Le mystérieux voleur de bijoux du musée des Beaux-Arts de Cambrai a été retrouvé. Étudiant en médecine, il a profité de son «job d’été» au musée pour la jouer Arsène Lupin. Les bijoux en or de l’époque mérovingienne ont été récupérés vendredi chez un étudiant lillois qui les avait subtilisés trois mois plus tôt,

Le vol avait été découvert seulement la semaine passée, personne ne s’étant rendu compte de rien, en l’absence d’effraction et de système de vidéosurveillance.

Voler des bijoux de l’ère mérovingienne pendant un job étudiant est loin d’être banal. C’est pourtant ce qu’a fait un étudiant en médecine originaire de Lille. Le jeune homme a passé l’été au musée des Beaux-Arts de Cambrai (Nord) dans le cadre d’un «job d’été». A la fin de son contrat fin août, le carabin a dérobé ces bijoux de l’époque mérovingienne, «parce qu’il trouvait beaux» a-t-il avancé lors de sa garde à vue. Après avoir été arrêté ce week-end, l’auteur des faits a en effet avoué son délit lors de sa garde à vue.

Avant d’être dénoncé, le voleur s’était vanté de son acte auprès de son entourage. L’affaire aurait, pourtant, pu être plus complexe. Le butin, une bague et trois fibules en or et incrustées de pierres précieuses, a été retrouvé vendredi matin lors d’une perquisition au domicile de l’étudiant en médecine de 20 ans, intactes dans un sac plastique.

La plainte déposée lors de la constatation de la disparition des bijoux le 22 novembre par Jérôme Marilly, procureur de la République de Cambrai, laissait présager une enquête difficile. En effet, le musée ne disposait pas d’un système de vidéosurveillance, aucune effraction n’a pu être constatée. «La salle n’était pas gardée par un agent», souligne Florence Albaret, à la tête de la direction du musée depuis peu. «Les vitrines étaient très lourdes et, par conséquent, jugées invulnérables», justifie-t-elle.

Jusqu’à 7 ans d’emprisonnement

S’élevant à 60.000 euros, le butin possède néanmoins «une valeur inestimable car les pièces historiques sont uniques», rappelle la directrice. La bague et les trois fibules en or incrustées de pierres précieuses ont été restituées le 29 novembre dernier.

Le «futur médecin», laissé en liberté à l’issue de sa garde-à-vue, devra se présenter au tribunal le 29 janvier 2014. Il répondra de «vol d’objet culturel» et risque jusqu’à 7 ans d’emprisonnement. Quant au projet de vidéosurveillance prévu par le musée pour 2014, «la procédure est en train de s’accélérer considérablement», conclut Florence Albaret.

Sources Le FIGARO, TF1


ÉCOUTER VOIR

Le musée de Cambrai


Illustration de l’entête: bijoux volés puis récupérés, bague en or, décorations d’oreilles avec grenats, Musée des Beaux-Arts de Cambrai.



Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus