After the looting of Mallawi Museum in Egypt, a statue representing one of Toutankhamon’s sister still missing

Dans un article que Wukali avait mis en ligne le 23 septembre 2013, notre correspondante en Égypte,Yomna Alyoum avait fait état des pillages au Mallawi Museum à Minia ainsi que sur les sites de fouilles archéologiques. Parmi tous ces trésors volés une oeuvre exceptionnelle n’a toujours pas pu être localisée et retrouvée, il s’agit de la statuette représentant une des soeurs de Toutankhamon. L’alerte monte d’un cran.


Lu dans la presse: Le Figaro

L’Égypte a renouvelé son alerte internationale pour solliciter le retour d’une statuette représentant la sœur de Toutankhamon. Elle a été volée avec des centaines d’autres objets couvrant quelque 3500 ans d’histoire, quand le musée national des antiquités de la ville de Mallawi, située à 250 km au sud du Caire, a été pillé le 14 août dernier lors d’affrontements entre la police et les islamistes. Depuis, la figurine en calcaire sculpté de la fille du pharaon Akhenaton, datant du XIVe siècle avant Jésus-Christ, manque à l’appel.

Un vol programmé

Les experts craignent que, sous couvert des émeutes, ce vol ait été orchestré. C’était la pièce phare du musée de Mallawi et elle devait être transférée dans un nouveau musée en cours de construction, pour honorer la famille d’Akhénaton, l’un des plus célèbres et inhabituels pharaons de l’Égypte ancienne. Après les émeutes la police a pu récupérer plus de 600 pièces. Mais, outre la sœur de Toutankhamon, des pièces d’or grecques, des statues du dieu Ibis, restent introuvables. Certaines ont été brûlées sur place au moment des faits.

L’Unesco, qui a dépêché une mission sur place du 11 au 16 septembre, rappelle que les objets provenant des collections publiques locales sont identifiés et enregistrés au niveau international, et qu’en tant que telles les ventes à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Égypte sont illégales.

La statuette haute de 32,7 cm, sculptée dans le style de la XVIIIe dynastie, se présente debout sur sa base. Elle a sa main droite sur le devant de son corps tenant une sphère, tandis que la gauche pend à son bras sur le côté de sa large hanche. Une grosse tresse caractéristique de la noblesse boursoufle sa tempe droite. Elle a été découverte en 1965, sur le site de Badari, à Assouan.

Éléonore Prieur


Illustration de l’entête: la statuette représentant la soeur de Toutankhamon (photo Unesco)


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus