L’Institut de France, le Château de Chantilly et le Château de Versailles procèdent à un dépôt croisé de pièces majeures de leurs collections.

Après plus de deux siècles d’absence, deux meubles d’exception retrouvent leur emplacement d’origine au sein de demeures royales et princières.

L’Institut de France remet au Château de Versailles la grande table de bibliothèque de Louis XVI, contribuant ainsi au remeublement XVIIIe des appartements royaux.

Le meuble se trouvait jusqu’à ce jour dans la salle de lecture de l’Institut de France; Cette grande table à six pieds, réalisée par Jean-Baptiste Limonne, fut livrée en mars 1786 pour l’une des bibliothèques de Louis XVI au château de Versailles., la bibliothèque dite des Combles juste au-dessus du Cabinet du Conseil. Louis XVI l’utilisait sans doute quotidiennement pour y poser les nombreux ouvrages qu’il consultait.

La Révolution vida Versailles de ses meubles et cette table de « librairie » fut certainement attribuée à l’Institut dès sa création en 1795. Elle retrouve aujourd’hui son emplacement d’origine dans la « bibliothèque haute » de Versailles récemment restaurée

Ce meuble en acajou et bronze doré est unique par ses dimensions exceptionnelles ( 3,90m de long pour 1,85m de large)

Cette table repose sur six pieds moulurés à chapiteaux de cuivre et comporte à la ceinture une série de tiroirs, ayant chacun une entrée de serrure enrubannée et deux anneaux mobiles autour d’un motif de rosette. La partie supérieure des pieds présente une grosse tête de cheville en bronze permettant de la démonter. Le plateau, d’un seul morceau, était à l’origine recouvert de cuir vert à dentelle d’or imprimée. Un tiroir porte la mention »N°51 Commission des Arts de la liste civile« .

La bibliothèque de l’Institut de France verra prochainement un meuble contemporain remplacer cette pièce de collection unique.

En retour, le Château de Versailles restitue au Musée Condé du Château de Chantilly, propriété de l’Institut de France, un bureau plat exécuté pour le Prince de Condé.

Conservé à Versailles jusqu’à ce jour, ce grand et magnifique bureau plat de Boulle fut exécuté vers 1715 pour Louis-Henri de Bourbon, 7ème Prince de Condé et premier Ministre de Louis XV de 1723 à 1726. Sauvé des flammes lors de l’incendie qui détruisit le principal établissement d’André Charles Boulle, il était accompagné de serre-papiers et d’un cantonnier surmonté d’une pendule du Jour et de la Nuit, et prit place en 1720 dans le bureau du Prince au Château de Chantilly.

Installé en 1740 dans le cabinet du bout de la Galerie des Conquêtes dans le Petit Château, il fut confisqué en 1793 et déposé au Muséum (notre Louvre) puis à Versailles en 1834 lors de l’aménagement du musée de l’Histoire de France et les premières tentatives de remeublement voulues par Louis-Philippe. Il y était présenté dans la deuxième antichambre de la Dauphine donnant sur le parterre du Midi.

C’est un des rares meubles attribués à A.C Boulle (1642-1732). Il possède l’aspect rectiligne des meubles Louis XV, mais avec des caractéristiques de la Régence comme la disparition des huit pieds et le tiroir central en retrait. Entièrement marqueté de cuivre sur fonds d’écaille, on voit apparaître à côté des mascarons des faces, des chutes d’anges en bronze doré à têtes de femme et enroulements. Le rôle nouveau des bronzes apparait aussi dans les sabots à griffe et feuilles d’acanthe et concourt à la richesse du meuble.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus