In the core of a passionate and literary French literature


Qui n’a pas rêvé un jour, durant son adolescence qu’il devenait un héros semblable à celui du livre qu’il venait de lire avant de s’endormir ? Tout au moins rêver de se trouver à côté de son héros pour vivre avec lui ses merveilleuses aventures. Et sûrement qu’un de ces romans qui nous amènent vers le monde des rêves est bien sûr les Trois mousquetaires d'[**Alexandre Dumas*]. Les trois mousquetaires qui sont de fait quatre avec le paradoxe que le personnage principal, d’Artagnan est justement ce quatrième.

Combien de petits garçons et de petites filles se sont imaginés chevauchant vers l’Angleterre pour récupérer les ferrets de la reine de France, se battant en duel contre les mousquetaires noirs du cardinal de Richelieu, déjouant les manigances de Milady de Winter ? C’est la trame originale de ce roman écrit par[** Isabelle Stibbe*].

Élevée dans le culte familial de l’œuvre de Dumas, la jeune Camille Delamain voue une vraie passion pour le mousquetaire le plus mystérieux, le plus introverti, le plus « dépressif » : Athos. Le sage, le plus ancien qui noie à longueur de pages son acédie , sa mélancolie dans des litres de vin (qu’il tient particulièrement bien).

Camille est une jeune avocate, travaillant dans le cabinet de son mentor Maître Parnelle. Elle se présente au concours du barreau où, à l’étonnement de tout le monde, elle échoue. Elle a un petit amis, Vincent, professeur de lettre spécialiste d’Emma Bovary de Flaubert. Et puis un jour, elle se fait agresser devant son domicile, et c’est Athos qui la relève. Croyant qu’il s’agit d’un homme, Camille se jour la avait un pantalon, il ne fait pas montre de sa misogynie qui le caractérise. S’ensuit une aventure qui amène le mousquetaire et la jeune fille à Venise à la recherche du seul médecin qui puisse sauver le roi Louis XIII. Elle passe sans cesse, grâce au Bateau ivre de Rimbaud, de son époque au XVII siècle, se fait aimer d’Athos et comprend qui lui veut du mal dans son univers professionnel.

Le lecteur passe continuellement d'[**Alexandre Dumas*] à [**Flaubert*], fait un court bout de chemin avec [**Rimbaud*], participe aux réflexions de la fille de l’écrivain sur ce qu’elle est en train d’écrire. Où se trouve la réalité ? Quand passe-t-on dans une « autre dimension » ? Le rêve peut-il devenir réel ? Le résultat de l’imagination d’un écrivain peut-il prendre un corps physique ? Athos pour Camille n’est-il pas autre chose que ce « personnage sans entrailles » comme disait [**Paul Valéry*] des héros de fiction ?

Camille sort de son univers qui s’avère violent pour partir dans celui d’Alexandre Dumas. Elle sait que c’est une époque qui n’a jamais existé mais qui fut totalement fantasmé par le génial écrivain. Mais c’est grâce à cet univers qu’elle peut affronter son réel. Tout comme c’est grâce à sa fille que l’écrivain ne plonge pas totalement dans le fantasme de l’univers créé par son imagination.

Un beau morceau de recherche d’écriture qui nous montre un aspect peu perçu d’un des héros de notre enfance, tant Athos, tout comme Aramis et Porthos, sont « écrasés » par la personnalité de d’Artagnan.

[** Émile Cougut*]


[**Le roman ivre
Isabelle Stibbe*]
éditions Robert Laffont. 17€


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 02/05/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus