An eternal and pleasant love story


Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu ce genre de roman. Pas exactement genre, le mot est mal choisi, pas style non plus, le terme le plus approprié serait plutôt catégorie. J’ai vraiment cru que je lisais, avec plaisir, un roman de l’entre-deux guerres ou tout au plus de l’après-guerre mondiale (la seconde vu l’époque mais vu le contenu cela aurait pu très bien être la première).

Un couple part d’Australie pour aller en Europe en paquebot. Elle, comment dire, sait qu’elle n’aime pas son mari, mais elle est soumise, non à lui, mais à son milieu social : on ne trompe pas, peu importe si on s’est trompé, elle ne va pas renier ses engagements, ses promesses et envers et contre tout elle restera fidèle. Or durant la traversée elle va rencontrer le médecin du bord, un protestant rigide, et petit à petit va tomber amoureuse de lui. Et réciproquement. Mais elle va lutter contre ses sentiments, subir la colère de son mari qui pense être cocu. Ce n’est pas ce qu’il lui reproche, mais le « qu’en dira-t-on » qui risque de l’atteindre. Ce n’est pas son amour-propre qui est touché, mais l’image qu’il veut donner aux autres. Bien des années plus tard tous les deux veufs reprendront contact.

[**Joëlle Lagesse*] étudie, dissèque l’âme de son héroïne, ses doutes, ses interrogations, l’évolution de ses sentiments. Il y a du roman naturaliste dans son style ! Et comment ne pas penser à Emma Bovari ou à Anna Karénine à travers cette jeune femme. Et pourquoi pas aux Souffrances du jeune Werther. Ils y sont tous, mais à travers une époque, un style quelque peu désuet qui nous situe vraiment à une autre époque que la nôtre.

Joëlle Lagesse recrée une époque définitivement révolue, un milieu social privilégié ou le devoir social n’est pas un vain mot. Elle arrive à nous faire rêver à travers la vie (très superficielle) dans un paquebot durant la traversée, avec les descriptions des étapes dignes du Guide du routard de l’époque. Un monde révolu mais des sentiments intemporels.

[** Émile Cougut*]


[**Et les mouettes… étaient indifférentes
Joëlle Lagesse*]
Éditions Assyelle 18€


Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 04/05/2017

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus