Besides the feline outlook


Commençons, une fois n’est pas coutume, par le générique de ce film australien sorti en 2009, The cat piano (en français le piano chat), il est signé [**Eddie White*] et [**Ari Gibson*], le récitant s’appelle [**Nick Cave*], quant au poème qui le structure, il a aussi été écrit par Eddie White .

C’est un film charmant, attachant, raffiné, élégant et délicat, au style et à l’écriture subtilement élaborés, il sait développer des atmosphères, des univers de couleurs, faussement froides, bleus, de Prusse ou outremer ou charnellement torrides et sensuelles rouge sang de taureau. Des scènes en monochromes qui se plaquent sur un poème comme affectionnent les publics anglophones, des petites histoires d ‘essence cocasses, dites sous une prosodie rythmée comme une mécanique bien huilée, et qui créent une magie onirique et musicale parfaite et apte à enchanter petits et grands.

L’histoire qui de prime abord peut sembler sortie d’un imaginaire farfelu et cruel comme le sont au demeurant celui de la plupart des contes, Bruno Bettelheim en son temps a su nous le démontrer, est d’une essence métaphorique qui donne à réfléchir.

Dans une petite ville, les chats constituent une communauté joyeuse et vivante, colorée et active, présente dans la vie de la société, riche d’artistes, de musiciens et de talents, on s’amuse et on s’aime. Un jour les uns après les autres les chats disparaissent, la musique est proscrite, la violence étouffe le bonheur sous une poigne totalitaire, un criminel a mis au point le piano-chat, un instrument de musique très particulier, une construction diabolique et perverse où sont confinés des chats tenus en esclavage pour servir, souffrir à donner leurs derniers souffles… çà ne vous rappelle rien, il n’y a pas si longtemps et un peu plus ?

Un tout petit film «de rien du tout» n’est-ce-pas ? Ah ce «de rien du tout» comme l’ont inventé dans le Roi et l’oiseau [**Paul Grimault*] et [**Jacques Prévert*], n’est-ce-pas là le coeur même du film d’animation. N’est-ce-pas surtout l’essence même de l’humanité, de l’humanisme, l’être humain ?

Le Cat Piano d'[**Eddie White*] et [**Ari Gibson*] a obtenu de nombreuses distinctions dans de nombreux festivals de par le monde, on ne peut que s’en réjouir.

[**Pierre-Alain Lévy *]


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page. Aidez-nous à faire connaître WUKALI…

Retrouvez tous les films d’animation et de tous les styles présentés dans Wukali ( près de 300 !)

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write in French but only in English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 12/01/2019)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus