Written by Vladimir Fedorovsky, once a Russian diplomat, a love story with Moscow


On connait bien Vladimir Fédorovski, cet ancien diplomate, proche de Gorbachev, opposant déclaré et assumé à Vladimir Poutine, vivant en France, et qui régulièrement commet un ouvrage dans lequel il crie son amour pour sa patrie. Il s’emploie, en quelque sorte, à expliquer au lecteur français la spécificité, la démesure, les paradoxes de la culture et de l’âme russe.

La magie de Moscou s’inscrit parfaitement dans cette démarche. Il y est question de Moscou (un peu) et de sa forteresse : le Kremlin (beaucoup), essentiellement à travers Ivan IV le Terrible, Pierre le Grand, Napoléon et Staline. Un flot de sang a coulé dans la Moskova depuis que le petit village de chasse du prince Youri Dolgorouki est devenu la capitale du plus grand empire du monde.

A travers l’histoire, Vladimir Fédorovski décrit cette ville unique avec son centre de 27,5 hectares entouré de 2,5 kilomètres de murailles qui accueille depuis toujours les deux pouvoirs gouvernant aux destinés du pays : le pouvoir politique et le pouvoir religieux. Au niveau de la conduite aux destinées de ce pays, les différences dans cette collaboration ente le « sabre et le goupillon » entre le premier Romanov et Poutine sont tenues pour ne pas dire inexistantes.

Vladimir Fédorovski est Vladimir Fédorovski. Ceux qui l’ont déjà entendu ne seront pas surpris par ses envolées lyriques, par le souffle qui parcourt son livre, car il écrit comme il parle, avec passion, sans retenue, quitte parfois à quelque peu déraper comme page 70 quand dans une description des bazars autour de la Place rouge, il les éclaire à l’électricité alors que nous sommes censés être au XVIIème siècle. Le GOUM n’était pas encore construit !

Ce livre est, en plus du texte de Vladimir Fédorovski, servi par une très belle iconographie nous montrant certains des monuments les plus intéressants de Moscou, mais surtout, le Kremlin, ses palais, ses églises et bien sur la merveille de la place rouge : la cathédrale Saint Basile le Bienheureux, dont Ivan IV fit crever les yeux à l’architecte pour qu’il ne puisse plus concevoir un tel chef d’œuvre, célèbre dans le monde entier.

Que vous ayez visité Moscou ou pas, voilà un beau livre qui ne dépareillera pas sur l’étagère que vous réservez aux voyages faits ou fantasmés.

Pierre de Restigné


La magie de Moscou
Vladimir Fédorovski

Éditions du Rocher. 25 €


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus