When language is poetry and inventivity directly linked in time and space. Comparative idioms and expressions in French and English


La chronique littéraire de Pierre-Alain LÉVY.


On a découvert avec étonnement dès 1985, que les français pouvaient se passionner pour la linguistique et l’étude comparative des langues. Ce fut la grande surprise quand après un passage éblouissant dans Apostrophes, l’émission de Bernard Pivot à la télévision, un livre du linguiste Claude Hagège, connut un succès impressionnant et son tirage atteignit celui des prix littéraires. Loin d’être un feu de paille cet engouement s’est poursuivi.

Quand les cochons sauront voler… les poules auront des dents tel est le titre pour le moins farfelu choisi par Thora van Male, linguiste émérite, pour son livre qui vient de sortir. Farfelu certes si l’on s’arrête à l’énoncé même et que l’on ne lise point le sous titre : Les expressions françaises and their English equivalents, alors il prend tout son relief et nous ouvre à des études pour le moins passionnantes et passionnées ( ce qui est toujours mieux) sur les ressources réciproques du français et de l’anglais, voire de l’américain pour exprimer toutes sortes de situations, de nuances, de métaphores, d’idiomes, d’inventivité, on ne peut plus imagés et qui correspondent bien à l’esprit, au génie, aux spécificités même de chacune de ces deux langues

L’ouvrage publié par les éditions de l’Archipel, est de petite dimension, maniable, sa typographie tout comme ses illustrations ont été voulues dans un esprit des années dix-neuf cent, un peu à la manière des almanachs de l’époque, et chaque chapitre, chaque définition d’expressions est accompagné d’une vignette gravée. Ce livre a déjà presque dans son apparence formelle l’identité d’un livre familier, celui d’un volume qu’on aime volontiers consulter et feuilleter et sur lequel on a plaisir aussi de prendre le temps de s’y attarder.

Le plus important bien entendu c’est le domaine linguistique et la comparaison et la traduction entre les lexiques français et anglais. Là c’est véritablement un bonheur, une jouissance, un vrai plaisir, que dis-je? Un régal, un partage de ces moments intellectuels où l’intelligence, l’érudition et l’esprit se conjuguent. Si l’on est anglophone et angliciste c‘est très bien, mieux certes, mais nullement une nécessité, en effet quiconque peut lire ce livre, quel que soit son âge et que l’on soit du côté de Balzac ou plongé dans l’œuvre de Dickens ou de Faulkner l’intérêt sera le même. N’allez pas me reprocher de faire là l’éloge du désintérêt pour l’autre ou du repliement sur soi-même, telle n’est pas mon inclination. Ce livre n’est ni pédant et docte il est tout simplement intelligent, clair et très facile à lire, il est utile à tous et je vous invite vivement à sa lecture et à le choisir pour vos cadeaux de fin d’année

Son auteur,Thora van Male est née en Colombie britannique dans le Canada anglophone, passionnée de français, de sa culture et de sa civilisation elle vit dans notre pays depuis plus de vingt ans et au fil du temps a épousé toutes les subtilités de nos langues et de nos langages respectifs. Sans m’avancer, ni savoir je le confesse, je ne doute pas que les charmes de notre village gaulois, de la table, de notre savoir-vivre et bien probablement plus les séductions humaines et souriantes et notre mode de vie, aient contribué à stimuler chez elle les passions de la langue et de l’expression courtoise de nos différences.

Thora van Male est pleine d’humour, de finesse, riche de cette culture anglo-saxonne démonstrative et efficace. Ce voyage linguistique auquel elle nous convie, ces mises en abyme des expressions de l’une et l’autre langue sont non seulement riches d’histoire, (chaque expression est recadrée dans son contexte étymologique et historique) et les passerelles linguistiques et culturelles, sont toujours avec légèreté et simplement explicitées.

Quand les cochons sauront voler, n’est en aucun cas un livre pour rats de bibliothèque (ce qui, faut-il le préciser, n’est nullement discriminant pour les rats qui sont des bêtes particulièrement intelligentes). C’est un livre non seulement de culture, une espèce originale de bréviaire lexicale particulièrement utile dans notre monde mondialisée ou l’anglais est devenu une langue indispensable de la communication globalisée, comme un latin renaissant à l’époque de l’internet), c’est tout autant une très bonne étude sur les expressions de la langue française

C’est un livre plein d’humour, de drôlerie, un livre souvent facétieux, à la fois pétri de culture et de curiosité, et voulant percer les finesses de l’anglais pour être au plus près des sensibilités et des richesses sémantiques de nos voisins et amis anglophones; et il en va de même pour le français. Étude à doubles curseurs et à de multiples entrées. L’étude des expressions imagées, c’est aussi tout autant une plongée dans l’histoire et dans l’anecdotique.

L’analyse lexicale est particulièrement bien charpentée, une expression renvoyant à une autre, en français comme en anglais, bref une forme d’esprit de l’escalier tout à fait amusante et souvent cocasse.

À travers la recension des expressions imagées et populaires c’est une psychanalyse de la langue. Les exemples abondent, qui ne connaît l’expression française « filer à l’anglaise » traduite en anglais par «to take French leave » soit radicalement l’inverse ou, pardonnez-moi, le mot capote anglaise traduit en anglais par French letters ( lettres françaises et Aragon n’y est pour rien!). Les expressions traduisent bien plus que leur apparence ou leur formulation elles sont riches de symboles et incarnent un moment de civilisation, elles sont toutes parfaitement datées, et toutes ces définitions d’expressions fourmillent d’histoires avec grand ou petit «H».

Quelques expressions recensées? En voici quelques exemples : une araignée au plafond, travailler d’arrache-pied, se faire remonter les bretelles, merde, à ramasser à la petite cuillère, tomber dans les pommes, vendre la mèche, va te faire cuire un œuf, gauche caviar, un drôle de zèbre etc.

Thora van Male excelle à formuler les différences, elle n’oublie pas davantage les termes grivois dont l’évocation peut parfois heurter certaines oreilles chastes, ( péter dans la soie, péter plus haut que son cul), exemples intéressants d’inventivité lexicale et conceptuelle française où les anglais ne peuvent pas suivre! Ce qui se conçoit bien … vous connaissez la suite n’est-ce-pas!

Les exemples qu’elle donne puisent aussi à la littérature (Swift, Shakespeare, Lewis Carroll, mais aussi Victor Hugo, Marcel Proust ou Albert Camus) l’actualité politique la plus immédiate avec des expressions choisies dans les discours d’ hommes ou de femmes politiques (Margaret Thatcher, Tony Blair ) j’y ai même trouvé mis entre guillemets bien entendu, le néologisme «cocassitude», ô suprême raffinement sémantique de nos amis linguistes anglophones et si subtilement francophiles, la légèreté de l’être comme ne dirait hélas plus Milan Kundera !

Un intelligent petit livre vraiment très facile à lire (je sais, je me répète!), à l’humour britannique savoureux, qui s’adresse à un vaste nombre de lecteurs, pour qui, comme Ésope, la langue est la meilleure et la pire des choses. Et pour nous cela va de soi, c’est la meilleure!

Pierre-Alain Lévy


Quand les cochons sauront voler … les poules auront des dents
Les expressions françaises and their English equivalents

Thora Van MALE

Éditions de L’Archipel. 15,95€


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus