Etienne Vatelot vient de mourir à l’âge de 88ans. Son nom est indissociable de l’école française de la facture française du violon et de Mirecourt. Ami des plus grands interprètes, Yehudi Menuhin, Isaac Stern, Mstislav Rostropovitch, il fut connu du grand public par sa présence dans les émissions télévisées de Jacques Chancel où il échangeait amicalement avec les plus grands musiciens. Son atelier installé à Paris 11 rue de Portalis, recevait la fine fleur du violon qui conseillait. Spécialiste incontesté des grands instruments et du Stradivarius il prenait soin des instruments que lui confiaient les plus grands interprètes. Ses qualités d’écoute en faisaient le confesseur des musiciens qu’il pouvait conseiller sur le choix d’un violon.

« C’est lui qui, expertisant le fameux violoncelle Stradivarius «Duport», attira sur l’instrument l’attention de Rostropovitch, qui le joua de 1974 à sa mort en 2007. C’est Vatelot qui convainquit Yehudi Menuhin de céder son Stradivarius, le «Soil», à Itzhak Perlman. Ou qui persuada Salvatore Accardo de jouer le Stradivarius «Hart» jusqu’ici en possession de Zino Francescatti. De même qu’il destina au Quatuor Modigliani les quatre instruments Vuillaume surnommés «Les Evangélistes», qu’il était exclu de dépareiller.

Parmi ses amis il compta David Oistrakh et Ginette Neveu, la géniale violoniste morte à 30 ans dans l’accident d’avion qui coûta la vie au boxeur Marcel Cerdan, mais aussi Ivry Gitlis, Yo Yo Ma ou Anne-Sophie Mutter. » comme l’écrit dans le Figaro Christian Merlin.

À l’initiative de Claude Samuel est créé en 2004 le concours de lutherie et d’archèterie qui porte son nom, tout comme le concours Rostropovitch pour le violoncelle ou le concours Maurice André pour la trompette. Jean-Jacques Rampal, qui le secondait depuis vingt-cinq ans, lui succède en 1998 à la tête de l’atelier qui continue aujourd’hui sous le nom d’atelierVatelot-Rampal.

ECOUTER VOIR


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus