Definitely, Aix triumph in music


Dimanche 29 avril 2019, 17h. C’est carnaval ! Aix en fête. Le vent fait tourbillonner des confettis multicolores autour du grand Théâtre de Provence. Et la foule se presse. Le rideau va bientôt tomber sur cette 7ème édition, avec, comme chaque année, une carte blanche à Renaud Capuçon.

C’est dire si le moment est précieux et rare. Le violoniste a réuni autour de lui des acteurs fidèles du Festival de Pâques ; plus que des artistes internationaux, ce sont des amis qui jouent ensemble pour ce concert de clôture de ce festival qui bat tous les records : Nous avons dépassé les [**27 000 spectateurs*] ! On compte sur vous pour les 30 prochaines années ! Et pour vous remercier, champagne pour tous à l’entracte !


[**Dominique Bluzet*], directeur exécutif du Festival de Pâques est visiblement heureux. A ses côtés, le cofondateur de l’événement aixois et directeur artistique [**Renaud Capuçon*] se réjouit aussi. « Avec Dominique Bluzet, on est tout simplement complémentaires. » Depuis 7 éditions, le violoniste construit tous les programmes artistiques avec son cœur et affiche pour le festival de belles ambitions.

– Voyage en Autriche.

Onze solistes se retrouvent pour interpréter un répertoire autrichien. Comment vous dire, ce soir là, ils se sont surpassés, heureux de jouer, complices, à l’écoute les uns des autres. Quel plateau !

[**Christiane Karg*], soprano, [**Renaud Capuçon*], violon, [**Christoph Koncz*], violon [**Gérard Caussé*], alto, [**Victor Julien-Laferrière*], violoncelle, [**Alois Posch*], contrebasse,[** Magali Mosnier*], flûte, [**Olivier Stankiewicz*], hautbois, [**Andreas Ottensamer*], clarinette, [**Jérôme Ducros*], piano, [**Guillaume Bellom*], harmonium
[**Emmanuel Curt*] et [**Florent Jodelet*], percussions.

Pour débuter le concert, [**Johann Strauss II*]. Kaiser-Walzer, op 437, puis Shatz-Walzer, op 418. Des oeuvres qui sont l’image de la vie à Vienne dans cette époque riche et foisonnante. Tous les courants artistiques s’y développent de façon vertigineuse. Ces valses peuvent paraître de la musique de pur divertissement, mais qu’importe, c’est une musique qui apporte de la joie, et nos musiciens dans leur interprétation soignée et enjouée, lui impriment une certaine élégance viennoise. Au XIX è siècle, la capitale autrichienne est un foyer culturel exceptionnel que [**Françoise Giroud*] a décrit de façon magistrale dans son livre Alma Mahler ou l’art d’être aimée. On se replonge dans toute une époque, et on croise des personnages hauts en couleurs, dont son illustre mari d’Alma, [**Gustav Mahler*], à qui elle aura tout donné. Elle-même était musicienne mais aura tout abandonné de sa passion par amour. Une histoire pas si simple.

C’est donc Mahler que l’on découvre en seconde partie du programme avec la somptueuse symphonie n°4 en sol majeur. C’est la plus classique des neuf symphonies du compositeur post romantique, et l’arrangement pour orchestre de chambre ne lui fait rien perdre de sa vigueur ni de sa verve. L’arrangement a été effectué par [**Erwin Stein*], un musicien et écrivain autrichien, élève et ami du grand [**Arnold Schoenberg*]. Tout séduit dans cette symphonie et la subtile entente qui réunit les musiciens est palpable. C’est une atmosphère à laquelle le public est sensible et toute l’énergie rayonnante de Renaud Capuçon s’est propagée sur scène pour fédérer les musiciens, faire que chaque talent s’exprime dans cette œuvre. Il fallait compter aussi sur l’élégant violoniste [**Christoph Koncz*] qui figure parmi les solistes de très haut niveau ; et sur [**Gérard Caussé*], figure incontournable de l’alto, un musicien terriblement sympathique ; [**Victor Julien-Laferrière*], violoncelliste, que l’on reconnaît dès les premières notes grâce à sa sonorité ample, fluide ; [**Alois Posch*] à la contrebasse, un musicien de tout premier ordre, dont le jeu s’harmonise merveilleusement à celui des violonistes qu’il accompagne ; [**Magali Mosnier*], flûtiste, qui a fait preuve d’une grande délicatesse ; [** Olivier Stankiewicz*], l’un des hautboïstes les plus talentueux de sa génération ; sans oublier la soprano allemande [**Christiane Karg*], une artiste accomplie qui interprète le lied final. Un grand moment où on s’est laissé envelopper par le récit sensuel de la chanteuse.

Nous avons été bluffés par la facilité avec laquelle ces instruments ont merveilleusement chanté ensemble. On serait restés avec eux jusqu’au bout de la nuit ! On attendra sagement la 8ème nouvelle édition.

[**Pétra Wauters*]


Le bilan de ce festival. Communiqué

27.000 spectateurs, 27 concerts, près de 950 artistes, 16 jours d’émotion, des moments de grâce pour une septième édition qui bat tous les records !

27 concerts exceptionnels, 2 jours de festival supplémentaires, la présence inédite de la Mozartwoche pendant 3 jours, les plus grands artistes internationaux, une création mondiale de Benjamin Attahir, des rencontres inédites ont contribué au succès de la 7e édition du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence.

« Avec plus de 25% d’augmentation de la fréquentation, nous avons démontré que le public pouvait être présent en masse quand la programmation se hissait à un tel niveau de qualité.

Nous sommes fiers de voir ces artistes français ou étrangers, de toutes générations, représentant l’excellence mondiale de la musique, venir avec autant de bonheur nous offrir le meilleur de leur talent.

Nous sommes fiers d’accompagner de jeunes talents et de les voir, année après année, grandir et devenir à leur tour des musiciens de renommée internationale.

Enfin, nous sommes fiers de voir la ville d’Aix-en-Provence reconnue comme une des plus grandes villes musicales en Europe.

Merci au[** CIC*] de rendre cela possible.
Merci à vous et au public, par votre fidélité, de nous dire que nous sommes sur le bon chemin. »

[**Dominique Bluzet et Renaud Capuçon*]

[(

QUELQUES CHIFFRES

Plus de 90% de taux de remplissage des concerts
22.500 (places payantes et invitations) sur les 26 concerts
4 500 spectateurs sur « Un Festival Pour Tous » (Salons de musique, Master-classe, Concert pour les aixois …)
27 concerts
4 lieux, 14 concerts au Grand Théâtre de Provence, 7 concerts au Théâtre du Jeu de Paume, 5 concerts Conservatoire Darius Milhaud, 1 concert à la Cathédrale Saint-Sauveur
946 artistes pour 1 375 nuitées

)]


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 01/05/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus