An exciting and learned saga starting in Ancient Egypt under Amenophis III and finishing in our contemporary time (3 periods). We love this first volume and are eagerly longing to reading the following book


La chronique littéraire d’Elsa WEILLER


Il est des livres qu’on découvre gouttes à gouttes, qu’on abandonne pour retrouver, dont on a besoin de s’éloigner pour mieux renouer… Tel n’est pas le cas du dernier roman de Stéphanie Janicot, qui se dévore de bout en bout sans qu’on ait le temps de reprendre son souffle. La mémoire du monde déroule sous nos yeux une fresque romanesque, historique et philosophique qui titille la curiosité du lecteur et attise sa soif de savoirs.

A la croisée du Huit de Katherine Neville et des Origines de la culture de René Girard, «La mémoire du monde» passionne car il aborde les thématiques à la fois universelles et individuelles qui parsèment les questionnements intérieurs de tout esprit curieux.

L’universalité est notamment abordée, sans pour autant tomber dans le tropisme de la relativité culturelle. La culture est-elle universelle ? Est-elle propre aux civilisations ? Au quel cas quels en sont dénominateurs communs ?

La question de la religion, socle culturel indéniable, apparaît originalement en filigrane tout au long du récit et permet de dégager un point de vue différent des cadres, voire carcans, auxquels nous sommes habitués.

Philosophiquement parlant, l’évocation des classiques, tels Thalès, Socrate ou Platon (pour ne citer que les plus fameux) ne peut manquer de nous replonger aux sources de la pensée occidentale, de nous donner l’allant nécessaire pour enfin se décider à creuser par soi-même les théories qui participent encore aujourd’hui du quotidien de notre société.

Il ne faut pourtant pas croire que ce roman soit un ouvrage rugueux s’égarant dans les hauteurs d’une pensée stratosphérique. Bien au contraire, la construction méticuleuse du récit et notamment celle sa protagoniste, permettent une lecture non seulement aisée mais surtout passionnée et avide du chapitre suivant.

Au travers de « Mérit » s’expriment à la fois la féminité, la solitude, le lien filial ainsi que le lien amoureux et plus généralement les grands sujets qui régissent nos existences et qui par ce biais nous rendent les personnages d’autant plus proches et le roman d’autant plus attirants émotionnellement.

Pour conclure il ne reste qu’à dire que le seul défaut de La Mémoire du monde est d’être en plusieurs volumes et qu’il n’y a qu’à prendre notre mal en patience pour en attendre la suite…

Elsa Weiller


LA MÉMOIRE DU MONDE
Stéphanie Janicot

Albin Michel 25€


ÉCOUTER VOIR


Vous avez aimé cet article, faites le savoir, retournez sur la page d’accueil de Wukali et cliquez à droite sur la rubrique Find us on Facebook, I like


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus