[**Un café*]

Cet homme et cette femme,
Leur long silence inquiète la lumière,
Elle vient sur leurs mains, qui sont immobiles.
Peintre, anime leurs doigts
D’un peu de couleur claire. Que ce soit
Comme un reste de jour dans la nuit qui tombe.

Et l’une, alors,
Bougera, frémira. La table est d’angle,
Juste sous le vitrage à travers quoi
Sont visibles les hâtes du ciel du soir.

Des vitres ? Non, un prisme. Et son rayon
Qui cherche, dans la pénombre de la salle.
Ici, rien que le monde. Là, dehors,
L’espérance qui rentre, avec fatigue,
De sa longue journée n’importe où en ville.

Ah, mes amis,
Passez, c’est tout un fleuve. Comment apprendre
À vivre, c’est-à-dire à mourir? Peu de temps
Pour cela quand déjà le café ferme.
Tant de malentendus ! Mais sur la toile
Qui semble inachevée, ces verres vides
Mais à briller, un peu. C’est peut-être l’anneau
Unique de deux vies qui se confondent.

[**Yves Bonnefoy*]
« Poèmes pour Truphémus », Ensemble encore, ed. Mercure de France, Paris, 2016


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 23/02/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus