From Greek antiquity till now the place of influent women beside inspired artists


2013 à l’occasion de l’événement Marseille-Provence 2013. Chargé d’histoire, ce lieu étroitement lié au port de la cité phocéenne depuis les années 40 constitue, depuis sa fraîche réhabilitation, un écrin culturel de choix accueillant de belles expositions. Remontons le temps.

A la demande du [**docteur Montus*], les architectes de la reconstruction d’après guerre, [**Fernand Pouillon*] et [**René Egger*] ont érigé l’ancienne Direction du contrôle sanitaire aux frontières entre 1946 et 1947 en bas du Panier, entre la cathédrale de la Major et le Fort Saint Jean. Elle fut construite au moment où les arsenaux se multipliaient et où la peste se diffusait massivement. Si la ville mérita sa place de premier port français, elle se manqua dans les domaines médicaux.

La station a été pensée dans le but de pallier les manques de structure d’accueil préventive et de soins pour des populations d’immigrés arrivant majoritairement d’Orient mais aussi et surtout dans le dessein de contrôler et d’éradiquer d’éventuelles épidémies. Pourtant, les contrôles y furent essentiellement administratifs et les osculations ne dépassèrent pas le stade du diagnostic.

Ce bâtiment, lieu d’accueil pour les immigrés, seuil symbolique du territoire français, porte de l’espoir fut finalement une station prototype au rôle limité qui n’aura que peu servi. Il sera entretenu jusque dans les années 1970, abandonné pendant presque quarante ans puis squatté. On procède à sa désaffection en 1991 après la construction de la voie rapide sous le Vieux-Port.

En 2000, l’ancienne station sanitaire est labellisé  »Patrimoine du XXème siècle ». Elle échappe à la destruction neuf ans plus tard et est rachetée à la ville en 2010 par[** Pierre Dumon*], collectionneur marseillais. En 18 mois, [**Guy Daher*] et [**Thierry Durousseau*] réhabilitent l’espace pour accueillir la collection de peintures de la Fondation Regards de Provence dès le 18 janvier 2011.

– [**Une place culturelle de choix au cœur du J4 de Marseille pour MP218 Quel Amour !*]

Plus grand investissement de l’événement MP13, le [**musée Regards de Provence*] a ouvert le 1er mars 2013 sur le front de mer au cœur d’un véritable pôle culturel bouillonnant. Faisant face au [**MuCEM *] et à la [**Villa Méditerranée*], il a participé au réaménagement et à l’embellissement du quartier et tient une place importante dans le nouveau dynamisme de ce 2e arrondissement.

Entièrement repensé sur les plans scientifique et culturel, le musée est facilement accessible et offre une façade moderne et résolument intégrée dans le décor. Le lieu propose une muséographie moderne, des parcours concrets clairs et liés, donc aisément compréhensibles. C’est un lieu approprié aux événements qui l’animent et un musée modeste qui tient la concurrence.

Le musée se déploie sur 2300 m2, dont 1215 sont consacrés aux expositions, permanentes et/ou temporaires, qui peuvent se répartir dans quatre salles. De manière générale, les expositions parcourent le temps depuis le XVIIIe à aujourd’hui et suivent des thématiques affinées à partir d’œuvres, d’artistes dont les origines, les travaux, les voyages sont liés au sud, à la Provence.

Pour cette année 2018, le musée Regards de Provence s’est bien sûr associé à la manifestation, à l’initiative collective de MP2018. Il présente, depuis février et jusqu’en août, une exposition sur les Muses. En lien direct avec les autres expositions à l’image de Picasso, Voyages Imaginaires, elle met à l’honneur le rôle de la femme à travers les travaux de grands artistes contemporains.

[**- De la déesse à la maîtresse, l’évolution profane de la notion de muse dans sa globalité*]

Égérie, modèle, symbole : de tout temps, la muse a été source d’inspiration pour l’artiste. Dans la mythologie grecque, les muses sont les filles de Zeus et de Mnémosyne. Elles servent d’intermédiaires entre l’artiste et les dieux avec chacune une spécialité. On trouve ainsi neuf déesses présidentes des arts libéraux à l’image de [**Clio*], muse de l’Histoire, de [**Terpsichore*] ou de [**Calliope*], muses de la Poésie, de [**Thalia,*] muse de la Comédie ou d'[**Euterpe*], muse de la Musique.

Au fil du temps, les invocations des muses se raréfièrent : elles finirent par ne plus être considérées comme des déités. Mais la notion ne disparut pas pour autant : l’artiste de toute époque a pu trouver sa muse. La notion permet toujours de faire référence aux questions mystérieuses de l’inspiration artistique ne pouvant pas être expliquées avec précision.

Par ailleurs, une muse peut être une personne, un objet ou une situation qui incite la création artistique. Une femme charmante peut devenir la muse d’un poète sans avoir aucun rapport divin ou surnaturel avec la personne en question. Il s’agit, tout simplement, de quelqu’un qui inspire l’artiste, lui qui décide à son tour d’exprimer ses émotions au moyen de ses créations.

Qu’elles soient célèbres ou anonymes, quelles soient mythiques ou réelles, ces femmes « filons physiques de création » ont fait appel aux yeux et aux cœurs des artistes afin de les pousser au plus haut de leurs créations. Souvent complices, parfois épris, artistes et muses se connaissent intimement. [**Picasso et Dora Maar*], [**Klimt et Emilie Flöge*], [**Jane Birkin et Serge Gainsbourg*]…

– [**L’incarnation contemporaine de la muse, traitement à travers des œuvres éclectiques *]

L’exposition Sa Muse… présentée actuellement au musée Regards de Provence présente de nombreuses pièces célébrant l’incarnation contemporaine du début du XXe siècle à aujourd’hui. Celle-ci « se déplace dans différents sujets : la femme, le modèle, l’égérie, l’icône, la diva  » sous les coups de pinceaux d’artistes, de ciseaux de sculpteurs venus d’horizons artistiques différents.

Le commissariat de l’exposition a été assuré par [**Adeline Graneau,*] directrice du musée Regards de Provence et [**Bernard Mutaner*], commissaire indépendant. Les œuvres se répartissent ans le hall d’accueil et les salles du rez de chaussée du bâtiment et s’articulent autour de deux cimaises principales. On retrouve beaucoup d’informations, peut-être trop, écrites sur cartels et cimaises.

Le parcours voulu non chronologique proposé tente de « mettre en lumière et en regard des œuvres de peintres, sculpteurs modernes et contemporains, de photographes et vidéaste qui ont été inspirées par leur relation avec leur modèle, muse, femme, diva ». Le propos est clair, tout autant que la scénographie et les accrochages malgré toutefois un petit problème d’éclairage.

Il met en perspective des œuvres relativement mineures mais toutefois rares de [**Dali,*] [**Daumier*] et des œuvres envoûtantes de [**Pierre Bonnard*] (peintre, graveur, illustrateur et sculpteur français), d'[**Orlan*] (artiste plasticienne française transmédia et féministe), de [**Katia Bourdarel*] (pluriastriste française) ou encore de [**Bernard Plossu*] (photographie et plasticien français),

On retrouve de nombreux autres artistes exposés : Ben, Lebasque, du Studio Hollywood Bellon Marchand, Person, Raynal, Périer, Ducaté, Tran Ba Vang Castel, ou encore Chostakoff, Coulange, Hug Pat, Kuroda, Montagnier, Moquet, mais aussi Nicolas, Ordioni, Pigalle, Plagnol, Rebufa, Saint Hélier, Scoccimaro, Navarro, ou encore Segal, Segui, Strassmann, Surian, Sylvander, Tatah,sans oublier Valade, Verna, Gilli,, Manguin.

[**Laurie Arnaud*]


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 01/06/2018)]

[**Musée Regards de Provence*] – Avenue Vaudoyer – Marseille
Ouvert de 10h à 18h du mardi au dimanche – Fermé le lundi –


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus