Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme du 2 avril 2014.

Une enquête inédite du Collectif Autisme a révélé que :

Près de 44 % des personnes autistes ont été victimes de maltraitances

Près de 78 % n’ont pas accès à une éducation adaptée à leurs besoins

Près de 70 % des familles doivent financer tout ou partie de la prise en charge de leur enfant

Plus de 50 % des adultes n’ont pas accès à leur dossier médical

Cette enquête inédite menée auprès de 538 familles révèle encore bien d’autres chiffres tout à fait alarmants : 77,4 % des personnes autistes n’ont pas eu accès à un diagnostic précoce, 30 % sont menacées d’un enfermement injustifié en hôpital psychiatrique. Cette étude pointe du doigt une réalité méconnue en France mais pourtant bien avérée : les droits des personnes autistes sont constamment bafoués.

Pourtant, les personnes autistes se sont vues assurer un certain nombre de droits, en théorie garantis par la loi, ces dernières années. La loi Chossy de 1996 (reconnaissance de l’autisme comme handicap spécifique), la loi du 4 mars 2002 (droits à des soins conformes aux données acquises de la science), la loi du 11 février 2005 (droit à la scolarisation en milieu ordinaire pour les personnes handicapées), le code d’Action sociale et des Familles, le code civil ou encore le code de la Santé publique sont autant de textes votés ou modifiés pour tenter de garantir leurs droits aux personnes autistes, mais qui dans les faits ne s’appliquent pas à leur cas.

Face à cette situation inadmissible de violation généralisée des droits des personnes autistes, le Collectif Autisme lance un dispositif exceptionnel pour interpeller le grand public et les décideurs politiques :

– Une campagne presse, web, et radio pour alerter sur la violation des droits
La France dispose d’un système qui enferme les personnes autistes et réduit à zéro leurs chances de progresser dans leurs différents domaines de développement. Voilà pourquoi le Collectif Autisme a choisi de répresenter ces personnes comme prises au piège par les blocages institutionnels et idéologiques qui ont cours en France.

– Une pétition pour demander aux députés l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire

Face à cette situation, et malgré les trois plans autisme successifs qui, s’ils ont permis d’importantes avancées, ne sont pas suffisants, le Collectif Autisme a lancé une pétition à l’attention de l’ensemble des députés et du Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, leur demandant une commission d’enquête parlementaire. En effet, face à l’ampleur et à l’urgence de la situation, une commission d’enquête parlementaire doit permettre de faire la lumière sur l’ensemble des blocages et des aberrations responsables de la violation quasi généralisée des droits des personnes autistes.

Cette situation n’est pas une fatalité. Les solutions pour améliorer la vie des personnes autistes et de leurs familles sont connues : scolarisation en milieu ordinaire dès que cela est possible, généralisation des méthodes comportementales, éducatives et développementales, création de dispositifs d’accompagnement adaptés à la hauteur des besoins réels (sachant que 8 000 autistes naissent tous les ans), abandon des méthodes d’accompagnement archaïques inspirées de la psychanalyse, développement de l’offre de formation destinée aux professionnels de santé, extension des programmes d’insertion par l’emploi, etc.
Regardez le Spot de la campagne en cliquant sur l’image ci-dessus

La France se targue d’être la terre des Droits de l’Homme et de disposer d’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Qu’attend-elle pour redonner aux personnes autistes leurs droits et les accompagner dignement ?

Communiqué Collectif autisme


ÉCOUTER VOIR


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus