Picasso entraîne ses amis sur la route de la Côte d’Azur. A bord de l’Hispano-Suiza conduite par Marcel, son chauffeur personnel, on retrouve le poète Paul Eluard, sa fille Cécile et sa femme, l’artiste Nusch Eluard, mais aussi Dora Maar, photographe et compagne de Picasso, sans oublier Kazbek, le lévrier afghan du peintre. Paul Eluard écrit sur l’instant au photographe Man Ray pour l’avertir de leur départ. 

Picasso Dora Maar
Devant l’Hispano-Suiza Dora Maar, Picasso et Lee Miller. 1937
©Photo Hôtel Vastes Horizons. Mougins

En cette fin du mois de juillet, le peintre espagnol laisse son atelier parisien dans lequel il vient d’apporter les dernières touches à la magistrale Guernica, pour Mougins, un petit village de la côte Méditerranéenne où il a pris l’habitude de s’installer pour l’été. 

Au cours du long voyage en voiture vers Mougins, qui dure trois jours et qui est « horriblement fatigant1 », Pablo Picasso, Dora Maar, Nusch et Paul Eluard font étape à Hauterives pour visiter le Palais idéal. 

Dora Maar facteur Cheval

Sous l’objectif du moyen-format Rolleiflex de Dora Maar, dont on aperçoit, le trépied et la sacoche entre les mains de Picasso (dans une photo aujourd’hui dans la collection du Centre Pompidou), les deux couples d’amis posent, le temps de découvrir la terrasse du Palais idéal qu’ils viennent sans doute d’atteindre par les escaliers de la façade Est. 

Quelques jours plus tard le 7 août, fasciné par le souvenir du Palais idéal et de son illustre auteur, Picasso réalise une série de dessins au crayon, connue sous le nom du « Carnet dit du facteur Cheval ». 

Picasso. Carnet dit du facteur Cheval

Ce même jour, la poste mouginoise expédie une carte postale du Palais idéal au 40 rue Denfert-Rochereau à Paris, chez le photographe Man Ray. Signée par Dora Maar, Picasso, Paul Eluard, sa fille Cécile et Nusch Eluard, la carte, issue d’un ensemble acheté à la boutique souvenirs du Palais idéal, porte cette petite note : « on vous attend tous les deux ».

Vous souhaitez réagir à cet article
Vous voudriez nous faire connaître votre actualité
Peut-être même, nous proposer des textes, votre collaboration pour rejoindre notre équipe de chroniqueurs
N’hésitez pas!

Contact redaction@wukali.com (cliquer)

Illustration de l’entête: Paul Eluard et Picasso visitant le Palais du facteur Cheval. Photo Dora Maar

 

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus