Hatra, en arabe al-Hadr الحضر est une ville antique située à 290Km au nord-ouest de Bagdad en Irak, et vient d’être inscrite dans la Liste du patrimoine en péril de l’UNESCO lors de la réunion qui s’est tenue à Bonn en (Allemagne) le 1er juillet.

Cette ville est une sorte de conservatoire des patrimoines culturels, historiques et architecturaux où se croisent les influences parthes, sassanides, romaines et islamiques précoces. La ville devint une importante étape sur le Route de la Soie au même titre que ses rivales Palmyre en Syrie, Pétra en Jordanie ou Baalbek au Liban.

Grande cité fortifiée sous l’influence de l’Empire parthe et capitale du premier royaume arabe, Hatra résista deux fois aux Romains, en 116 et en 198, grâce à sa muraille renforcée de tours. Les vestiges de la ville, et en particulier les temples où l’architecture grecque et romaine se combine avec des éléments de décor d’origine orientale, témoignent de la grandeur de sa civilisation. 

Le site a été inscrit en 1985 sur la Liste du patrimoine mondial. Les combats et les batailles en cours au proche-Orient, en Syrie et en Irak ont été au coeur des discussions lors de la session de l’UNESCO. Un communiqué a été diffusé dont nous reproduisons les termes essentiels et dont le calibrage du langage diplomatique est pour le moins un cas d’école :

«Au cours de la discussion, un grand nombre de membres du Comité du patrimoine mondial ont exprimé leur préoccupation concernant l’état des sites suite aux destructions intentionnelles infligées au patrimoine iraquien et leur disposition à aider l’Iraq quand la situation le permettra. Le Comité a également mis l’accent sur le fait que l’inscription de Hatra sur la Liste du patrimoine mondial en péril est un instrument destiné à fédérer le soutien de la communauté internationale en faveur du patrimoine iraquien.»


Les images rapportées des saccages commis voilà plusieurs semaines par les crétins, minus habens et autres barbares et pauvres types enrôlés sous Daech, et qui ont fait le tour du monde ( voir la vidéo), confèrent à ces discussions de l’UNESCO, une obsolescence ridicule et rendent de cette organisation culturelle dépendant de l’ONU une image d’impuissance inquiétante .

Deux autres sites irakiens ont déjà été inscrits sur la liste du patrimoine en péril soit : Assur (Qalʿat Sharqat) en 2003 et Samarra en 2007.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 02/07/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus