The terrific New Guinea campaign


La Bataille d’Angleterre qui vit les Britanniques stopper l’expansion hitlérienne sur la Manche (été1940-printemps1941) est universellement reconnue comme la première défaite allemande de la Seconde Guerre mondiale. Elle figure dans tous les livres d’histoire comme « l’heure de gloire des Britanniques  », qui ont toujours eu cette faculté particulière d’être les plus grands aux heures les plus noires de leur Histoire.

Beaucoup moins connue en Europe, la guerre contre le Japon a connu bien des vicissitudes après l’attaque nipponne contre Pearl Harbor (7 décembre 1941)…Dans une ruée fantastique, l’armée du Mikado se jeta contre les possessions occidentales et les pays indépendants de l’Asie du sud-est : les Philippines, l’Indochine, la Thaïlande, la Birmanie, la Malaisie, Singapour, l’Indonésie furent occupées en quelques mois…Puis ce fut le tour de la Nouvelle-Guinée que l’armée impériale était certaine de conquérir…

La chute de Singapour, après deux semaines de combats(15 février 1942), fut une surprise totale pour l’état-major britannique. A tel point que Churchill la qualifia de « la pire des catastrophes » et de « la plus grande capitulation » de l’histoire militaire britannique. Il faut savoir que la citadelle de Singapour était réputée imprenable. Le plus terrible fut que près de 300.000 hommes venus de toutes les nations du Commonwealth avaient été engagés au début de la Campagne de Malaisie. Quand le général anglais Percival capitula à Singapour, les Japonais firent prisonniers les 140.000 soldats survivants de cette armée vaincue…|center>

Les soldats australiens représentaient le tiers des effectifs au début de l’attaque japonaise contre la Malaisie (100.000 hommes)…A la capitulation de Singapour, il devait en rester moins de cinquante mille… Le traumatisme fut épouvantable en Australie, pays qui comptait alors à peine plus de cinq millions d’habitants. La perte de tous ces jeunes hommes fut un des moments les plus affreux pour la population de l’île-continent… D’autant que bien peu d’entre-eux revirent leur maison natale : ces malheureux furent traînés de camp de prisonniers en camp de prisonniers, ils souffrirent de la faim, des maladies tropicales, du sadisme, des brimades et des coups infligés par leurs tortionnaires nippons car l’Empire du Soleil-Levant n’avait pas signé la Convention de Genève sur la protection des prisonniers de guerre. Et même pire, pour les Japonais, l’éventuelle reddition de ses soldats était considérée comme une désertion, une trahison : celui qui se rendait devenait un paria, sa famille était persécutée et subissait la vindicte populaire… Ils ne pouvaient donc pas comprendre l’attitude des soldats capturés et leur « en faisait voir » pour qu’ils finissent par se suicider… D’où les atrocités commises par la soldatesque nippone…Qui devait atteindre le stade ultime de l’horreur, en Nouvelle-Guinée, avec le cannibalisme…Nous y reviendrons…

La situation en Nouvelle-Guinée était compliquée : l’île était coupée en deux parties égales, néerlandaise à l’ouest, australienne à l’est. Le terrain était quasi-impraticable pour des soldats : des vallées encaissées au climat tropical humide, infestées de serpents et de vermines, succédaient à des montagnes couvertes de jungles que les pluies diluviennes rendaient impossible à escalader. Il n’existait que quelques pistes qu’il fallait suivre pour passer d’une vallée à une autre sans trop de casse mais avec les pluies permanentes qui les recouvraient, mettre un pied devant l’autre tenait de l’exploit sportif. Du côté australien, les rapports étaient difficiles entre les autochtones et leurs colonisateurs : les Papous avaient une culture, une façon de vivre et de penser que ne pouvaient pas admettre les administrateurs venus d’Australie… Les missionnaires essayaient de convertir les Papous par tous les moyens mais les résultats n’étaient pas au rendez-vous, les conversions étant, pour le moins, superficielles…

Il faut bien parler de ce que ne pouvait pas accepter les autorités… C’est-à-dire du cannibalisme rituel pratiqué de tous temps par les Papous. Une recrudescence de ce fléau eut lieu vers 1939/41… Prenant le taureau par les cornes, les Australiens pendirent les coupables démasqués… Mais le feu continua à couver sous la cendre… Les Papous ne comprenaient pas ce qu’ils faisaient de mal. L’incompréhension était leur réaction… A cette époque, existait une sorte de chant psalmodié, une « chanson papoue » que connaissaient tous les « indigènes » : la complainte du long cochon. Elle expliquait comment accommoder à toutes les sauces ce plat merveilleux… Un livre de cuisine chantée en quelque sorte… A ce détail près que le long cochon, c’était l’être humain…

Les Japonais s’emparèrent facilement de la Nouvelle-Guinée hollandaise et préparèrent l’invasion de la Papouasie australienne…

Les hostilités furent ouvertes par les Japonais le 23 janvier 1942 avec l’assaut sur Rabaul, en Nouvelle-Bretagne, juste au nord et à quelques embrasures de la Papouasie australienne…

Le 19 février 1942, les Nippons bombardaient Darwin, sur le territoire australien. Pour les locaux, cela ne pouvait annoncer qu’une seule et terrible probabilité : l’invasion de l’Australie elle-même. Nous savons, aujourd’hui, que les Japonais n’ont jamais eu l’intention de conquérir l’île-continent, ce qu’ils voulaient c’était couper les lignes de communications et de ravitaillements entre la grande île et l’Amérique en occupant les Fidji et la Nouvelle-Calédonie. Mais, à l’époque, c’était le contraire qui était évident vu le comportement de l’armée du Mikado. Les Australiens se trouvaient donc dans l’obligation de défendre, coûte que coûte leur pays. Et la défense de l’Australie commençait en Nouvelle-Guinée, il suffit de regarder une carte du Pacifique-sud pour le comprendre.


|left>


Tout le ban et l’arrière-ban de la nation australienne fut mobilisé mais, en réalité, la majorité des hommes en âge de combattre s’étaient déjà engagés et étaient devenus des « miliciens ». C’étaient des hommes du bush qui savaient très bien tirer, des hommes parfois primitifs, habitués à la rudesse de leur vie paysanne au milieu d’une nature encore sauvage, des hommes prêt à tout pour sauvegarder leurs familles que menaçaient l’envahisseur nippon. Mais les pertes subies à Singapour pesaient lourd, très lourd : tant d’hommes en âge de se battre avaient été perdus…Les miliciens étaient ou très jeunes (17/18/19 ans) ou d’un âge nettement plus élevé (la trentaine voire plus).
Début 1942, les Australiens savaient que les Américains ne pourraient les aider que partiellement, occupés qu’ils étaient à reconstituer leurs forces après Pearl Harbor… Ils ne pouvaient donc compter que sur eux-même : seuls les Néo-zélandais purent les épauler mais ce pays ne comptait pas deux millions d’habitants à l’époque…Tous les hommes y furent appelés…

Le 8 mars 1942, les Japonais débarquaient en Papouasie sans rencontrer de véritable opposition : les Australiens étaient en cours d’installation sur le territoire de Nouvelle-Guinée. Seuls des volontaires armés leur faisaient face. Ils étaient bien entraînés, bien équipés et connaissaient le terrain comme les Papous. |center>

Dans un premier temps, l’hostilité des Papous envers les volontaires faillit dégénérer en bataille rangée… Un calme précaire revint… Puis les soldats nippons commirent leurs premiers crimes de guerre sur le sol papou: ils massacrèrent quelques villages papous en violant les femmes, en tuant vieillards et enfants abjectement (égorgements, émasculations, passage à la baïonnette, etc…), en exécutant froidement la population mâle…

Les quelques personnes qui échappèrent au massacre fuirent vers les autres villages et racontèrent ce qu’ils avaient vu et vécu. Les Papous évacuèrent leurs villages, partirent vers les forêts inaccessibles et se rangèrent du côté australien dans cette guerre qui commençait…

Les Nippons poussaient vers le sud mais les volontaires leur menaient la vie dure, ils réussirent à les retarder, utilisant tous les moyens pour cela y compris de multiples pièges physiques (la fosse, la trappe, les sarbacanes empoisonnées…). Agissant ainsi, ils décuplèrent la haine que leur portaient les Japonais. Ceux-ci atteignirent le paroxysme de l’hystérie collective…Littéralement, ils devinrent fous. Ils capturèrent quelques soldats australiens, des volontaires et leur tranchèrent la tête au sabre. Une célébrissime photo existe, prise par un Japonais, où l’on voit la scène : le sadisme le plus vil se lit sur la face du barbare nippon, jouissant de l’acte commis contre le malheureux soldat en tenue militaire…

Du 4 au 8 mai 42 se déroula la Bataille de la mer de corail, située entre l’Australie à l’ouest, les îles Salomon au Nord, le Vanuatu à l’est et la Nouvelle-Calédonie au sud. Les alliés américains et australiens y remportèrent une victoire inespérée : les Japonais ne pourront jamais plus menacer les lignes de communication entre l’Amérique et l’Australie, ni débarquer des soldats au sud de la Nouvelle-Guinée : s’il veulent la conquérir, ils devront envoyer des troupes au sol, en provenance du nord…|center>

Du 3 au 7 juin 42, les Américains écrasent les Japonais devant l’île de Midway. La voie du Pacifique central est donc coupée pour les Nippons.

Le 9 août 42, les GI’s débarquent à Guadalcanal, pour la plus longue bataille de toute la guerre du Pacifique qui s’achèvera le 9 février 43 par une victoire absolue des Américains. Cette bataille va bloquer à nouveau les Japonais qui n’ont plus alors qu’une possibilité pour attaquer : s’emparer de la Papouasie…face à eux, les miliciens australiens rebaptisés soldats. Pour l’armée du Mikado, ce ne sont pas des adversaires dignes de ce nom, ils vont les balayer en un rien de temps…D’ailleurs, ne se sont-ils pas écroulés à Singapour ?

Le terrain est difficile : il leur faut prendre Buna et Gona dans le territoire de Nouvelle-Guinée, traverser la chaîne montagneuse Owen Stanley pour pouvoir attaquer Port-Moresby à revers, la capitale de la Papouasie

Le Haut-commandement nippon sous-estime grossièrement les Australiens et les Néo-zélandais qui les attendent, l’arme au pied. Pourtant, les volontaires les ont sévèrement étrillés, alors qu’ils étaient peu nombreux….Et, désormais, les Papous sont en guerre avec eux…

Les Japs attaquent ! Le 23 juillet 42 ils engagent la bataille au nord du village de Kokoda. Les Australiens, moins nombreux et moins bien armés reculent mais retardent un maximum l’ennemi. Kokoda est défendu par une petite garnison qui ne pliera sous le nombre que le 29 juillet 42. Après de violents combats pour l’aéroport de Kokoda où les Japonais sont obligés d’engager tous leurs renforts pour percer, au prix d’énormes pertes, les Australiens reçoivent l’ordre de retraite le 9 août 42.

Les pluies deviennent torrentielles, la piste de Kokoda est une mer de boue où le moindre geste coûte un effort surhumain. Les hommes épuisés pataugent dans ce magma vaseux. Certains n’arrivent plus à bouger et meurent sur place, quasiment statufiés. Une longue colonne d’individus hagards, semblant des robots marchant automatiquement, se dirigent vers le sud… 100 kms de retraite dans de telles conditions ! Cela paraît impossible et pourtant, aidés des Papous qui deviennent des guides et des porteurs des innombrables blessés et malades australiens, les miliciens, maintenant devenus des guerriers, réussissent à regagner leurs lignes. Ils se regroupent autour du village de Buna, mais les Japonais les en délogent et ils doivent se replier sur Gona d’où les Japonais arrivent à les chasser à nouveau, au prix de pertes terribles.|center>

Malgré ces reculs constants, les Australiens ralentissent l’ennemi qui commence à comprendre que les hommes qui lui font face ne sont pas si mauvais soldats que cela…
Le Haut-commandement japonais décide alors de tenter un débarquement à Milne Bay, à la pointe orientale de la Nouvelle-Guinée, pour prendre à revers les trop coriaces Australiens. Le 25 août 42, l’élite de l’infanterie de marine japonaise ( les forces spéciales de débarquement) débarque et attaque les Australiens. Cette fois-ci, il n’y a plus de repli possible pour les Australiens. Acculés à vaincre ou à mourir, les miliciens ne reculeront pas. Le commandement australien attendait l’assaut japonais à Milne Bay : il était logique vu leurs déboires face à eux. Les Nippons débarquent des chars légers, ils atteignent les centres opérationnels de l’armée australienne, au bord de la rupture, mais l’aviation alliée (car les Américains commencent à arriver) extermine les envahisseurs, provoquant des pertes colossales dans les rangs ennemis le 26 août 42. Après deux jours de flottement, les Japonais reprennent l’offensive. Ils se font arrêtés sur place par les courageux fusiliers-marins australiens qui sont, malgré tout , obligés de se retirer de l’aérodrome en construction de Turnbull Field. Le champ de bataille de Milne Bay devient informe, la boue est partout, les hommes tombent malades de dysenterie, des fièvres, du paludisme mais s’accrochent sur place… jusqu’au dernier homme, jusqu’à la dernière cartouche s’il le faut ! L’acharnement des Japonais à percer n’y peut rien : c’est l’horreur partout, les combats au corps-à-corps se multiplient, les hurlements des blessés qui agonisent s’entendent…Personne ne peut leur venir en aide car bouger est trop risqué : les snipers sont à l’œuvre. Dans un immense piétinement, dans un mélange insensé de sang et de boue, les Australiens repoussent l’assaut japonais.

Le 31 août, à trois heures du matin, trois attaques suicides japonaises sont repoussées à Turnbull Field par les mitrailleuses australiennes. Le bain de sang est inimaginable. A 9h du matin le même jour les Australiens passent, pour la première fois, à l’attaque. Ils débordent les Japonais et percent. Le 3 septembre, ayant effectué la jonction entre leurs multiples bataillons, les forces australiennes enfoncent l’ennemi. Le 4 septembre la résistance de l’ennemi se raidit mais les fusiliers-marins australiens les écrasent dans un corps-à-corps de folie meurtrière : littéralement, ils les taillent en pièces… Le 5 septembre, le Haut-commandement japonais donne l’ordre de la retraite. Le 6 septembre, les Australiens atteignent le camp principal de la force de débarquement japonaise faisant un massacre parmi les forces ennemies. Le 7 les navires japonais se retirent, les Australiens traquent et tuent les Japonais qui essayaient de fuir par terre vers le nord. La bataille se termine en catastrophe pour les Japonais…La fine fleur de leurs forces spéciales a disparu à Milne Bay, sans espoir de reconstitution face à des miliciens devenus des soldats d’élite…

Pourquoi cette résistance incroyable des Australiens ? Comment a-t-elle été possible ? Pour la première fois, c’est à Milne Bay que les Australiens prirent conscience de la barbarie de l’ennemi qui assassina 37 prisonniers de guerre australiens sur les 37 capturés et sur lesquels, pour la première fois dans l’histoire de la guerre du Pacifique, ils prélevèrent, pour leur usage personnel, des morceaux de viande humaine alors que ces prisonniers étaient vivants ! Les prisonniers étaient devenus des « réserves de viande » ! Et cela avait été prévu avant la bataille par le commandement local nippon.

Les conséquences de la bataille de Milne Bay furent immédiates : le moral des troupes australiennes, qui se battaient sur la piste de Kokoda, remonta ainsi que celui des Américains engagés à Guadalcanal. Le retentissement en Australie fut immense : les miliciens avaient battu l’armée du Mikado dans une bataille terrestre ! L’enthousiasme était indescriptible dans les rues des villes et villages australiens. Et, malgré les pertes lourdes, la population savait que le cours de la guerre avait changé…|center>

Pendant ce temps, sur la piste de Kokoda, les Japonais atteignirent le village de Ioribaiwa à 45 km de Moresby et s’en emparèrent. Les Australiens reculèrent jusqu’aux collines environnantes et s’y accrochèrent. Le 15 septembre, une bataille d’envergure se préparait entre les deux armées autour du village… Une bataille décisive… Qui n’eut pas lieu car, sur ordre du Haut-commandement japonais, les envahisseurs se retirèrent vers Buna et Gona : les Japonais avaient eu des pertes effroyables face aux Américains à Guadalcanal, ils devaient espérer envoyer d’autres troupes là-bas…Ce qui n’advint jamais… Les Australiens entrent dans le village abandonné par l’ennemi et découvrent ce qu’il y a laissé, notamment du papier toilettes ! Sûrement oublié par un officier…

Début octobre 42, les Australiens lancent une offensive meurtrière contre les Japonais en fuite vers le nord. Les problèmes de ravitaillement sont énormes, les hommes souffrent de malnutrition tandis que la dengue, la dysenterie, le paludisme et les fièvres tropicales font des ravages parmi les soldats…Malgré la retraite, malgré les incessantes attaques australiennes, les Nippons résistent et reculent en bon ordre… La combativité japonaise n’a rien perdu de sa valeur… Les mortiers australiens commencent à parler, l’ennemi continue sa retraite contrôlée jusqu’à Gona. Là s’engage un rude combat. Les Nippons combattront jusqu’à la mort, aucun ne se rendra. Les unités australiennes se regroupent autour du village et attaquent. Les pertes sont lourdes mais le 8 décembre 1942, Gona tombe. Et, enfin, l’ensemble des lignes de défense japonaises s’effondrent le 11 décembre 42 : le matériel est arrivé avec des chars, de l’artillerie, des munitions qui permettent aux Australiens de frapper l’ennemi. Suivant cet effondrement militaire, les Australiens poursuivent les Japonais. Ils les tuent au fur et à mesure de leur progression. Les miliciens sont devenus de farouches soldats haïssant l’ennemi. Ils ne leur font aucun cadeau. Tous savent ce que les Nippons ont fait à Milne Bay… Ils découvrent les mêmes horreurs dans Buna : corps suppliciés auxquels ils manquent un bras par-ci, une jambe part-là, trace de découpe au couteau sur des corps de prisonniers qui étaient vivants, sur des corps d’hommes morts aussi..Instincts déchaînés de ces gens se réclamant d’une société policée…Le raffinement de cruauté va jusqu’à l’écorchement vif de certains prisonniers…Les Australiens n’oublieront jamais…

Des renforts australiens arrivent après la prise de Gona et tous marchent sur Buna qu’ils encerclent et qui tombe le 2 janvier 1943. Un certain nombre de soldats japonais ont fui vers les marais qui entourent Buna, juste avant la prise du village par les Australiens. Ceux-ci y poursuivent l’ennemi, le traque et le massacre jusqu’au cœur des marécages …Il n’y aura pas de prisonnier japonais ici non plus : ce sont les fusiliers-marins australiens qui se sont occupés de l’ennemi…|center>

La situation devient très grave pour les Nippons  : Guadalcanal risque de tomber d’un jour à l’autre et les Américains arrivent en masse en Nouvelle-Guinée… Une catastrophe est possible sur les deux fronts. Les Nippons choisissent de sauver ce qu’ils peuvent de leurs conquêtes en Papouasie et abandonnent la garnison de Guadalcanal à son destin…Un mois plus tard, tout sera fini là-bas…

En remontant la piste de Kokoda, les Australiens souffrent le martyre : des pluies diluviennes s’abattent rendant extrêmement difficile la marche, de plus ils leur faut monter la piste sur des kilomètres avant d’atteindre le haut du col et la descente alors que la piste devient presque invisible… Ils n’arrivent plus à progresser. Qu’à cela ne tienne, ils creusent des marches sur la piste pour essayer d’accomplir leur mission ! Et ils passent sur cette « saloperie de piste ». De temps à autre, apparaît un cadavre de soldat japonais dans une position insensée, l’un de ceux-ci auquel manque la chair du bras droit (cannibalisme japonais ou papou?) montre du doigt la direction du nord ! Les soldats australiens, qui ont complètement perdu le sens de la normalité, viennent le saluer, voire lui serrer la main en rigolant… Instant de décompression mal placé mais inévitable dans ces conditions… Les Papous sont partout : avec les Australiens sur la piste, dans les jungles autour de «  cette cochonnerie de piste », vers l’avant semant la terreur parmi les soldats japonais qui craignent, à leur tour, d’être dévorés vivants…ce qui arriva à diverses reprises… Et le vent se lève sur « cette pourriture de piste », accentuant les difficultés à continuer l’ascension… Pourtant le moral est bon parmi les soldats : ils entrevoient la victoire sur l’ennemi abhorré. De temps en temps, un homme s’écroule victime de l’angoisse, de la peur et d’un effondrement nerveux…Il faut le ramasser et s’occuper de lui : impossible de le laisser là, avec les Papous on ne sait jamais… C’est l’enfer de Dante au niveau du cercle extérieur… Enfin, les Australiens passent et tombent à bras raccourci sur l’ennemi auquel il voue une haine inexpiable…Ils l’écrase à Sanananda le 22 janvier 1943. La campagne de Papouasie est terminée…

Elle a marqué à tout jamais l’inconscient collectif et l’histoire du pays… Elle fut, et reste pour l’éternité, l’heure de gloire des Australiens, pour les Japonais ce fut le cimetière de leur armée…

Jacques Tcharny

PS  : Pour rédiger cet article, je me suis basé sur les souvenirs de guerre du père d’un ami américain, aujourd’hui disparus tous les deux, qui combattit aux côtés des Australiens sur cette terre papoue en 1942/ 1943… Le seul livre expliquant correctement cette effroyable campagne est celui de Lida Mayo intitulé «  Bloody Buna »(Buna la sanglante), 1974 éditions Doubleday Books. Il n’a jamais été traduit en français…


WUKALI 01/10/2015

Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Illustration de l’entête : 25 commandos du Royal Australian Artillery patrouillant dans le jungle, sur la piste Kokoda. Septembre 1942. Australian War Memorial 026850]


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus