extra terrestres
Accueil Actualités OVNI, le rapport américain que tout le monde attendait

OVNI, le rapport américain que tout le monde attendait

par Pierre-Alain Lévy

Et si en plus du Covid, de la guerre en Ukraine, des députés de Mélenchon à l’Assemblée, des grèves de la CGT, des infos catastrophiques à la télévision sur le réchauffement climatique (et je suis loin d’être exhaustif), il fallait encore s’inquiéter des petits hommes verts et des OVNIS, alors oui dites-moi, où irions-nous ?

Ah ce rapport américain du Pentagone sur les OVNI, que n’en a t -on point dit, que ne l’a-t-on attendu, voire même espéré avec une fébrile impatience! Rendez-vous compte, “on ne nous dit pas tout“, comme dit Anne Roumanoff, “on nous cache tout on nous dit rien” comme chantait Dutronc. Même un de mes copains du Louvre dans un délire provençal attisé par le mistral attestait du phénomène!

Et voilà, il vient d’être publié ce fameux rapport. Les extra-terrestres, les soucoupes volantes, les vaisseaux spatiaux… On va voir ce qu’on va voir…! Vous avez vu, vous avez entendu, en avez-vous même entendu parler ? Et pourtant comme ne dirait pas Galilée, il existe ! Nous l’avons lu ou plus exactement nous avons lu la synthèse publiée dans un grand media scientifique américain Space.Com consacré explicitement à l’espace !

C’est merveilleux l’information, la désinformation et tout ce qui va avec ! Plus encore, ce sont les mots qui sont intéressants, leur puissance, ce qu’ils véhiculent et suggèrent, et ce que le récepteur comme l’on dit en linguistique perçoit ! C’est bizarre d’ailleurs la mauvaise foi de certains malhonnêtes, falsificateurs de la vérité, manipulateurs de l’opinion, lanceurs de bobards, à créer des intoxes, s’amuser de la crédulité des gens et ensuite de ne jamais rectifier ni de rendre compte, ni de s’excuser bien entendu, quand la vérité est bien plus tard rendue publique.

Olécio partenaire de Wukali

Alors oui, un bien beau rapport, écrit, noblesse oblige pour un rapport américain, avec une prudence de Sioux ! Chaque mot y est choisi et exprimé avec soin, pesé au trébuchet du doute scientifique, avec une prudence somme toute quelque peu cauteleuse.

Pftttt… oui vous avez bien entendu, Pfttt…! Rien !
On ne va pas prendre le Sénat d’assaut pour cela, ni brûler le président sur des palettes comme le braillaient avec tendresse certains charmants Gilets jaunes… Vous connaissez ma déférence pour ces braves gens ! Un rapport, des études scientifiques conduites avec sérieux, prudence, circonspection et méthode, avec contradiction ce qui lui confère toute sa valeur scientifique. Tout a été examiné, passé au crible, tout y est détaillé, chaque dossier, chaque phénomène observé a fait l’objet d’investigations, de clarifications, de mises en perspective et rares sont les dossiers sans réponse.

Alors au bout du compte, continuez à dormir sur vos deux oreilles, inutile de faire des provisions de guerre ni de brûler des cierges (sauf pour réduire votre facture d’électricité). Vous voulez être rassuré ? Tout va bien et Orson Welles était bel et bien un fieffé menteur !

Il n’est d’esprit scientifique sans examen critique, voici, sans vous faire lanterner ni attendre plus longtemps, la synthèse du Pentagone sur ces fameux OVNI ! Tout va bien.

Pierre-Alain Lévy


Publié dans SPACE. COM le 13/01/2023. Le rapport annuel 2022 sur les phénomènes aériens non identifiés) (2022 Annual Report on Unidentified Aerial Phenomena), non classifié, a été publié par le bureau du directeur du renseignement national (ODNI) du Pentagone le jeudi 12 janvier, après un retard de plusieurs mois. Le rapport a été mandaté par la loi d’autorisation de la défense nationale de 2022 et a été créé par le directeur national du renseignement pour l’aviation de l’ODNI et le bureau de résolution des anomalies tous domaines (AARO) nouvellement créé. Des contributions ont été recueillies auprès de diverses agences de la communauté du renseignement et de bureaux de renseignement militaire, de la Federal Aviation Administration, de la National Oceanographic and Atmospheric Administration (NOAA), du Department of Energy (DoE) et de la NASA.

Au total, le rapport couvre quelque 510 rapports de phénomènes anormaux non identifiés (UAP) catalogués, recueillis auprès des agences impliquées dans le rapport et des branches de l’armée américaine. Le document note que la majorité d’entre eux ont été recueillis auprès du personnel de l’U.S. Navy et de l’U.S. Air Force qui les ont signalés par les voies officielles. En fin de compte, le rapport non classifié conclut que, si les phénomènes anormaux non identifiés (UAP) “continuent de représenter un danger pour la sécurité des vols et constituent une menace possible de collecte par des adversaires“, de nombreux rapports “ne contiennent pas suffisamment de données détaillées pour permettre l’attribution des UAP avec une grande certitude.”

Sur ces 510 rapports UAP, l’ODNI en a évalué 366 qui avaient été nouvellement identifiés depuis la création de l’AARO ( Bureau de résolution des anomalies). Parmi ceux-ci, 26 ont été caractérisés comme des systèmes d’aéronefs sans équipage UAS (Unmanned Aircraft System littéralement : « système d’aéronef sans humain à bord »), ou des drones, 163 ont été attribués à des ballons ou à des “entités ressemblant à des ballons“, et six se sont avérés être des “encombrements” aériens tels que des oiseaux ou des sacs en plastique en suspension dans l’air.

Il reste donc 171 observations d’UAP signalées qui ne sont “ni caractérisées ni attribuées“, selon le rapport de l’ODNI. “Certains de ces UAP non caractérisés semblent avoir démontré des caractéristiques de vol ou des capacités de performance inhabituelles, et nécessitent une analyse plus approfondie”, ajoute le rapport.

Bien qu’il n’y ait pas de conclusions définitives sur l’origine des UAP (comme les objets volants non identifiés, ou OVNI, ont récemment été rebaptisés) observés dans les incidents analysés dans le rapport non classifié de l’ODNI, le document souligne l’importance croissante de la sécurité de l’espace aérien, en partie due à la récente prolifération des drones – dont certains pourraient représenter des efforts de collecte de renseignements par les adversaires des États-Unis.

Les événements relatifs aux phénomènes anormaux non identifiés (UAP) continuent de se produire dans des espaces aériens restreints ou sensibles, ce qui met en évidence des préoccupations possibles en matière de sécurité des vols ou d’activité de collecte de l’adversaire“, déclare l’ODNI dans le rapport, ajoutant que l’agence continue “d’évaluer que cela peut résulter d’un biais de collecte dû au nombre d’aéronefs et de capteurs actifs, combiné à une attention et à des conseils ciblés pour signaler les anomalies“.

En d’autres termes, les aviateurs militaires évoluant dans l’espace aérien contrôlé peuvent signaler davantage d’UAP/UFO dans ces zones parce qu’il y a naturellement plus de capteurs qui scrutent le ciel autour des installations militaires et des champs d’entraînement.

En outre, le rapport note que des facteurs tels que les conditions météorologiques, l’éclairage et les effets atmosphériques peuvent affecter l’observation des UAP présumés. Le bureau fonctionne donc “en partant du principe que les rapports d’UAP sont dérivés du souvenir précis de l’observateur de l’événement et/ou des capteurs qui fonctionnent généralement correctement et capturent suffisamment de données réelles pour permettre les évaluations initiales“.

Cependant, le rapport note que certains des incidents UAP catalogués couverts par le rapport peuvent avoir été causés par une erreur de l’opérateur ou de l’équipement ou par des défauts des capteurs utilisés qui ont détecté l’UAP dans ces événements.

Bien que l’amélioration de la sécurité des vols dans l’espace aérien national et militaire soit la principale motivation qui sous-tend la création du rapport, le document note qu'”aucune collision n’a été signalée entre des avions américains et des UAP” à ce jour. En outre, il n’y a pas eu non plus de rencontres avec des UAP “dont il est confirmé qu’elles ont contribué directement à des effets néfastes sur la santé de l’observateur ou des observateurs“, contrairement à de nombreuses affirmations faites ces dernières années (s’ouvre dans un nouvel onglet).

Bien qu’il soit loin d’être une preuve irréfutable, le rapport de l’ODNI (Office of the Director of National Intelligence) montre que le gouvernement américain semble prendre au sérieux les questions relatives aux UAP et à la sécurité de l’espace aérien, après des années de sensationnalisme médiatique autour d’une poignée de rencontres très médiatisées signalées par des aviateurs de la marine américaine sur des terrains d’entraînement au large de la Californie du Sud.

À ce jour, le Pentagone affirme que ces cas restent inexpliqués.

Vous souhaitez réagir à cet article
Peut-être aimeriez-vous nous proposer sujets et textes ?

Surtout n’hésitez pas !

Contact : redaction@wukali.com (cliquer)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus