A humorous and educated eye


Chacun connait l’adage: «Les amis de mes amis sont mes amis» n’est ce-pas! D’ailleurs c’est bien un peu à grâce à icelui, comme on dit dans un français passé de mode, que j’ai pu comprendre l’algèbre, mais c’est une toute autre histoire… Tout simplement j’évoquais voila peu avec l’ami Florian Laconi, qui vient de se produire aux Chorégies d’Orange et qui est au demeurant très attendu dans le rôle titre de «Roméo et Juliette» de Charles Gounod qui sera joué fin septembre à l’Opéra-Théâtre de Metz, ma recherche d’un photographe pour la rubrique mensuelle ad hoc de Wukali. Il me mit alors en relation avec Marine Foissey.

À peine eus-je vu son book comme l’on dit dans le jargon que je fus séduit et amusé, notamment par cette série Impressions, et la lecture de son parcours, son curriculum vitae, m’apporta les clés utiles pour comprendre sa démarche photographique.

La jeune artiste qui se partage entre la côte méditerranéenne et Paris a commencé ses études par l’histoire de l’art. Je ne pouvais certes que reconnaître en elle une consoeur, voire une complice et mon a-priori lui était déjà largement favorable. Mais elle obliqua en cours d’étude pour se lancer dans des études de photographie et conserva de l’histoire de l’art une vision panoramique. Elle sort diplômée d’Icart Photo (une école de grand renom) en 2010. Depuis elle a exposé au Festival européen de la photographie de nu à Arles, au Festival de la Photographie Méditerranéenne à Nice ou à la Maison Européenne de la Photographie de Paris, excusez-moi du peu!

De l’oeuf ou de la poule, qui fut le premier ? C’est un peu la question que l’on peut se poser quand on regarde chacune des photos et que l’on découvre son titre ( il suffit pour cela de cliquer légèrement sur la photo pour que le titre apparaisse). C’est plutôt drôle et ce n’est pas méchant, un humour de second degré, volontiers potache et finalement quelque peu surréaliste voire dadaiste ! Qu’il s’agisse par exemple de la salle de bal de l’opéra de Paris, du Rendez-vous des canotiers, ou du Christ jaune par exemple. La photographie et son titre constituent un binôme insécable.

Quiconque jugerait de la photo et de son titre au premier degré serait dans l’erreur, au mieux dans l’ignorance peut-être, ou alors de la plus parfaire mauvais foi ! Je réponds à l’avance à ceux qui dénigreraient en y voyant seulement un conte cruel ou un jardin des supplices (au demeurant un très grand livre!) qu’ils seraient alors de piètres censeurs car il leurs faudrait alors réviser des siècles de créations artistiques à commencer par les bas reliefs assyriens jusqu’aux joyeusetés des scènes de supplices ou de mortification dans les hagiographies des saints.

Marine Foissey nous apporte ici un regard décalé sur les êtres et les choses dans la reconstruction fantastique et culturelle d’un eco musée original et savoureux.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 28/08/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Illustration de l’entête : La fin du repas, série Impressions. Marine Foissey



Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus