So few documents about such a legendary historical character !


Il est des personnages féminins dans l’histoire dont le seul nom nous fait rêver : Didon, Sémiramis, Cléopâtre et bien sûr Zénobie. Elles véhiculent tant de fantasmes qu’il est bien difficile de déterminer le vrai du faux. Pour Cléopâtre le matériel historique ne manque pas, le moins que l’on puisse dire est qu’il est inexistant en ce qui concerne Didon, et très faible pour Zénobie. Le texte sur lequel se développa la légende de Zénobie est l’histoire Auguste écrite au IV siècle est qui s’avère être particulièrement peu fidèle aux faits. Plus « fiables » sont les écrits de Zosime et de quelques autres historiens mineurs de l’antiquité tardive. Heureusement que depuis la redécouverte du site de Palmyre et des progrès de l’archéologie, les historiens disposent de matériaux permettant de mieux analyser, comprendre cette période.

Comme le soulignent Annie et Maurice Sartre, il est impossible d’écrire une biographie de Zénobie : on ne sait pas quand, où elle est née (et morte aussi), on ne sait pas dans quel milieu social, etc. De fait on ne connait à peu près que 5 ans de son existence. Ce qui est certain c’est que son père est un nommé Antiokos, qu’elle fut la seconde épouse d’Odainath, eu un fils Wahballath. En ce qui concerne ses autres potentiels enfants, de fait il n’y en a aucune trace laissée dans l’histoire. Il y a tant et tant de légendes, de mythes se rapportant à Zénobie.

259, l’empereur Valérien est fait prisonnier par les Perses et disparait après la bataille d’Edesse. Un nommé Odainath et son fils Haîran arrivent à récupérer le butin et les concubines du roi perse. Il se fait alors nommé « roi des rois », titre traditionnel des souverains perses, tout en restant romain. Car même si on a peu d’éléments historiques le concernant, on sait qu’il était citoyen romain et même membre du Sénat. De plus grâce à ses talents militaires, il était devenu incontournable pour endiguer les raids des Perses qui dévastaient cette partie de l’empire et, de fait, gère les provinces de Syrie. Son épouse, Zénobie, porte tout naturellement le titre de reine. Odainath porte le titre de roi, mais c’est un titre purement honorifique, car il ne règne sur aucun territoire. Palmyre est une colonie romaine comme d’autres, et n’a jamais, et ne sera jamais un royaume allié à l’empire romain.

Odainath et son fils Haîran sont assassinés (par qui ?, pourquoi ?, on n’a pas de réponse) en 267. Zénobie garde son titre de reine et présente son fils Wahballath comme l’héritier des titres de son père et le fait donc appelé « roi des rois ». Wahballat étant mineur, Zénobie, comme tant d’autres mères avant elle, agit au nom de son fils, se comporta, en quelque sorte comme une régente.

A cette époque l’empire romain connait d’importants problèmes politiques. Les empereurs ont des règnes rarement supérieurs à 5 ans, il y a de nombreux aventuriers qui essaient de monter sur le trône, les frontières sont continuellement attaquées par les « barbares ». En 270, Aurélien est proclamé empereur. A la même époque, Wahballat apparait comme portant lui aussi le titre d’empereur, associé à Aurélien, mais sans avoir reçu son consentement ni celui du Sénat de Rome. Zénobie prend le titre d’impératrice. Les palmyréens occupent l’Egypte, une partie de l’Arabie et de l’Asie mineure, soit une grande partie des provinces orientales de l’empire. Zénobie, comme son mari, n’a jamais souhaité régner sur un royaume indépendant, veut mais à tout le moins que son fils soit empereur associé, et au plus empereur de tout le monde romain. Ce ne fut pas la première, ni la dernière a essayer de s’imposer de cette façon. Mais Aurélien s’avéra être un empereur ferme, il reprit l’Egypte et marcha sur Palmyre qu’il occupa en 272. Zénobie et son fils sont arrêtés alors qu’ils prenaient la fuite. Aurélien revint à Palmyre l’année suivante suite à une révolte des amis de Zénobie, révolte qui sera très durement réprimée.|left>

En 274, Zénobie, prisonnière de chaînes en or, couverte de ses bijoux, participe au triomphe d’Aurélien à Rome. Puis on perd sa trace. Les sources les plus sérieuses laissent à penser qu’elle fut graciée par l’empereur et qu’elle finit sa vie à Tivoli. Dans les mythes qui entourent Zénobie, certains la font mourir de douleur lors du voyage à Rome, d’autres égorger après le triomphe.

Annie et Maurice Sartre nous présentent, grâce aux travaux des archéologues ce que devait être Palmyre en ce troisième siècle, aussi bien au niveau de l’espace urbain que de l’architecture. Ils insistent sur le fait que c’est avant tout une ville bercée par la culture hellénique, qui n’ jamais refusé la culture romaine, mais qui a la particularité d’utiliser avec le grec l’araméen comme langue. Bien sûr, ils essaient, en prenant les précautions d’usage pour essayer de démêler la réalité à travers les mythes et les fantasmes, de décrire la cour de Zénobie. Et de fait on en sait très peu de chose. Ce qui est certain c’est que le philosophe néoplatonicien Longin qui fut condamné à mort fut exécuté lors du procès d’Emèse en 272.

Les auteurs nous offrent un long développement sur la représentation de la figure de Zénobie tout au long de l’histoire, car elle est un vrai personnage mythique dès son époque, une « reine de légende ». Ils distinguent trois périodes : Zénobie femme vertueuse et virile, Zénobie héroïne orientale romantique et une Zénobie fantaisiste héroïne de multiples pièces de théâtre et d’opéras de Calderon à Rossini.

La dernière partie est l’importance de Zénobie dans la construction de la nation syrienne où elle est devenue un personnage aussi important que Jeanne d’Arc pour la France.
Zénobie de Palmyre à Rome est l’exemple parfait du travail d’historien qui doit essayer de trouver la réalité dans les vestiges de l’histoire aussi bien dans les écrits que dans les trouvailles archéologiques. Et les rêves qui s’enclenchent en nous au seul nom de Zénobie, perdurent encore et encore.

Félix Delmas
Rédacteur de www.wukali.com


Zénobie de Palmyre à Rome


Annie et Maurice Sartre

Éditions Perrin. 23€50


WUKALI 18/10/2014


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus