La spéculation immobilière menacerait-elle dans la ville de New-York tout un ensemble de fresques murales peintes par Keith Harring entre 1983-1984, c’est ce que révèle notre excellent confrère The Art Newspaper. C’est tout une série de décors graphiques ornant notamment la cage d’escalier d’un immeuble de **Manhattan*], un ancien couvent, appartenant à la paroisse catholique de l’Èglise de l’Ascension qui est concerné. Les peintures décorant la cage d’escalier furent à l’époque exécutées en une nuit sous le regard attendri des pensionnaires en retraite. L’immeuble est plutôt modeste et se dresse sur cinq étages, ses logements avaient été mis en location depuis trois ans. Les gestionnaires de l’immeuble avaient averti par courrier voilà peu les occupants des difficultés financières qu’ils rencontraient et rompaient les contrats d’occupation locative. [**Julia Gruen*], directrice de la Fondation Keith Harring avait signalé en 2007 dans un [article paru dans le New York Times, cet ensemble à fresques comme « un lexique du vocabulaire» de l’artiste. Le décor ouvre par un visage de bébé, on y découvre aussi des chiens qui aboient, l’un des thèmes récurrents de l’artiste.

Julius Kleiner correspondant de Wukali à New York


WUKALI 06/08/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com
Illustration de l’entête: DNAinfo/Ben Fractenberg

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus