Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut
La malheureuse qui resta
Sur le pavé
La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d’enfant perdue
Découronnée défigurée
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés

Une fille faite pour un bouquet
Et couverte
Du noir crachat des ténèbres

Une fille galante
Comme une aurore de premier mai
La plus aimable bête

Souillée et qui n’a pas compris
Qu’elle est souillée
Une bête prise au piège
Des amateurs de beauté

Et ma mère la femme
Voudrait bien dorloter
Cette image idéale
De son malheur sur terre.

Paul Éluard (1895-1952)


Le poème Comprenne qui voudra a été écrit par Paul Éluard en 1944 et publié en avril 1945 avec d’autres poèmes écrits pendant la guerre sous son nom ou sous ses différents pseudonymes de Jean du Haut ou Maurice Hervent aux Éditions de Minuit sous le titre générique: « Au Rendez-vous allemand  »et réédité depuis.


Illustration de l’entête: Paul Éluard dessiné par Picasso


WUKALI 26/08/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus