Appointed at the helm of a musical complex including a national orchestra, a prestigious auditorium in Metz and the launch of cultural projects


Une nouvelle directrice nommée à la direction générale de la Cité musicale-Metz, la désignation de Madame [**Florence Alibert*], ( Directrice générale du Palazzetto Bru Zane, siège du Centre de musique romantique française), une personnalité de grand talent. C’est l ‘information qui circule dans la cité lorraine avant bien même que la nomination n’en fut officiellement avalisée par le ministère de la rue de Valois…

Voila qui en soi est curieux, et étrangement rapide, comme si l’on semblait forcer la main tandis que les lettres de cadrage des budgets des ministères n’ont pas encore été arbitrées… En outre, la précédente directrice pour cette éminente fonction de responsabilités, [**Claire Guillemain*], avait moins d’un an après sa prise de fonction le 1er juin 2016, quitté le navire sans que rien ne filtrât quant à son départ et cela n’avait pas manqué d’étonner…

Dans le communiqué rapportant la nomination, voilà ce que l’on peut lire: « Florence Alibert a présenté un projet de candidature ambitieux, réfléchi et cadré dans l’esprit de la Cité musicale. Outre la gestion et le pilotage de l’institution, elle se voit confier la définition et la mise en œuvre d’un projet artistique et culturel commun et transversal entre l’Orchestre national de Lorraine et Metz en Scènes, en y développant un volet d’éducation artistique renforcé et ouvert sur les scolaires et les publics éloignés de la musique, dans l’esprit du projet DEMOS (dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale, NDLR) porté depuis 2016 à Metz et en Moselle Est. Elle aura en outre les missions d’accentuer le rayonnement de l’Orchestre national de Lorraine sur le territoire de la région Grand Est comme orchestre de référence, avec le soutien du Conseil Régional, et de développer les ouvertures nationale et internationale de la Cité musicale. »

La Cité musicale de Metz, le terme, le concept en soi est riche d’ambitions, rassemble une construction institutionnelle regroupant sous la même autorité administrative la prestigieuse salle de concert de L’Arsenal puis par ailleurs deux salles consacrées aux musiques dites nouvelles La BAM ainsi que la salle des Trinitaires, consacrée aussi aux musiques électroniques et au jazz, il faut y adjoindre aussi l’Orchestre national de Lorraine, fleuron de la vie musicale messine.

Tout cela pèse lourd en tous cas : 150 salariés, dont 85 à l’ONL et 65 à Metz en scènes (un EPCC financé à proportion de 90% par la ville et qui regroupe les salles) ; quant au budget il avoisine 13,2M €

Rivalités personnelles et politiques, ambitions creuses de pouvoir au sein même de la municipalité, assaisonnent l’ensemble, et l’adjoint à la culture à la Mairie de Metz, [**Hacène Lekadir*] est lui même président de la Cité musicale-Metz. Un microcosme politique qui après avoir accouché dans la douleur d’une usine à gaz technocratique peine aujourd’hui à lancer la structure, ce qui s’est traduit notamment par les départs de plusieurs administrateurs. La mutualisation de la gestion des établissements voilà le vade-mecum commode des gestionnaires aux petits pieds d’aujourd’hui. Cela a tous les airs de l’invocation qui pour une fois n’est pas lyrique. Mais ce n ‘est pas de mots creux dont on a besoin, fussent-ils musicaux et prononcés dans la ville de [**Verlaine*], mais de vision, [**Metz*] mérite mieux !

Souhaitons en tous cas à Madame [**Florence Alibert*] non seulement la bienvenue et son épanouissement à Metz, mais surtout espérons qu’elle saura trouver dans la responsabilité qui est désormais sienne tout à la fois les soutiens, les moyens, les collaborations et l’ardeur pour réussir dans sa tâche.

[**Pierre-Alain Lévy*]


Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 03/08/2017
Illustration de l’entête: grande salle de L’Arsenal. ©photo Wukali

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus