Un accord vient d’être conclu entre la municipalité de Venise et la marine italienne ( Marina Militare Italiana) qui lui permet ainsi d’être propriétaire à 53% de l’Arsenal de la ville. Au lendemain de la guerre avec la restructuration des forces de défenses italiennes et le départ de l’arsenal pour Ancone, les bâtiments avaient perdu leur affectation militaire.

C’est dans cet ensemble de bâtiments ceint d’un mur de briques rouges et construit dès le 12ème siècle que se tient dans la Corderie depuis 1999 la Biennale d’art de Venise et autres manifestations d’art contemporain. Cette opportunité d’achat permettra notamment à la Biennale de Venise de pouvoir s’agrandir et et permettra aussi d’héberger d’autres salons et expositions .

L’Arsenal de la Sérénissime est monté en puissance à partir du 13ème siècle profitant du blocus anglais contre la France pour construire des navires de commerce permettant l’exportation des tissus fabriqués en Toscane et ainsi concurrencer les tissages flamands dans l’importation de la laine brute anglaise. Mais c’est essentiellement du XIVème au XVème siècle que la puissance de La Sérénissime commence à s’affirmer quand les Doges instituant un système d’enchères permettent ainsi de mettre les vaisseaux militaires à la disposition du commerce par un système d’économie de type capitaliste avec des actionnaires. On ne peut s’empêcher d’évoquer la pièce inspirée de Giovanni Fiorentino et reprise par Shakespeare « Le Marchand de Venise» et la figure du marchand juif Shylock, bouc émissaire tragique. L’intrigue servira aussi de support dramatique à Marlowe et Ben Johnson. Au fil du temps, Venise doit faire face aux concurrence d’autres cités, notamment Amsterdam.

Le 7 octobre 1571, la victoire de Lepante contre la flotte d’Ali Pacha, où s’illustra notamment Cervantés, a pu être rendue possible gràce à la supériorité et au nombre des navires construits par l’Arsenal de Venise . Plusieurs fois dans sa longue histoire l’Arsenal de Venise a connu des transformations, s’est modernisé et agrandi. Aujourd’hui son écrin de briques et de pierre et auréolé d’histoire enracine dans un terreau artistique impressionnant l’art d’aujourd’hui aux vestiges scintillants du passé.

Pierre-Alain Lévy


Illustration de l’entête. Canaletto (1697-1768). Vue de l’entrée de Arsenal. circa 1732. Huile sur toile, 47cmx78cm. Collection privée


ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus