« A dark mythology embedded in the Western genre  » that’s true !

« GODLESS ou la terre des crotales »

Après la série Frontier, Netflix propose depuis le 22 novembre dernier, une mini-série far-west.

Il a fallu attendre les premiers jours à connotation printanière pour que je m’y aventure.
Waou, quelle claque !

[**Scott Frank*] le scénariste et réalisateur de 57 ans modernise le genre sans oublier de faire de nombreux clins d’œil. Associé à son ami [**Steven Soderbergh*] (rencontré lors du tournage du film Hors d’atteinte), ils nous proposent un film loin des effets spéciaux futuristes actuels ; ici c’est l’homme et la nature ou sa nature qui y est montré.

Les deux minutes d’introduction sont incroyables et donnent le ton avec la montée d’un chant hypnotique. On veut en voir plus.

Mais qu’est ce qui est est arrivé aux habitants de Creede ?

L’histoire en elle-même n’est pas révolutionnaire

  • – 1884 dans l’Ouest américain, une bande de vrais vilains aux allures de cavaliers de l’Apocalypse pourchassent le repenti poor lonesome cowboy (le chien errant), Roy Goode qui traine sa pénitence, sa poisse jusqu’à la ville La Belle.

[**Jeff Daniels*] est très bon en prêcheur sudiste bipolaire chef de meute.

Comme [**Robert Mitchum*] dans La Nuit du Chasseur, il oscille entre clémence et fureur mais toujours dans la folie. Il usera avec délice de références

La Belle, c’est la ville des paumés, des damnées. Certains ont écrit sur la série en niant le féminisme de celle-ci, c’est alors nier que la Belle est une femme, touchée par les coups du sort mais se relève et avance, balayée par le sable entre amérindiens et village afro-américain (allusion aux films l’Escadron noir de 1940 ou de Glory de 1989).

Modernes les relations entre les protagonistes : elles le sont.
Ici c’est la femme qui mène, c’est la femme qui provoque, exulte, enrage (n’est ce pas cette femme norvégienne qui se rebelle contre la bande de Frank Griffin (Jeff Daniels) alors que les deux hommes sont passifs et humiliés ?)

Cette série c’est comme manger des burritos bien fournis et épicés avec du cheddar qui coule, arrosé de tequila.

Chaud, gras, savoureux, rustique, pimenté et fort !

[**Jérôme Pilleul*]


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 09/03/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus