The Museum of Fine Arts in Boston returns to Nigeria statues from its African collection


Ce n’est pas tous les jours que l’on voit cela, la restitution par un musée d’oeuvres «empruntées» et provenant d’un autre pays, et pourtant c ‘est ce que vient de faire le [**musée des Beaux-Arts de Boston*] comme le relate le Boston Globe.

Au total 8 oeuvres provenant du [**Nigéria,*] et quelles oeuvres, toutes des chefs d’oeuvre, nous vous en présentons quelques unes !

Le Nigeria, rappelons-le, est riche d’une vieille civilisation et culture, et le nombre de peuples qui le compose est important: Edo, Idoma, Igbo, Mama,Yorouba. Autrefois, il faisait partie du [**Royaume du Bénin*]. Ce royaume était notamment connu pour la qualité de ses artisans qui excellaient dans la fabrication de sculptures de bronze dont le Palais Royal était richement orné.

Au fil du temps de la colonisation et bien après jusqu’à maintenant, nombre d’oeuvres ont été pillées, exfiltrées, volées, sorties clandestinement du pays pour décorer des salons cossus en Europe ou en Amérique ou enrichir des collections dans moult musées du monde, et surtout enrichir des trafiquants et des marchands sans scrupule. On considère, et il est indispensable de le souligner, que [**99% des oeuvres d’art africain sont hors d’Afrique*] . Le Nigeria a ainsi demandé restitution des oeuvres de son patrimoine culturel au British Museum, au Boston Art museum, aux musées français pareillement.

Le vol d ‘oeuvres d’ art est le troisième plus grand trafic au monde après celui de la drogue et des armes, en outre ces trafics sont aussi intimement liés entre eux, en effet les oeuvres d’art pillées peuvent servir de monnaie d’échange comme elles peuvent aussi être utilisées pour blanchir des malversations et des combines financières clandestines. Ainsi selon l’UNESCO le vol d’oeuvre d’art est estimé pour une valeur oscillant entre** 5 à 7 milliards de dollars*] par an ! Précisons que tous les pays sont touchés, pays développés comme pays en développement à tel point qu'[Interpol a mis en place un système de diffusion d ‘informations, une base de données, recensant les oeuvres soustraites illégalement comme celles retrouvées. La guerre, où que ce soit au monde est-il besoin d’insister, permettant tous les trafics, toutes les fraudes, tous les négoces glauques et clandestins. Rappelons-nous, et ce n ‘est pas loin dans notre mémoire, [**Daesh*] (ISIS) en Irak ou en Syrie et qui pilla (quand il ne le dynamita pas !) le patrimoine antique ou religieux des territoires alors conquis par ses sbires débiles et assassins.

Le sujet est brûlant, les cadres juridiques internationaux existent désormais pour protéger le patrimoine, telle la convention de La Haye de 1954, la convention de l’UNESCO du 14 novembre 1970 ou encore la convention UNIDROIT de 1995.

La France a restitué ainsi au Nigeria en 2013 des statuettes Nok en terre cuite sorties clandestinement du pays et vendues à un marchand français au Togo en 2010 qui s’empressa de les transporter vers Paris.

Nombre des oeuvres jusqu’alors exposées à** Boston*] (USA) avaient été pillées par les Anglais en 1897 lors de l’expédition militaire au Royaume du Bénin en 1897. Bien plus tard, elles «arrivèrent» aux USA, puis furent offertes au [Musée des beaux-arts de Boston par un collectionneur américain «William E. Teel» qui les avait acquises auprès de marchands en Europe et aux États-Unis dans les années 1990.

La procédure de restitution engagée par le musée de Boston avec les autorités nigérianes a duré 18 mois. Au fil des investigations on s’aperçut même qu’une des oeuvres, une sublime sculpture en bronze représentant un guerrier assis tenant dans sa main droite une épée (notre illustration), avait été volée pas plus tard que dans les années 70. Un grand nombre des oeuvres datent entre le 12è et le 14è siècle.

C’est grâce à la documentation donnée au musée par le collectionneur William E. Teel que les oeuvres ont pu être tracées.

Le trafic des oeuvres d’art et son actualité font souvent la Une des journaux. Le destin faustien des oeuvres agit comme par sorcellerie sur nos inconscients.

Mémoire, beauté, propriété, puissance, éternité, «l’art sauvera le monde» écrivait [**Dostoievski*]. En paraphrasant un écrivain français Daniel-Rops, j’ajouterai: relique d’art du passé où est ta victoire ? Une seule réponse elle aussi magnifique :« Plus fort que la Mort !», celle ci est dans la Bible ! Art, éternité du temps, comme les valeurs qui le créent.

[**Pierre-Alain Lévy*]


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 06/04/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus