A lunatic mad cow!


Du réalisateur Samuel Tourneux, on connaissait déjà: «Même les pigeons vont au paradis», de la fantaisie, beaucoup d’humour, noir de préférence, voici maintenant un de ses tous premiers films: «La vache folle» une représentation déjantée, fantaisiste et farfelue, pleine de rêve et d’imagination; un univers fantasque, on est à mille lieues des réalités inquiétantes que couvrait cette maladie. Et puis, et c’est très important, une bande son sur un rythme américano-cubain avec des paroles en anglais, par le groupe The divine Comedy , qui donne des ailes, c’est presque le cas de le dire, à cette joyeuse histoire.

C’est bien fait, vif, sympathique et drôle , rien d’étonnant à ce que ce court film d’animation ait en son temps reçu de nombreuses distinctions, il a été primé à Imagina et sélectionné pour le Festival d’animation d’Annecy en 1998.

Pierre-Alain Lévy


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus