An architecture dedicated to the beautiful sound. Radio-France Broadcasting building actually under work (the so-called  » Round House », avenue du Président Kennedy in Paris), will soon benefit the most accurate technologies in term of acoustic for its new auditorium

Le Président de la République, François Hollande, a participé au cinquantième anniversaire de la Maison de la Radio à Paris, le mardi 17 décembre 2013. L’occasion de faire le point sur les travaux de rénovation de la maison ronde dont une étape clé est la création d’un auditorium de 1500 places.

Lu dans la presse

François Hollande a participé au cinquantième anniversaire de la Maison de la Radio à Paris, le mardi 17 décembre 2013, en compagnie d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication. La Maison Ronde aux 500 m de circonférence, conçue par l’architecte Henry Bernard, a en effet été inaugurée dans le seizième arrondissement de Paris en 1963 par le Général de Gaulle. L’édifice emblématique, qui abrite les sept chaînes et les quatre formations musicales de Radio France, fait l’objet d’une vaste réhabilitation depuis plus de quatre ans. « C’est une injonction de mise en sécurité incendie par la préfecture de police de Paris qui a déclenché le projet de restructuration de l’ensemble », rappelle Nadim Callabe, directeur général adjoint de Radio France en charge de la réhabilitation. Puisqu’il fallait vider l’édifice et mettre à nu la structure, pourquoi en effet ne pas réaménager les espaces et intégrer les nouvelles technologies radiophoniques ? Toute la réhabilitation de la Maison de la Radio est réalisée en site occupé par 3000 collaborateurs, l’enregistrement des émissions continue, jour et nuit.

Fin des travaux en 2016

Outre la création d’un parking enterré de 7 niveaux sous les jardins, la tour de 22 étages a été réaménagée en bureaux à la place des archives. A sa base, la petite couronne abrite désormais une « agora » qui constituera à terme le hall central desservant toutes les zones. Aujourd’hui, c’est la grande couronne côté Seine qui est en travaux. Les deux studios 102 et 103 ont été démolis pour laisser place à un auditorium de 1460 places et une rue couverte d’une verrière reliant la couronne à la tour centrale. Leur livraison est prévue au premier semestre 2014. Puis, d’ici à la fin 2016, les deux autres tiers de la grande couronne seront réaménagés et quatre passerelles seront créées entre le centre de la Maison Ronde, abritant les services communs, et la grande couronne dédiée aux studios désormais plus ouverts sur la ville.

Architecture Studio, mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre de la réhabilitation, s’est attaché les compétences du scénographe Michel Fayet (Changement à Vue) pour aménager la salle de 2300 m². La mission de « designer acoustique » a, quant à elle, été confiée au bureau d’études japonais Nagata Acoustics. La scène modulable de 260 m², constituée de 18 plateformes sur vérins pouvant être plus ou moins inclinées, pourra accueillir 120 musiciens et 120 choristes. « Pour compenser le volume relativement réduit de la salle, un réflecteur acoustique en forme de lentille, le canopy, sera suspendu à 15 m de haut, note Jean-François Bonne, architecte associé d’Architecture Studio. Et les parois verticales seront revêtues de cylindres irréguliers en bois pour mieux diffuser le son. »

Une boîte en béton sur ressorts

« L’auditorium de Radio France n’est pas une « simple » salle de concert. C’est aussi un studio d’enregistrement radio, avec ses contraintes acoustiques propres », rappelle Nadim Callabe. Autant dire que l’acoustique y est particulièrement soignée. Selon le principe de « la boîte dans la boîte », toutes les parois de la salle sont désolidarisées des équipements voisins en évitant toute liaison rigide. La structure de la salle repose sur le radier via 190 boîtes à ressorts. Leur implantation et leur réglage ont été calculés en fonction des différentes configurations de charges dans la salle : répétition ou salle pleine, différents décors.

Par ailleurs, le plancher flottant de la scène est indépendant de la dalle sur laquelle reposent les gradins. Ainsi, les vibrations produites par le déplacement des spectateurs ne viennent pas perturber le son capté par une trentaine de micros et traité en instantané dans les studios de production. Avant de couler ce plancher sur le radier, ce dernier a été revêtu d’un film polyane et des boîtes cylindriques fournies par Gerb placées selon le plan préétabli. Une fois les armatures posées, le béton a été coulé. Les ressorts, comprimés, ont enfin été calés dans les boîtiers puis « libérés » selon un ordre établi pour réaliser le levage progressif du plancher par les ressorts et effectuer le réglage altimétrique final.

3 rangs de corbeilles sur des consoles métalliques

Les 1460 spectateurs de l’auditorium prendront place autour de la scène centrale modulable. Les balcons superposés sur trois niveaux sont réalisés en structure métallique. « Toutes les inclinaisons de ces gradins ont été validées par l’acousticien Yasuhisa Toyota, du bureau d’études japonais Nagata Acoustics », rapporte Jean-François Bonne, architecte associé d’Architecture Studio. Les poutres en acier sont accrochées sur les voiles périphériques grâce à 140 inserts métalliques qui avaient été inclus dans le béton lors du coulage. « Pour respecter l’exigence de précision de quelques millimètres, elles ont toutes été implantées par un géomètre, se souvient Cyril Souquet, conducteur de travaux principal de l’entreprise Spie Batignolles en charge des travaux. Quelques millimètres de décalage au départ du mur deviennent en effet plusieurs centimètres en extrémité de potence ». Des dalots en béton de 0,90 x 2,50 m posés sur les poutres métalliques accueilleront les sièges des spectateurs. Une large réservation prévue sous chaque siège permettra une arrivée d’air à vitesse lente pour éviter toute perturbation sonore.

Double toiture ovoïde

L’auditorium est couvert d’une double coque qui doit assurer l’isolation acoustique de la salle selon le principe masse-ressort-masse. Une première charpente métallique est portée, à 20 m de hauteur, par deux poutres en béton monumentales de 15 de long, au-dessus de l’orgue d’un côté, et surplombant les gradins à l’autre extrémité. Posées sur des palées d’échafaudage, les dix fermes qui la composent, d’une portée de 30 à 35 m, ont été décomposées en six tronçons chacune : coupées en deux dans le sens de la hauteur et en trois dans la longueur. Une fois les éléments de chaque poutre treillis assemblés, des prédalles de béton ont été posées sur l’aile inférieure des poutres et couvertes d’une dalle de compression pour constituer la coque intérieure de la toiture.
Une deuxième charpente doit venir se superposer à la première pour porter la couverture de l’édifice. D’une portée maximale de 40 m, les fermes de cette ossature reposeront provisoirement sur la charpente inférieure avant leur assemblage définitif. Ensuite, aucun contact ne sera permis entre les deux structures pour assurer l’isolation acoustique. Trois cents coques en béton de 6 cm d’épaisseur, réalisées dans des moules en polystyrène, seront ensuite posées sur la charpente supérieure et assemblées mécaniquement avant de recevoir une étanchéité. L’ensemble sera enfin enveloppé d’une surtoiture. Réalisée en cassettes d’aluminium Alucobond posées sur des épines, elle donnera à la toiture l’aspect d’une goutte d’eau.

Ni bruit, ni poussière, ni vibrations

Les travaux de gros œuvre de la salle, confiés à Spie Batignolles, sont en cours d’achèvement. La principale contrainte : « pas de bruit, pas de poussière, pas de vibrations », résume Cyril Souquet. En effet, toute la réhabilitation de la Maison Ronde est réalisée en site occupé par 3000 collaborateurs et l’enregistrement des émissions continue. Une gageure quand il a fallu notamment démolir les anciens studios 102 et 103 en béton précontraint !

Isabelle Duffaure-Gallais

Source: Le Moniteur


FOCUS

Fiche technique
Maître d’ouvrage : Radio France
Maîtrise d’œuvre : Architecture Studio
Ingénierie : Jacobs France
Bureaux d’études acoustiques : Nagata Acoustics (auditorium), Lamoureux (studios)
Sécurité incendie : Cabinet Casso
Economiste : Eco-Cités
Contrôle technique : Qualiconsult
Coordonnateur SPS : Apave
Ordonnancement, pilotage et coordination : Gemo
Entreprises : Spie SCGPM (structure auditorium et nef, gros œuvre réhabilitation), Smac (surtoiture auditorium).
Montant des travaux : 32 millions d’euros HT


ÉCOUTER VOIR


concert 50 ans de la Maison de la Radio par radiofrance


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus